Les coups de cœur #254

16 septembre 2019   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Les coups de cœur #254

Valery Konkov et Valeria Dellisanti perçoivent la nature comme un élément hautement symbolique. Le premier perce sa beauté pour révéler un monde dangereux, tandis que la seconde s’en sert pour explorer la notion de solitude. Voici nos coups de cœur #254.

Valery Konkov

Photographe russe de 22 ans, Valery Konkov a étudié l’histoire, avant de s’inscrire à l’École de photographie moderne de Saint-Pétersbourg. Aujourd’hui, l’auteur se définit comme un photographe documentaire, tout en portant une attention particulière à la beauté de l’image. « Selon moi, seule une perception esthétique peut nous faire comprendre les enjeux les plus complexes et importants », précise-t-il. C’est au nord de la Russie, dans la ville de Montchegorsk, connue pour son exploitation minière et métallurgique importante, que Valery Konkov s’est rendu. « La vie des habitants dépend de ce centre industriel. Il est au cœur de leurs habitudes, mais pollue aussi énormément », confie-t-il. Des émissions nocives que le gouvernement souhaite garder secrètes. « Durant la réalisation du projet, j’ai été détenu par le service de sécurité de l’usine, et envoyé au service fédéral de sécurité de la Fédération de Russie, qui m’a menacé », ajoute-t-il. Dans ses images, la nature froide du territoire semble aussi belle que dangereuse, un paysage mourant, dissimulé par la neige imposante. Une immersion dans un espace « dont l’air est saturé de gaz toxiques ».

© Valery Konkov© Valery Konkov
© Valery Konkov

© Valery Konkov

Valeria Dellisanti

Valeria Dellisanti, 23 ans, étudie et travaille comme photographe en Italie d’où elle est originaire. « J’ai acheté mon premier appareil photo à l’âge de 16 ans. J’ai ensuite étudié dans une école d’art où j’ai appris à composer une image, mais ma passion pour la photographie est née quelques années plus tard, quand j’ai quitté le sud de l’Italie pour le nord, et que je me suis installée à Bologne. C’est là que j’ai acheté mon premier boîtier argentique », explique-t-elle. En développant une approche instinctive, spontanée ou encore intime, Valeria Dellisanti explore les notions de fragilité, de changement et de solitude. Les images qu’elle nous partage proviennent de son ouvrage intitulé Summer, paru en septembre 2017. « J’ai regroupé des photos prises depuis les rivières d’Émilie-Romagne et jusqu’aux côtes de la Mer Adriatique. Ces fragments de mon été composent un journal photo, ainsi qu’une tentative de dialogue entre la nature et le corps humain », confie-t-elle.

© Valeria Dellisanti© Valeria Dellisanti
© Valeria Dellisanti© Valeria Dellisanti

© Valeria Dellisanti

© Valeria Dellisanti

Explorez
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
27 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Prix Carmignac : le Ghana face aux ravages des déchetteries électroniques
© Bénédicte Kurzen
Prix Carmignac : le Ghana face aux ravages des déchetteries électroniques
Le journaliste Anas Aremeyaw Anas et les photojournalistes Muntaka Chasant et Bénédicte Kurzen remportent le Prix Carmignac 2024 avec...
15 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Dans l'œil de Jérémy Appert : la mer de toutes les mémoires
© Jérémy Appert / Courtesy of Circulation(s)
Dans l’œil de Jérémy Appert : la mer de toutes les mémoires
Jérémy Appert, dont le travail est exposé au festival Circulation(s) jusqu’au 2 juin prochain, a côtoyé pendant plusieurs années celles...
13 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Itinérances Foto 2024 : état des lieux de la photo contemporaine
© Alice Pallot
Itinérances Foto 2024 : état des lieux de la photo contemporaine
Itinérances Foto Sète revient pour sa 2e édition, en réunissant des photographes de tout horizon pour raconter le monde contemporain....
09 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Focus #73 : les mutations sacrées de Zoé Chauvet
05:07
© Fisheye Magazine
Focus #73 : les mutations sacrées de Zoé Chauvet
C’est l’heure du rendez-vous Focus ! Ce mois-ci, Zoé Chauvet croise le documentaire et l'abstraction et tisse les liens du corporel au...
29 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Courrier des photographes #1 : être ou ne pas être photographe, telle est la question
© Roman Jehanno / Instagram
Courrier des photographes #1 : être ou ne pas être photographe, telle est la question
Vous êtes photographe ou vous souhaitez le devenir ? Vous avez des questions sur cette profession qui fait rêver, mais ne savez pas où...
29 mai 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Photographier en Normandie : un laboratoire de créativité
Hippolyte MACAIRE, Louis Cyrus MACAIRE, Navire quittant le port du Havre, 1851, daguerréotype, 15 x 11 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France
Photographier en Normandie : un laboratoire de créativité
Dans le cadre de la 5e édition du festival pluridisciplinaire Normandie Impressionniste, le MuMa – Musée d’art moderne André Malraux au...
29 mai 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
© Chantal Elisabeth Ariëns
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
Jusqu’au 20 juillet, le centre d’art Bildhalle à Amsterdam, accueille la photographe et artiste visuelle Chantal Elisabeth Ariëns, qui se...
28 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina