Cet article contient du contenu violent ou explicite

Dans l’œil de Bex Day : prendre conscience de son corps

30 octobre 2023   •  
Écrit par Ana Corderot
Dans l'œil de Bex Day : prendre conscience de son corps
© Bex Day

Cette semaine, plongée dans l’œil de Bex Day. Auteure de l’ouvrage PETAL – une véritable ode aux vulves – elle nous raconte les dessous d’une des ses images qui l’a le plus marquée. Ici, elle donne surtout la voix au modèle photographié. Un moment d’apprentissage sur le soin que nous devons porter à notre corps.

BexDay
« Le modèle photographié n’en était qu’à son quatrième mois de changement de sexe.  »

« L’image de Physalis est l’une de mes préférées, car je voulais inclure toutes les personnes féminines et non binaires dans les œuvres. Le modèle photographié n’en était qu’à son quatrième mois de changement de sexe. Le texte qu’elle a écrit à côté de son image est le suivant :

« Pendant des années, je n’avais aucune idée de qui j’étais. Le plaisir était là – mais je n’étais pas là. La relation avec mon propre corps était une relation d’exploration, tout en recherchant des défis. La relation avec mes amies était détachée sans que je sache pourquoi. J’ai lentement commencé à me découvrir. Qui j’étais vraiment. J’ai découvert qu’il était possible de changer. J’ai découvert qui je voulais être. La transition est devenue la seule option vers un avenir ouvert. La vie est lentement passée du noir et blanc à la couleur.
La peur me retenait.

Je pouvais avoir mon propre (néo)vagin. La peur m’a retenue. Il y avait beaucoup de risques, mais aussi beaucoup d’avantages. La peur m’a retenue.
J’ai réalisé que si la seule raison de ne pas faire quelque chose était la peur, ce n’était pas une bonne raison.
La peur a perdu son emprise sur moi.
Il y a 120 jours, j’ai sauté.
Et la mienne ?
Elle est là maintenant.
Je me fiche de savoir de quoi ça a l’air. Tout le monde est différent. Il y a tant de possibilités différentes. La mienne s’est déroulée différemment. Ce qui compte, c’est qu’elle est là maintenant.
Et elle a eu son premier orgasme.
« 

Il était important pour moi de créer un espace qui permette à mes modèles de se sentir à l’aise avec le processus. Malheureusement, pour cette séance, il pleuvait, mais à part cela, je voulais la guider d’une manière claire et douce sur le processus et sur ce qui se passerait pendant la séance, avant et après. Nous nous sommes assises dans ma cuisine et avons pris un café avant la séance pour passer en revue ce qui allait se passer. Ses vêtements et sa fleur ont été décidés la semaine précédente

Elle a déclaré : « Bien que je n’aie pas de problème avec la nudité, je suis toujours prudente lorsqu’il s’agit de la nudité en face d’une autre personne. Le fait d’avoir une légère discussion avant de commencer la séance photo est très utile pour apprendre à mieux se connaître et me mettre à l’aise pour prendre des photos avec vous ».

Lorsque je lui ai demandé ce qu’elle voulait dire à propos de la peur qui la retenait, elle m’a répondu :

« Dans le spectre de toutes les formes que peut prendre la dysphorie de genre, il y a deux polarités : l’une prend la forme d’un rejet, lorsque quelqu’un·e éprouve une détresse directe à l’égard de son corps ou de certaines de ses parties, l’autre est lorsque quelqu’un·e est complètement détaché·e de son corps et dans le déni. La première est bien sûr plus facile à reconnaître. Personnellement, je penche plutôt pour le second. 
Ma transition a donc été une série de très petits pas, en vérifiant qu’à chaque étape, je me sentais mieux, plus moi-même. Décider de l’étape suivante a toujours été, dans une certaine mesure, soit un saut dans le vide, soit nécessitait beaucoup de réflexion. Ainsi, je n’ai pas complètement rejeté mes organes génitaux, mais j’ai essayé, expérimenté et réfléchi, et j’ai réalisé que oui, c’était la bonne chose à faire. Mais mes pensées revenaient toujours aux raisons de ne pas le faire.

Je suis restée bloquée dans cet espace pendant des années. J’évaluais le pour et le contre. Espoirs et craintes. Jusqu’à ce que je réalise, avec l’aide de mon thérapeute, que si je supprimais la peur des complications et des problèmes liés à l’opération elle-même, je l’aurais faite sans y réfléchir à deux fois.
C’était littéralement la question : « Si l’opération n’avait absolument aucune chance de mal se passer, est-ce que je la ferais ? Et j’ai décidé que je ne voulais pas prendre de décision basée sur la peur. » »

À lire aussi
Ella Bats : « J'ai voulu explorer la matière vivante et vibrante du corps »
© Ella Bats
Ella Bats : « J’ai voulu explorer la matière vivante et vibrante du corps »
Cette semaine, plongée dans l’œil de Ella Bats. Jusqu’au 31 août, la Ellia Art Gallery présente son œuvre récente, qui réunit la série…
05 juin 2023   •  
Écrit par Milena Ill
Explorez
Dans l'œil d'Anne-Laure Étienne : portrait flambant sous le soleil d'Ardèche
© Anne-Laure Étienne, Cindy
Dans l’œil d’Anne-Laure Étienne : portrait flambant sous le soleil d’Ardèche
Cette semaine, plongée dans l’œil d'Anne-Laure Étienne, qui met son regard aiguisé et ses mises en scène colorées au service des arts...
10 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Kimbra Audrey met à nu le cancer du sein
© Kimbra Audrey
Kimbra Audrey met à nu le cancer du sein
Kimbra Audrey est une artiste américaine qui vit à Paris. Dans son regard, faire le portrait d'elle-même devient une manière de redéfinir...
07 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Lusted Men : un livre de photos érotiques d’hommes à paraître prochainement !
© Laura Lafon & Kacim Sonofawitch
Lusted Men : un livre de photos érotiques d’hommes à paraître prochainement !
Lancé en 2019, le collectif Lusted Men a récolté, en cinq ans, les images de plus de 800 photographes différent·es. Une collection...
06 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Coming out, nu masculin et désert de Namibie : dans la photothèque de Michael Oliver Love
La première photographie qui t’a marquée et pourquoi ? © Michael Oliver Love
Coming out, nu masculin et désert de Namibie : dans la photothèque de Michael Oliver Love
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
04 juin 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Markowicz & Ackerman : à Arles, deux dialogues avec le temps
© Michael Ackerman
Markowicz & Ackerman : à Arles, deux dialogues avec le temps
Du 27 juin au 29 septembre 2024, la galerie Anne Clergue Galerie à Arles présente Le monde flottant, de Michael Ackerman et Maciej...
Il y a 10 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
La fille du marin : les aventures océaniques de Katalin Száraz
© Katalin Száraz
La fille du marin : les aventures océaniques de Katalin Száraz
Katalin Száraz compose, avec La fille du marin, un hommage visuel à la profession de son père. Une série oscillant entre les fantasmes de...
14 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les expositions photo à découvrir cet été !
Paris, 1967 © Joël Meyerowitz
Les expositions photo à découvrir cet été !
Chaque saison fait fleurir de nouvelles expositions. À cet effet, la rédaction de Fisheye a répertorié toute une déclinaison...
14 juin 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
L’éternel été de Beatrice Salomone
© Beatrice Salomone
L’éternel été de Beatrice Salomone
À l’argentique, Beatrice Salomone capture une saison estivale infinie, dont la chaleur pousse les corps à se détendre et les...
14 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas