Les coups de cœur #273

27 janvier 2020   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #273

Abel Llavall-Ubach et Tika Jabanashvili, nos coups de cœur #273 traquent tous deux, à leur manière, la spontanéité. Le premier la fige à travers des portraits, et la seconde la capture au Smartphone.

Abel Llavall-Ubach

Vidéaste de formation, Abel Llavall-Ubach s’est tourné vers la photographie pour « s’échapper de l’aspect parfois trop technique du travail de cadreur ou de monteur, et gagner en indépendance ». Se spécialisant dans l’art du portrait, il évolue rapidement, et se rapproche des agences de mannequins. Pour lui, photographier quelqu’un est une discipline se situant « à la frontière du documentaire et de la mode ». « J’utilise le portrait pour illustrer ce que je ressens du monde qui m’entoure. Je vois beaucoup de visages par jour, dans la rue ou sur internet, et parfois, sans raison, je m’arrête sur l’un d’eux. Je ne cherche pas à comprendre pourquoi, c’est cette spontanéité qui me plaît », explique-t-il. Il imagine alors un décor, une mise en scène en fonction de ce que son modèle lui inspire, révélant une certaine harmonie, soulignée par une lumière douce et naturelle. Une collection d’images intimistes et délicates.

© Abel Llavall-Ubach© Abel Llavall-Ubach
© Abel Llavall-Ubach© Abel Llavall-Ubach

© Abel Llavall-Ubach

 Tika Jabanashvili

Danseuse, actrice et photographe venue de Tbilissi, en Géorgie, Tika Jabanashvili a toujours été passionnée par les arts. « Lorsque le 8e art est apparu dans ma vie, il a complètement bouleversé ma vision du monde. Si avant je ne faisais pas forcément attention à mon environnement, aujourd’hui je n’en rate pas une miette », confie-t-elle. En photographiant uniquement au Smartphone, elle tente de figer l’instant, de capturer la spontanéité. « J’aime que la symétrie, la couleur, l’ombre et la lumière fusionnent pour former une petite histoire », poursuit-elle. Une harmonie qu’elle traque avec dévouement : « Une scène peut se présenter de manière si brève qu’il me faut réagir très rapidement », précise l’artiste. Inspirée par les dégradés que peint le soleil sur le monde et la grâce des femmes, elle réalise des images aux frontières de l’imaginaire, jouant avec les émotions et les sensations.

© Tika Jabanashvili

© Tika Jabanashvili© Tika Jabanashvili

© Tika Jabanashvili

© Tika Jabanashvili

Image d’ouverture : © Tika Jabanashvili

Explorez
Lydia Goldblatt : Fugue, un œil à soi
©Lydia Goldblatt
Lydia Goldblatt : Fugue, un œil à soi
Lydia Goldblatt parle des mères, de la sienne qu’elle a perdue, de celle qu’elle est devenue. De ce deuil enduré alors qu’elle était déjà...
24 mai 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Contenu sensible
Sunsets de Jonas Van der Haegen : sexe radical et douce mélancolie
© Jonas Van der Haegen
Sunsets de Jonas Van der Haegen : sexe radical et douce mélancolie
Collection imposante de polaroïds intimes, l’ouvrage Sunsets de Jonas Van der Haegen propose une relecture poétique d’un langage sexuel...
23 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Melody Melamed : corps, peaux, âmes
© Melody Melamed
Melody Melamed : corps, peaux, âmes
Inspirée par une utopie où tout ne serait qu'harmonie, Melody Melamed compose Shangri-La: The Book of Skin, un ouvrage où les peaux...
23 mai 2024   •  
Écrit par Ana Corderot
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
© Albertine Hadj
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
Nos coups de cœur de la semaine, Albertine Hadj et Alessandro Truffa, emploient la photographie comme une manière de retranscrire et...
20 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Marie Baranger
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
Il y a 6 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
© Salome Jishkariani
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
Salome Jishkariani et Luthor, nos coups de cœur de cette semaine, emploient le 8e art pour sonder le monde qui les environne. Si la...
Il y a 10 heures   •  
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
C’est l’heure du récap' ! Cette semaine, les photographes de la semaine immortalisent leurs propres visions de mondes qu’iels regrettent...
26 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill