Les coups de cœur #336

12 avril 2021   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #336

Davide Fecarotti et Jay Davies, nos coups de cœur #336 photographient tou·tes deux l’intimité. L’un s’inspire de sa vie d’expatrié, tandis que l’autre célèbre la diversité des corps.

Davide Fecarotti

De Palerme à la France, de la France à la Belgique, ce sont les traversées de territoires qui inspirent Davide Fecarotti. Né à Palerme en 1997, le photographe étudie désormais à l’ESA Saint-Luc de Tournai, où il développe « [s]a propre vision du monde, en créant un lien fort avec [s]a terre natale et [s]es origines siciliennes ». « Je crois beaucoup au caractère aléatoire des choses », poursuit-il. Privilégiant une approche artistique spontanée, l’auteur capture des « narrations poétiques », mettant en scène ses proches dans des scénarios imprévus, donnant forme à « une odyssée photographique ». À travers Il paese incantato – Le pays enchanté, en français – Davide Fecarotti revient sur le chemin parcouru en deux ans. Mêlant métaphores, abstraction et instants ordinaires, il construit un espace magique, en constante évolution. « Les gens qui m’entourent deviennent les acteurs d’un théâtre intime. Inconsciemment, une fracture dans un mur, un arbre plié me ramènent à des sensations éprouvées en grandissant. J’essaie de photographier ainsi : comme une citation de ma mémoire, à travers le changement continu des saisons, et des paysages qui sont les décors de mes fictions », raconte-t-il.

© Davide Fecarotti© Davide Fecarotti
© Davide Fecarotti© Davide Fecarotti
© Davide Fecarotti© Davide Fecarotti

© Davide Fecarotti

Jay Davies

« Je suis un·e artiste non binaire queer, quelque part entre la vingtaine et la trentaine, d’origine maorie, et, parfois, je partage mes expériences de l’amour, du désir, et aussi de mes insécurités »,

confie Jay Davies. C’est par peur de perdre la mémoire, et d’oublier ses propres expériences qu’iel débute la photographie. Rapidement, le médium devient un outil introspectif, lui permettant de préserver des instants intimes « C’est devenu une extension de qui je suis. Les fêtes, les performances, les gens, les amis, les amants, les partenaires », ajoute-t-iel. Au cœur de son œuvre ? Le corps humain. Un sujet qui le·a fascine et l’effraie. « J’ai toujours douté de ce à quoi un corps “normal” doit ressembler, et ressentir. J’ai commencé à capturer les corps de mes amis de manière à combattre ma propre anxiété vis-à-vis de la nudité. Dès mes premiers partages, j’ai réalisé que mes craintes étaient universelles – surtout au sein de la communauté queer. Cela m’a poussé à lancer des débats autour du sujet, et à célébrer les corps queer », confie-t-iel. Sans jamais sexualiser ses modèles, Jay Davies réalise une collection de portraits décomplexée. Nus, ses sujets se dévoilent sans tabou, et célèbrent la diversité humaine.

© Jay Davies© Jay Davies

© Jay Davies

© Jay Davies© Jay Davies

© Jay Davies

© Jay Davies

Image d’ouverture : © Jay Davies

Explorez
Les images de la semaine du 10.06.24 au 16.06.24 : la photo contre la violence de l'oppression
© Campbell Addy
Les images de la semaine du 10.06.24 au 16.06.24 : la photo contre la violence de l’oppression
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine tentent de faire entendre les voix des marges et des personnes opprimé·es de la...
16 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Markowicz & Ackerman : à Arles, deux dialogues avec le temps
© Michael Ackerman
Markowicz & Ackerman : à Arles, deux dialogues avec le temps
Du 27 juin au 29 septembre 2024, la galerie Anne Clergue Galerie à Arles présente Le monde flottant, de Michael Ackerman et Maciej...
15 juin 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Les expositions photo à découvrir cet été !
Paris, 1967 © Joël Meyerowitz
Les expositions photo à découvrir cet été !
Chaque saison fait fleurir de nouvelles expositions. À cet effet, la rédaction de Fisheye a répertorié toute une déclinaison...
14 juin 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
How I Met Jiro : les marges d'Osaka révélées par Chloé Jafé
© Chloé Jafé
How I Met Jiro : les marges d’Osaka révélées par Chloé Jafé
Avec How I Met Jiro, livre édité conjointement par The(M) Editions et IBASHO, Chloé Jafé clôt une trilogie en trois chapitres qui conte...
13 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Thomas Mailaender à la MEP : « Des images à la fois stupides et intelligentes »
De la série Illustrated People, 2013 © Thomas Mailaender
Thomas Mailaender à la MEP : « Des images à la fois stupides et intelligentes »
Jusqu’au 29 septembre, la Maison européenne de la Photographie laisse carte blanche à Thomas Mailaender. Un pari réussi pour l’artiste...
À l'instant   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #497 : Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi
© Leila Calvaruso
Les coups de cœur #497 : Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi
Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi, nos coups de cœur de la semaine, documentent la vie quotidienne à l’aide de leur boîtier. La...
Il y a 4 heures   •  
Les images de la semaine du 10.06.24 au 16.06.24 : la photo contre la violence de l'oppression
© Campbell Addy
Les images de la semaine du 10.06.24 au 16.06.24 : la photo contre la violence de l’oppression
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine tentent de faire entendre les voix des marges et des personnes opprimé·es de la...
16 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Markowicz & Ackerman : à Arles, deux dialogues avec le temps
© Michael Ackerman
Markowicz & Ackerman : à Arles, deux dialogues avec le temps
Du 27 juin au 29 septembre 2024, la galerie Anne Clergue Galerie à Arles présente Le monde flottant, de Michael Ackerman et Maciej...
15 juin 2024   •  
Écrit par Costanza Spina