Le film « American Beauty » revisité

28 juillet 2015   •  
Écrit par Marie Moglia
Le film "American Beauty" revisité
Inspirée par l’affiche du film “American Beauty”, la photographe américaine Carey Fruth a fait poser nues un groupe de femmes volontaires sur un lit de fleurs, pour lutter contre les préjugés.

C’est une image devenue culte: cette séquence du film American Beauty de Sam Mendès, dans laquelle l’actrice Mena Suvari pose nue sur un lit de roses rouges. Sensuelle et terriblement suggestive, c’est une sorte d’allégorie de la tentation qui y représentée, illustration du fantasme de Lester Burnham (incarné par Kevin Spacey), mari frustré par son quotidien de père de famille. La scène est magnifique, mais elle est aussi emblématique. Elle érige un standard de beauté féminine, définit uniquement par le regard masculin: une femme blanche, jeune et mince.

C’est justement ce qui dérange Carey Fruth. C’est pourquoi elle a réuni autour d’elle quatorze femmes d’âges, d’origines ethniques et de morphologies différentes. Son intention ? Détourner l’affiche du film afin de démonter les stéréotypes qui construisent l’image imposée d’une “belle femme”, entièrement sexualisée.

Photo extraite de la série "American Beauty" / © Carey Fruth
Photo extraite de la série “American Beauty” / © Carey Fruth

Citée par le site Mashable, la photographe a expliqué: “J’ai demandé à ces femmes d’être authentiques dans leur sensualité, leur vulnérabilité et leur complexité et de ne pas poser comme de simples modèles. Ces images ont pour but de montrer la réalité de ce qu’est la féminité, de pousser le paradigme des standards de beauté aux États-Unis en présentant des femmes toutes très différentes.”

Photo extraite de la série "American Beauty" / © Carey Fruth
Photo extraite de la série “American Beauty” / © Carey Fruth

Carey Fruth a d’ailleurs remplacé les pétales de roses rouges par du lilas, symbole de “beauté, d’estime et de confiance en soi”. De plus, sa série met en avant des individus marginalisés par les médias de masse: des femmes de couleurs ou en surpoids. Elle souhaite ainsi révéler la beauté naturelle sous toutes ses formes. Si la photographe a dirigé elle-même les shooting, elle a laissé les modèles décider de leur coiffure, de leur maquillage et de leur pose. L’idée étant de les aider à assumer leur corps. Elle a déclaré: “J’aurais adoré voir ces images dans les magazines quand j’étais adolescente !”

americanbeauty_weblogo_careyfruth_14-fisheyelemagamericanbeauty_weblogo_careyfruth_12-fisheyelemagamericanbeauty_weblogo_careyfruth_04-fisheyelemagamericanbeauty_weblogo_careyfruth_05-fisheyelemagamericanbeauty_weblogo_careyfruth_07-fisheyelemagamericanbeauty_weblogo_careyfruth_10-fisheyelemagamericanbeauty_weblogo_careyfruth_09-fisheyelemagamericanbeauty_weblogo_careyfruth_06-fisheyelemagamericanbeauty_weblogo_careyfruth_03-fisheyelemagamericanbeauty_weblogo_careyfruth_08-fisheyelemagamericanbeauty_weblogo_careyfruth_02-fisheyelemagamericanbeauty_weblogo_careyfruth_11-fisheyelemag

En (sa)voir plus

→ Le site web de Carey Fruth: www.careyfruthphotography.com

→ La photographe collabore aussi avec le studio Shameless Photography

→ Suivez son compte Instagram: @careylynne

→ Découvrez ou redécouvrez la scène mythique du film de Sam Mendès:

Explorez
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
Il y a 8 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
© Andrea Sena
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Andrea Sena, qui s’est attachée à capturer la fête comme acte de résistance en temps de guerre. Pour...
19 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 12.02.24 au 18.02.24 : un éveil réparateur
© Maurine Tric
Les images de la semaine du 12.02.24 au 18.02.24 : un éveil réparateur
C’est l’heure du récap’ ! Cette semaine, les photographes mis·es en avant par Fisheye ont en commun de transmettre des valeurs de soin et...
18 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
Il y a 8 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina