Les coups de cœur #274

03 février 2020   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #274

Nos coups de cœur #274, Gabriele Puglisi et Cecilie Fang, capturent tous deux des territoires qui leur sont étrangers. Le premier photographie Paris tandis que la seconde immortalise la Chine.

Gabriele Puglisi

Gabriele Puglisi, alias Poetwho sur Instagram, a découvert le 8e art alors qu’il était au lycée. « Je m’intéressais déjà au médium, et j’ai rencontré, à cette époque, un photographe durant un projet. J’étais fasciné par sa manière d’enseigner et je lui ai proposé de l’aider dans son studio », se souvient-il. Aujourd’hui indépendant, il joue avec les esthétiques, capturant des scènes du quotidien, des émotions fugaces, préférant le monochrome – plus intemporel et poétique – à la couleur. La série Paris vaut bien une photo a vu le jour lors d’un voyage dans la capitale française. « Mon regard voulait raconter les détails de cette ville aux mille visages, du sacré de Notre-Dame – alors intacte – aux vices des ruelles, des boulevards aux bistrots », explique-t-il. Refusant de photographier les sites touristiques, le photographe livre une lettre d’amour à la métropole, se tournant vers ses habitants, son charme et ses nombreuses identités. « Celui qui ne tombe pas amoureux à Paris, ou de Paris, a un cœur aride », conclut-il.

© Gabriele Puglisi© Gabriele Puglisi
© Gabriele Puglisi© Gabriele Puglisi

© Gabriele Puglisi

Cecilie Fang

« Je préfère me définir comme une jeune fille avec un boîtier plutôt qu’une véritable photographe »

, déclare Cecilie Fang. La jeune artiste s’est tournée vers le médium pour documenter sa vie à Beijing, où elle passe régulièrement de longs mois. « Je suis d’origine danoise et chinoise. Si j’ai passé une grande partie de mon enfance au Danemark, j’ai vécu mes deux premières années en Chine, et j’y retourne à chaque vacance. J’ai acheté mon tout premier appareil photo pour immortaliser ces moments précieux passés là-bas », explique-t-elle. Influencé par l’esthétique mode, Cecilie Fang voit le 8e art comme un outil ludique, lui permettant de révéler sa créativité. « J’aime expérimenter, jouer avec l’image, surtout lorsque je shoote en argentique », précise-t-elle. Ses compositions légères et lumineuses entraînent le regardeur dans un univers intime, aussi poétique qu’amusant.

© Cecilie Fang© Cecilie Fang
© Cecilie Fang© Cecilie Fang

© Cecilie Fang

Image d’ouverture : © Cecilie Fang

Explorez
La sélection Instagram #451 : la vie simple
© Melissa Alcena / Instagram
La sélection Instagram #451 : la vie simple
De la photographie de paysage à la nature morte en passant par l'autoportrait, notre sélection Instagram de la semaine est une ode...
À l'instant   •  
Écrit par Milena Ill
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
© Chloé Milos Azzopardi
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
Du 6 au 28 avril, Maison Sœur accueille Ces corps qui nous traversent, une exposition qui nous inivite à repenser notre rapport au vivant.
19 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Les éternels éphémères : des abeilles et des hommes
© Maewenn Bourcelot
Les éternels éphémères : des abeilles et des hommes
C’est un monde sublime et violent, enchanté et tragique, énigmatique et d’une évidence terrible. Avec Les Éternels Éphémères, la...
18 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Ces séries photographiques qui apprivoisent la ville
© Craig-Whitehead
Ces séries photographiques qui apprivoisent la ville
Dans la rue, au cœur du fourmillement de la foule ou au fil des bâtiments qui façonnent la réalité urbaine, les photographes n’ont de...
16 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nos derniers articles
Voir tous les articles
La sélection Instagram #451 : la vie simple
© Melissa Alcena / Instagram
La sélection Instagram #451 : la vie simple
De la photographie de paysage à la nature morte en passant par l'autoportrait, notre sélection Instagram de la semaine est une ode...
À l'instant   •  
Écrit par Milena Ill
Fièvre : les remous intimes de Lorenzo Castore
© Lorenzo Castore
Fièvre : les remous intimes de Lorenzo Castore
Jusqu’au 11 mai, la galerie parisienne S. accueille le photographe Lorenzo Castore, l’un des pionniers de la nouvelle photographie...
22 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Dans l’œil de Kin Coedel : l'effet de la mondialisation sur les regards
© Kin Coedel
Dans l’œil de Kin Coedel : l’effet de la mondialisation sur les regards
Aujourd’hui, plongée dans l’œil de Kin Coedel, à l’origine de la série Dyal Thak. Dans ce projet poétique, dont nous vous parlions déjà...
22 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les coups de cœur #489 : Julie Legrand et Kathleen Missud
© Julie Legrand
Les coups de cœur #489 : Julie Legrand et Kathleen Missud
Nos coups de cœur de la semaine, Julie Legrand et Kathleen Missud, ont toutes deux, au cours de leur parcours dans le 8e art, fait le...
22 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill