Letizia Le Fur, Mythologies III : Les métamorphoses : à l’aune d’un renouveau

21 août 2023   •  
Écrit par Ana Corderot
Letizia Le Fur, Mythologies III : Les métamorphoses : à l’aune d’un renouveau
© Letizia Le Fur

© Letizia Le Fur

Troisième et dernier chapitre de son projet au long cours, Mythologies III : Les métamorphoses, dévoile une nature foisonnante et réinventée, où l’homme, acteur secondaire de l’histoire, navigue en cohésion avec le vivant. Une épopée initiatique couchée sur le papier, qui reflète à la fois la nécessité contemporaine de reconnexion à la terre, trop longtemps mutilée. Une série qui sera exposée le 18 janvier 2024 à l’Institut français de Barcelone.

Ayant travaillé sur ce projet durant quatre ans, Letizia Le Fur clôt aujourd’hui ses épopées fantastiques, en déployant le deuxième et dernier opus de sa série Mythologies. Inspirée par les mythes gréco-romains, d’Homère, d’Hésiode ou d’Ovide, la photographe a entamé sa propre pléiade visuelle avec le lancement de son premier ouvrage en 2021, Mythologies I – II. Ce dernier se partageait en deux chapitres, « L’origine » et « L’âge d’or ». Cette fois-ci, « Les métamorphoses », en tant que troisième chapitre, nous présente une nature abondante, devenue hostile à l’homme, une situation qui a pu exister ou qui existera dans un futur proche. « L’ensemble de ce projet s’apparente à une fable écologique, rappelle-t-elle, après “L’âge d’or”, au moment où j’ai commencé à bien maîtriser mon sujet, j’ai accouché d’une promesse d’un avenir possiblement meilleur, d’une sorte de nostalgie de ce qui a pu être bien pour l’homme et la nature. “Les métamorphoses”, c’est la transformation du point de vue personnel, de mon travail, de son glissement vers l’abstrait. Mais c’est également une fusion entre tous les éléments : les hommes, les minéraux, les végétaux, les êtres. C’est la fluidité, et je pense que ça correspond à ce que l’on vit, où les choses deviennent de plus en plus perméables », confie-t-elle.

© Letizia Le Fur
© Letizia Le Fur
© Letizia Le Fur

© Letizia Le Fur

Être non-identifié

Un changement, une fluidité quelque chose que l’on ressent aussi bien dans ce personnage présent dans l’ouvrage, homme, ou parfois simple silhouette androgyne, dont on ne sait rien hormis les courbes. Il n’y a « aucune relation de séduction, d’érotisme, de je ne sais quoi à travers cet homme », il se comprend comme la représentation objective de toute l’humanité. Un être sans nom ni artifice, nu et prêt à entamer sa mue prochaine. À travers les pages que l’on tourne et la vue des diptyques qui se répondent en éclat, on circule aux côtés de cette personne au cœur de paysages réinventés à l’infini. « Je modifie, change les couleurs de ces lieux et laisse à tous·tes la liberté de créer son propre paysage. Ce qui m’intéresse dans ce travail et dans le reste de mon œuvre, c’est d’inventer mon propre décor, ma propre nature. Presque comme quelqu’un·e, de tout·e puissant·e », ajoute Letizia Le Fur. Une transcendance s’opère, la confusion de ce qui a existé ou existera émerge en nous, on ne sait pas où l’on se situe, est-ce l’arrivée de l’humanité sur terre ou juste après sa disparition future ? Des questions laissées sans réponses, qui importent finalement peu. Car l’essentiel, c’est d’être bien là, présent·es dans le manque de repères.

© Letizia Le Fur

© Letizia Le Fur
© Letizia Le Fur
© Letizia Le Fur

L’absence pour reconstruire

Se baigner dans des océans de solitude, ralentir la cadence et se laisser engloutir dans les bois pour se reconnecter à nos racines, voici peut-être ce que Letizia Le Fur nous suggère. Elle nous invite à rester attentif·ves à tous ces gestes secrets, à écouter les murmures de la forêt et à nous réchauffer dans le scintillement de cette eau cristalline. Dans l’isolement, la nature apparaîtra plus vivante que jamais. Dorénavant, nous en sommes conscient·es, il n’y aura plus rien après, seul un renouveau dans l’absence, une métamorphose obligatoire. « Il y a une image que j’aime beaucoup, qui existe en noir et blanc et en couleur. C’est celle d’un nu derrière une énorme fougère. Elle résume exactement cette idée de métamorphose, cette fusion, ce corps qu’on ne voit plus, qui disparaît au profit de l’écosystème », conclut-elle.

© Letizia Le Fur

© Letizia Le Fur
© Letizia Le Fur
Editions Rue du Bouquet
Graphic design Bizzarri-Rodriguez
120 pages
49€
À lire aussi
Chris Mann et les paysages mystiques de la Vallée de la Lune
Chris Mann et les paysages mystiques de la Vallée de la Lune
Fasciné par un désert de Jordanie aux allures martiennes, Chris Mann a shooté pendant quatre jours ses canyons, ses dunes, sa faune et sa…
19 mai 2023   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Le voyage antique de Létizia Le Fur à la Galerie Laure Roynette
Le voyage antique de Létizia Le Fur à la Galerie Laure Roynette
Jusqu’au 17 juillet, Létizia Le Fur expose « L’âge d’or » à la Galerie Laure Roynette – le second chapitre de son travail au long…
04 juin 2021   •  
Écrit par Finley Cutts
Explorez
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
L'anniversaire de Focus par Fisheye Magazine à la Gaîté Lyrique
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·e·s dans nos...
24 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La sélection Instagram #442 : parades fantasmées
© Pauline Suzor / Instagram
La sélection Instagram #442 : parades fantasmées
Cette semaine, notre sélection Instagram vous plonge au cœur d'un évènement folklorique, festif et coloré : le carnaval. Retrouvez, en ce...
20 février 2024   •  
PhotoBrussels : la capitale belge fait son festival
© Jacques Sonck / Courtesy Gallery FIFTY ONE
PhotoBrussels : la capitale belge fait son festival
La 8e édition du Photo Brussels Festival vient d’ouvrir dans la capitale européenne. Avec au menu 56 expositions réunissant 300 artistes...
07 février 2024   •  
Écrit par Eric Karsenty
Kidnapping, animaux-espions et bad trip au LSD : la séance de rattrapage Focus !
© Karolina Wojtas
Kidnapping, animaux-espions et bad trip au LSD : la séance de rattrapage Focus !
Paysages japonais, matchs de catch mexicains, guerre centenaire, religions futuristes, soirées érotiques, amitiés artificielles… Comme...
07 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
Il y a 9 heures   •  
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et...
27 février 2024   •  
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet