Les coups de cœur #225

11 février 2019   •  
Écrit par Anaïs Viand
Les coups de cœur #225

Philippine de Joussineau nous emporte en Iran tandis que Léo Derivot utilise l’image pour  questionner la politique. Voici nos coups de cœur de la semaine.

Philippine de Joussineau

Diplômée d’école de commerce, Philippine de Joussineau a débuté sa vie professionnelle à Paris dans le conseil en stratégie de point de vente. En juillet 2018, elle décide de quitter ce monde afin de se consacrer pleinement à la photographie.
« Deux reportages ont changé ma vie. Demain, de Cyrille Dion et Mélanie Laurent, fut une réelle prise de conscience sur des sujets cruciaux comme l’agriculture, la santé ou encore l’éducation. Ce film a été le point de départ d’une longue introspection durant laquelle je cherchais un sens à ma vie, à mes actions. Le second long métrage qui m’a bouleversé est Le Sel de la Terre sur le photographe Sebastião Salgado. Son Oeuvre ainsi que ses engagements personnels m’inspirent énormément. C’est cette volonté de sensibiliser les autres qui m’a décidé à me lancer dans une pratique photographique engagée », confie Philippine de Joussineau.
Elle signe avec Longueurs d’onde sa première série,  réalisée en Iran durant l’été 2018. « Les différentes rencontres et les recherches que j’ai faites au cours de ce voyage m’ont permis de mieux comprendre l’histoire obscure et sanguinaire de ce pays et de ses habitants, précise-t-elle. En optique, les longueurs d’onde façonnent la lumière et dévoilent les couleurs à travers son spectre. Leurs jeux, au gré des contrastes et des perspectives, expriment pour moi l’espoir d’un peuple de s’extirper d’un passé trouble et ses rêves d’un avenir meilleur. » Une vision poétique de l’Iran.

© Philippine de Joussineau

© Philippine de Joussineau© Philippine de Joussineau
© Philippine de Joussineau© Philippine de Joussineau

© Philippine de Joussineau

Léo Derivot

«  Ma série Ecran LCD est née d’un questionnement sur l’évolution de notre relation à l’image photographique suite à notre immersion dans un monde de plus en plus virtuel, dématérialisé. De nos jours, nous n’accordons que quelques dixièmes de secondes à des productions qui défilent sur un fil d’actualité impalpable.» Selon Daniel Van Dr Gucht, «Les sociétés industrielles font de leurs membres des camés dont l’image est la drogue ; c’est la puissante forme de pollution mentale », explique Léo Derivot, un jeune photographe diplômé d’une licence d’Arts Plastiques à la Sorbonne.

Fasciné par l’ouvrage L’expérience politique de l’art : Retour sur la définition de l’art engagé de Daniel Van Dr Gucht, Léo Dérivot utilise l’image et la création artistique pour questionner la politique. Boulimique d’images, l’homme moderne qu’il dépeint est emprisonné dans un monde factice, à la frontière du réel et de l’irréel. Une série politique (et sceptique) qui invite le spectateur, ou plutôt l’homme consumériste, à s’arrêter, regarder et réfléchir.

© Léo Derivot© Léo Derivot

© Léo Derivot

© Léo Derivot© Léo Derivot

© Léo Derivot

Explorez
Found footage et IA : Jamie Harley met en musique les images schizophrènes
© Jamie Harley, « Kamanja Ice » de Hanaa Ouassim (2023)
Found footage et IA : Jamie Harley met en musique les images schizophrènes
Réalisateur de clips depuis une quinzaine d’années, Jamie Harley propose des formes alternatives d’association entre image et musique...
21 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Åsa Johannesson : « Je cherche à diversifier la méthodologie queer dans la photographie »
© Mark McKnight, Him, Shadow (2020)
Åsa Johannesson : « Je cherche à diversifier la méthodologie queer dans la photographie »
Maîtresse de conférences à l’université de Brighton, en Angleterre, l’artiste suédoise multidisciplinaire Åsa Johannesson vient de...
20 juin 2024   •  
Écrit par Gwénaëlle Fliti
Le musée du quai Branly - Jacques Chirac dévoile les lauréat·es du Prix pour la photographie
Familia 1 © Felipe Romero Beltrán
Le musée du quai Branly – Jacques Chirac dévoile les lauréat·es du Prix pour la photographie
Julie Gough, Priyadarshini Ravichandran et Felipe Romero Beltrán sont les lauréat·es du Prix pour la photographie du musée du quai Branly...
20 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Fernanda Tafner : fascismes en perspective
© Fernanda Tafner
Fernanda Tafner : fascismes en perspective
Pour son projet – toujours en cours – intitulé L’Objet, Fernanda Tafner replonge dans l’époque de la montée du fascisme, durant les...
19 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Ces séries de photographies qui prennent vie en musique
Ces séries de photographies qui prennent vie en musique
En ce premier jour de l’été, partout en France, la musique est à l’honneur. À cet effet, nous vous avons sélectionné une série de...
Il y a 11 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Found footage et IA : Jamie Harley met en musique les images schizophrènes
© Jamie Harley, « Kamanja Ice » de Hanaa Ouassim (2023)
Found footage et IA : Jamie Harley met en musique les images schizophrènes
Réalisateur de clips depuis une quinzaine d’années, Jamie Harley propose des formes alternatives d’association entre image et musique...
21 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Léna Maria : les femmes, au cœur du vivant
© Lena Maria
Léna Maria : les femmes, au cœur du vivant
De la pointe des cimes à l’œil d’un cheval ou d’un loup, Léna Maria, photographe du tellurique et du sensible, poursuis son exploration...
21 juin 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Åsa Johannesson : « Je cherche à diversifier la méthodologie queer dans la photographie »
© Mark McKnight, Him, Shadow (2020)
Åsa Johannesson : « Je cherche à diversifier la méthodologie queer dans la photographie »
Maîtresse de conférences à l’université de Brighton, en Angleterre, l’artiste suédoise multidisciplinaire Åsa Johannesson vient de...
20 juin 2024   •  
Écrit par Gwénaëlle Fliti