Les coups de cœur #231

25 mars 2019   •  
Écrit par Anaïs Viand
Les coups de cœur #231

Nos coups de cœur de la semaine ? Kenza Vannoni et Jérémy Esteve. Deux photographes sensibles qui ont retenu notre attention cette semaine.

Kenza Vannoni

À seulement 22 ans, Kenza Vannoni écrit et réalise des films. Et c’est grâce à l’image qu’elle construit ses récits. Car depuis ses 16 ans, elle prend des photos comme elle raconte des histoires. « Je ne pratique que l’argentique, car j’aime la saleté, l’accident et la surprise qui y sont associés. Comme je suis très timide, la vitre me protège, et je peux voler des instants. Peut-être que c’est mal… je ne sais pas », avoue la jeune femme fascinée par les vitres et l’intime. Ses sujets favoris ? « Mes copines dans leur chambre, ma mère dans la salle de bains, ou mon copain qui se prélasse nu. J’aime capturer ce qui me lie avec mes modèles. Mes images sont des secrets que je confie à mon boîtier. » Elle présente sur son Tumblr des instants quotidiens sublimés.

© Kenza Vannoni

© Kenza Vannoni© Kenza Vannoni
© Kenza Vannoni© Kenza Vannoni

 

© Kenza Vannoni

Jérémy Esteve

« Je suis déterminé, sensible aux détails, parfois même un peu trop », avoue Jérémy Esteve, 30 ans. « J’ai toujours voulu faire de la photo. Au collège, je m’intéressais au métier de reporter. Mon grand-père, correspondant d’un journal local, m’a appris à développer mes films. Au lycée, j’ai assisté des photographes de publicité. Je n’ai jamais gagné ma vie autrement qu’en photographiant », confie le jeune homme. À l’image de son Tumblr organisé en pêle-mêle, Jérémy Esteve multiplie ses expériences. « Depuis dix ans, je partage mon travail entre des expérimentations en studio, des commandes éditoriales pour la mode et des projets personnels de voyage et d’architecture », explique le photographe. Ce dernier a une passion profonde pour la culture populaire qu’il se réapproprie au regard des codes esthétiques associés à l’univers de la mode. « L’humain dans tout ce qu’il a de bon et de mauvais » l’inspire tout autant. « J’aime penser que tout sujet peut être sublimé par un regard. »

© Jeremy Esteve© Jeremy Esteve
© Jeremy Esteve© Jeremy Esteve

© Jérémy Esteve

Explorez
600° : à Bordeaux, LesAssociés plongent dans les décombres des incendies
© Alban Dejong
600° : à Bordeaux, LesAssociés plongent dans les décombres des incendies
Jusqu’au 17 mars 2024, le collectif LesAssociés présente l’exposition 600° au cœur de l’Espace Saint-Rémi, à Bordeaux. Un récit choral...
15 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les photographes de Fisheye et la pollution sublimée
© Richard Pak
Les photographes de Fisheye et la pollution sublimée
Enjeux sociétaux, troubles politiques, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur nos pages ne...
09 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Niort : la Jeune Photographie imagine le monde d’après
© Thomas Pendeliau
Niort : la Jeune Photographie imagine le monde d’après
Pour leur trentième anniversaire, les Rencontres de la Jeune Photographie Internationale de Niort nous invitent à réfléchir au monde...
06 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Dans l’œil d’Alice Pallot : la métamorphose d'un marcassin 
© Alice Pallot
Dans l’œil d’Alice Pallot : la métamorphose d’un marcassin 
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Alice Pallot. À la frontière de l’art et de la science, la photographe française s’intéresse...
05 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
Il y a 8 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina