Les coups de cœur #322

04 janvier 2021   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #322

Andrés González Tilve et Camouna, nos coups de cœur #322, parviennent à révéler l’âme des gens. Le premier la capture au cœur d’un marché vietnamien, et la seconde à travers la nudité.

Andrés González Tilve

Né en 1985 dans la région de la Galice, en Espagne, Andrés González Tilve a fait des études de commerces avant de se tourner vers la photographie. En 2016, il voyage à l’autre bout du monde, au Vietnam, pour démarrer un projet personnel. « J’ai ensuite réalisé la suite de ce projet en 2018. J’ai passé trois mois à voyager de part et d’autre du pays, puis au Laos et au Cambodge », ajoute-t-il. Grand observateur, l’auteur aime se laisser guider par ses émotions, et s’attache à capturer son environnement avec réalisme. « Je me suis rendu dans ce territoire par hasard, à l’occasion du mariage d’une ancienne collègue à moi. Celle-ci m’a alors parlé de Can Tho (la plus grande ville du delta du Mekong) et de ses fameux marchés flottants », ajoute-t-il. Des lieux grouillants de monde, et d’énergie. Sur place, dès quatre heures du matin, les marchants commencent à vendre leurs produits. Inspiré par le tumulte ambiant, Andrés González Tilve parvient à saisir des instants sensibles, de rares moments de calme au cœur d’un espace effervescent.

© Andrés González Tilve

© Andrés González Tilve© Andrés González Tilve

© Andrés González Tilve© Andrés González Tilve

© Andrés González Tilve

Camouna

« Je photographie à l’instinct, comme on discute avec quelqu’un. Une fois libérées des gênes, des pudeurs, mes modèles vivent et expriment ce qu’elles sont, ce qu’elles ont en elles au moment précis de notre rencontre. Je photographie en chacune l’éclosion. Sans mise en scène, je m’abandonne à capter tout ce que je reçois tout en sculptant le mouvement qui se dessine »

, raconte Camouna, photographe et comedienne de 34 ans. Passionnée par les corps, et la peau qui est « de toutes les couleurs de [s]a palette, celle qu’[elle] préfère », l’artiste travaille le nu et s’attache à révéler, découvrir et aimer les corps. « Mes clichés peuvent être considérés comme féministes. Ils sont sensibles, crus, cruels, enfouis, bruts, simples, sans chichi, instinctifs, démasqués… », confie-t-elle. En s’entourant de personnes qu’elle connaît bien, Camouna se laisse guider par la confiance mutuelle, par un besoin de donner à voir des femmes fières, libérées. « Mes modèles ne sont pas des professionnelles. En choisissant de poser ainsi, elles véhiculent une sorte d’empowerment », poursuit-elle. Une exploration délicate du female gaze.

© Camouna

© Camouna© Camouna
© Camouna© Camouna

© Camouna

© Camouna

Image d’ouverture : © Camouna

Explorez
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
© Feng Li
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes nous plongent dans des archives en tous genres.
25 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
Il y a 9 heures   •  
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et...
27 février 2024   •  
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet