Le règne des vivants

01 septembre 2022   •  
Écrit par Anaïs Viand
Le règne des vivants

Avec Écosystèmes, Chloé Milos Azzopardi écrit un conte futuriste, mêlant explorations psychologiques et questionnements écologiques. Une œuvre sensible où nature rime avec poésie. Cet article est à découvrir dans notre dernier numéro.

Archées, protistes, nématodes ou annélides… « On ne connaît même pas tous les vivants qui peuplent notre planète, lance Chloé Milos Azzopardi. On leur accorde d’ailleurs très peu d’importance politiquement. Il n’y a qu’à regarder les débats lors de la dernière élection présidentielle… Pourtant, la biomasse des plantes, des champignons, des archées, ou encore des mollusques est plus importante que celle des êtres humains. » En plus de restaurer cette curiosité pour le vivant avec lequel on cohabite et qu’on ne connaît que trop peu, l’artiste française milite pour un nouvel équilibre et une abolition de toute forme de domination. « Pendant longtemps, la philosophie occidentale a tout fait pour séparer l’humain du reste des espèces, la nature de la culture, au point de penser que l’humain se situait au-dessus de la sphère du vivant, voire en dehors. J’essaie d’être la plus ouverte possible à la multitude, de sentir l’altérité et de créer des passerelles. J’essaie de photographier en me disant que si je vois, je suis vue aussi. Plus qu’un langage, il s’agit d’une forme d’échange, de réciprocité. » 

© Chloé Milos Azzopardi© Chloé Milos Azzopardi

Le chapitre « Écosystèmes » s’inscrit dans une série au long cours intitulée Les Formes qu’ils habitent en temps de crise. Un projet intime. Durant dix années, de ses 16 à ses 26 ans, Chloé Milos Azzopardi a traversé des crises de dissociation et de dépersonnalisation. « Il s’agit de réponses psychologiques à la suite de traumas. Les personnes qui en souffrent peuvent ne plus sentir leur corps, être déconnectées de leurs émotions et de leurs sensations. Parfois, je ne reconnaissais même plus mon visage ni mon nom. Pour revenir petit à petit à la réalité, je me suis mise à observer intensément mon environnement, à essayer de ressentir les sensations des vivants qui m’entouraient, que ce soit des plantes, des insectes, des roches, des animaux… », explique la jeune femme. Aujourd’hui, elle puise son inspiration dans l’astronomie et l’éthologie, et continue de capturer la sympathie et l’étrangeté des vivants qui évoluent autour d’elle. 

Violences en tout genre, catastrophes politiques et environnementales, repli sur soi… Certains annoncent le retour du mal du siècle. Loin de la mélancolie romantique, Chloé Milos Azzopardi développe une fable futuriste, et traduit en images ce que pourrait être le postcapitalocène – ère géologique suivant le capitalisme marquée par de forts déséquilibres environnementaux. Tout comme la philosophe américaine Judith Butler, auteure de Vie précaire. Les pouvoirs du deuil et de la violence après le 11 septembre 2001 (Éd. Amsterdam, 2005), la photographe rêve à une société reposant sur « la reconnaissance de nos vulnérabilités et de nos interdépendances, et sur une nouvelle éthique de la non-violence qui protégerait tout le vivant ». Repenser le système économique et social actuel tout en aimant le vivant fragile et mortel… Un beau programme ! 

 

Cet article est à retrouver dans son intégralité dans Fisheye #54, disponible ici.

© Chloé Milos Azzopardi

© Chloé Milos Azzopardi© Chloé Milos Azzopardi

© Chloé Milos Azzopardi

© Chloé Milos Azzopardi© Chloé Milos Azzopardi

© Chloé Milos Azzopardi

© Chloé Milos Azzopardi© Chloé Milos Azzopardi

© Chloé Milos Azzopardi

Explorez
Dans l’œil de Massimiliano Corteselli : l’inextinguible feu du mont Chimère
© Massimiliano Corteselli
Dans l’œil de Massimiliano Corteselli : l’inextinguible feu du mont Chimère
Aujourd’hui, plongée dans l’œil de Massimiliano Corteselli, auteur de la série Contrapasso. Dans ce projet au long cours, dont nous...
15 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Change à la Galerie Triangle : six histoires de ravage et d'espoir
© Dana Tentea / Courtesy of Galerie Triangle
Change à la Galerie Triangle : six histoires de ravage et d’espoir
Du 1er au 14 juillet, dans le cadre des Rencontres d’Arles, la Galerie Triangle consacre une exposition à la cause environnementale, et...
28 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Une photographie contemporaine 100% nature à l’Abbaye de l’Épau
© Myrto Papadopoulos
Une photographie contemporaine 100% nature à l’Abbaye de l’Épau
Jusqu’au 3 novembre, l’Abbaye de l’Épau présente Dans les herbes hautes, une série d’expositions contemplatives qui ont lieu dans son...
27 juin 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
La sélection Instagram #458 : terres mouvantes
© Zachary James / Instagram
La sélection Instagram #458 : terres mouvantes
Laissez-vous mettre à terre par notre sélection Instagram #458 ! Cette semaine, nous mettons à l'honneur les sols, terrestres ou...
11 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger et Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Focus : la voie des femmes
© Paola Paredes
Focus : la voie des femmes
Depuis plus de deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·e·s dans...
Il y a 10 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Lumière sur les lauréat·es de la Bourse du Talent 2024
© Guillaume Holzer
Lumière sur les lauréat·es de la Bourse du Talent 2024
Le 4 juillet 2024, durant la semaine d’inauguration des Rencontres d’Arles, la Bourse du Talent a distingué ses trois lauréat·es 2024....
17 juillet 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Stéphane Duroy : face à l’adversité
© Stéphane Duroy / Vu
Stéphane Duroy : face à l’adversité
De l’Europe aux États-Unis, le photographe français Stéphane Duroy, membre de l’agence Vu, a témoigné pendant plus de 40 ans des...
17 juillet 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Au Mémorial de Verdun, Anastasia Taylor-Lind témoigne du quotidien en Ukraine
Départ pour un point de contrôle, Donbass, 2019. © Anastasia Taylor-Lind
Au Mémorial de Verdun, Anastasia Taylor-Lind témoigne du quotidien en Ukraine
Jusqu’au 30 novembre 2024, le Mémorial de Verdun présente Ukraine: Photographs from the Frontline. L’exposition, d’abord conçue par...
16 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet