Les albums de famille picturaux d’Agathe Berjaut

03 octobre 2022   •  
Écrit par Ana Corderot
Les albums de famille picturaux d'Agathe Berjaut

Dans les carnets symboliques d’Agathe Berjaut, l’enfance en famille nous inonde de lumière. Maniant remarquablement la peinture et la photographie, l’artiste dévoile les détails de ses fragments de vie.

Et si la spontanéité de l’enfance perdurait ? Cette interrogation, Agathe Berjaut l’a placée au cœur de son travail artistique. Formée à l’école Duperré, la designeuse de mode, peintre et photographe autodidacte, mariée et mère de deux jeunes filles, collectionne les souvenirs. « “Qui suis-je ? ” : une question qui me hante souvent. Je dirais une femme retenant encore l’enfant qu’elle a été, se vouant à ses filles pour ne pas manquer une miette de leur croissance. Je suis une amie et amante qui croit, malgré tous les coups durs, que la vie vaut la peine d’être vécue. J’ai 45 ans et je suis une personne entière. Je me donne corps et âme à ce et ceux que j’aime. » D’une nature bienveillante, à l’esprit vivant et parfois nostalgique, l’artiste vibre pour la création qu’elle inscrit dans son quotidien. Que ce soit en peinture ou en photographie, elle illustre sa vie, surtout celle qu’elle partage avec ses enfants : Adèle et Lou, ses merveilles.

Avec ces deux pratiques complémentaires, elle relie le temps perdu au temps qui passe. Plus encore, ces arts raisonnent et rayonnent au rythme des années qui défilent − témoins de toutes les premières fois de ses enfants −, et la protègent d’éventuels regrets. « Même si je dessine d’après une image, la peinture a toujours été mon langage de prédilection. Ce sont deux médiums qui me permettent de m’exprimer visuellement. Grâce au 8e art, je regarde plus intensément. Je perçois mieux les bribes de beautés, et les imprime ensuite dans ma mémoire », ajoute-t-elle. Attachée au présent, Agathe Berjaut capte, à la manière des avant-gardistes, les éléments qui l’émeuvent à même son sujet : une mandarine sur un corps nu, des ombres chinoises de mains entrelacées, la marque du maillot de bain après bronzage. Dans toutes ses créations, photos et peintures comprises, le motif de la famille, de l’insouciance enfantine et du lien de sororité revient compulsivement, comme pour protéger son cocon domestique.

© Agathe Berjaut

© Agathe Berjaut

Collectionner, figer l’éphémère  

Dents de lait tombées, étreintes rassurantes, cueillettes et cache-cache en forêt, querelles au bord du lit au réveil, premiers bains et vacances au soleil… Autant de morceaux de vies authentiques, qui, telle une ritournelle, tentent d’échapper à l’effacement et a fortiori au néant. Car ce qu’Agathe Berjaut développe dans ses carnets − ou journaux intimes − sont les preuves de l’amour inconditionnel qu’elle porte à son cercle familial. « Je me demande ce qu’il restera aux familles qui gardent leurs souvenirs sur iPhone. J’ai perdu plusieurs personnes que j’ai aimées éperdument, mais je m’interroge souvent sur ce que je connaissais d’eux. Je ne sais pas si j’ai vraiment eu accès à leur pure intimité. Relire des lettres et me replonger dans des photos me permet d’apporter une réponse à cette question. Mes journaux sont l’héritage que je lèguerai à mes filles. Quand elles décideront de s’y plonger, elles pourront comprendre entièrement qui j’ai été. Découvrir toutes mes couches, des plus superficielles aux plus profondes. » 

Armée de son Olympus Mju ou du Pentax Spotmatic de son père, elle s’immisce dans les mouvements les plus instinctifs de ses enfants, reflétant ainsi leur évolution. « Je suis nostalgique du temps où mes filles étaient plus jeunes, affirme-t-elle, avant de reprendre, Je vois déjà qu’il est très difficile de prendre des photos de mon aîné, elle est beaucoup plus consciente de son image, elle est moins dans l’instant présent. » Entre couleurs franches et teintes poudrées, sa palette picturale et photographique oscille. Une manière de symboliser à la fois l’éclat bouillant et la douceur expansive qui unit l’artiste à son entourage proche. « Nous sommes une famille latine, même si nous vivons au nord, nous existons dans le mouvement et à voix haute », affirme-t-elle. Cette douceur évoquée, c’est également celle des corps fougueux, ceux qui ont donné la vie, qui s’entremêlent et se célèbrent.

Sans nul doute, les créations d’Agathe Berjaut lui ressemblent. Dans les traits fluides et fins de ses dessins, ou dans les grains réconfortants de ses clichés, se lit toute la profondeur de son intériorité. À la découverte des pages de ses carnets, l’idée de son bonheur, même mouvementé, s’esquisse. « L’univers artistique d’une personne est le reflet de son “moi”. Le mien est fait de multiples couches, inspirations, langages. C’est la somme de tous mes dessins qui dira qui je suis », conclut-elle.

 

© Agathe Berjaut

 

© Agathe Berjaut© Agathe Berjaut

 

 

 

© Agathe Berjaut

 

 

 

© Agathe Berjaut

 

 

© Agathe Berjaut

 

 

© Agathe Berjaut

 

 

© Agathe Berjaut

 

 

© Agathe Berjaut© Agathe Berjaut

 

© Agathe Berjaut

© Agathe Berjaut© Agathe Berjaut

© Agathe Berjaut

 

 

© Agathe Berjaut© Agathe Berjaut

 

© Agathe Berjaut

 

 

© Agathe Berjaut

© Agathe Berjaut

Explorez
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
The Necklace, 1999 © 2021, Alessandra Sanguinetti / Magnum Photos
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
Pendant plus de deux décennies, Alessandra Sanguinetti a documenté, au travers de mises en scène, le quotidien de deux petites filles de...
20 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les coups de cœur #481 : Lara Lussheimer et Sara Tontorova
© Lara Lussheimer
Les coups de cœur #481 : Lara Lussheimer et Sara Tontorova
Lara Lussheimer et Sara Tontorova, nos coups de cœur de la semaine, sont toutes deux en quête de métaphores. La première les fait émerger...
19 février 2024   •  
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill