Les coups de cœur #356

06 septembre 2021   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #356

Privilégiant tous deux une démarche esthétique, Claire Delanghe et Valentin Valette, nos coups de cœur #356, abordent des sujets bien différents. L’une explore la beauté de son quotidien, et l’autre documente une communauté aborigène d’Australie.

Claire Delanghe

« J’adore créer dans un but complètement esthétique, mettre en lumière quelque chose qui mérite d’exister uniquement parce que c’est beau. Je prends en photo ce qui attire mon œil, ce qui me fait rêver, voyager. Lorsque la lumière est exactement où elle doit être, que l’instant est magnifique. Je m’extasie au quotidien devant les plus infimes détails »

, raconte Claire Delanghe, 24 ans. À l’argentique, l’artiste capture son environnement en se fiant à son intuition. Minimalistes, délicates, ses images recomposent un décor déserté, où nature et architecture se croisent, et font cohabiter réel et fantasmes. « On m’a souvent dit que mes travaux dégageaient une certaine poésie. J’ai donc souhaité continuer dans cet univers, le mot dreamy m’est venu en tête. Je voulais construire quelque chose avec de la légèreté, de la sensibilité, de l’évasion. Il s’agit d’une série qui donne à voir une certaine contemplation, une tranquillité – comme un apaisement, une plénitude », confie-t-elle. Des fenêtres d’une voiture engloutie par la végétation aux yeux lumineux d’un chat errant, des fragments rythment notre errance, et nous offrent des pistes narratives à emprunter.

© Claire Delanghe© Claire Delanghe

© Claire Delanghe

© Claire Delanghe© Claire Delanghe

© Claire Delanghe

Valentin Valette

Née en 1994, Valentin Valette vit actuellement à Marseille. C’est à l’adolescence que le photographe développe un goût pour les voyages, et les cultures et ethnies ancestrales. En parallèle, le décès d’un oncle photographe lui ouvre les portes du 8e art, qui s’impose alors comme un outil de prédilection pour poursuivre sa quête de l’autre. « Au fil de mes lectures, j’ai découvert plus amplement une communauté aborigène d’Australie, et les questionnements actuelles qui prédominent leur condition. J’ai donc eu envie de les rencontrer, et de cerner davantage les problématiques postcoloniales auxquelles ils font face », raconte-t-il. Ainsi naît Au-delà, un récit monochrome, plaçant les enfants de ce peuple au cœur de l’action. « Loin des villes côtières, le Territoire du Nord leur offre un sanctuaire spirituel où le souvenir des conflits passés est encore ancré dans les mémoires collectives. J’ai tenté par mes images d’illustrer les vies troublées de jeune luttant pour la résilience communautaire, l’affront de l’imposante menace d’une société moderne qui semble constamment vouloir nuire à leurs convictions », ajoute l’auteur. Alcoolisme, maltraitance, santé mentale en déclin, violence domestique… En construisant un récit sociétal, Valentin Valette donne à voir une communauté qui, malgré une envie de créer une société volontaire, peine à instaurer un « vivre ensemble viable et nécessaire ».

© Valentin Valette© Valentin Valette

© Valentin Valette

© Valentin Valette© Valentin Valette

© Valentin Valette

© Valentin Valette

Image d’ouverture : © Claire Delanghe

Explorez
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
© Andrea Sena
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Andrea Sena, qui s’est attachée à capturer la fête comme acte de résistance en temps de guerre. Pour...
19 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 12.02.24 au 18.02.24 : un éveil réparateur
© Maurine Tric
Les images de la semaine du 12.02.24 au 18.02.24 : un éveil réparateur
C’est l’heure du récap’ ! Cette semaine, les photographes mis·es en avant par Fisheye ont en commun de transmettre des valeurs de soin et...
18 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
La RATP invite Fisheye à célébrer la diversité de la photographie de sport
© Cait Oppermann
La RATP invite Fisheye à célébrer la diversité de la photographie de sport
Cette année encore, la RATP a convié Fisheye à investir des stations de son réseau métropolitain. Cette invitation prend place dans le...
17 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Le regard entier de Lucie Moriceau-Chastagner
Sans titre, de la série Théâtre de guerre, photographies avec un groupe de guérilla kurde, Irak, 2011-2012 © Émeric Lhuisset- Musée de l’Armée, Paris – achat auprès de l’artiste
Le regard entier de Lucie Moriceau-Chastagner
La responsable des collections de photographies au musée de l’Armée pose sur les images du fait militaire une vision nuancée, recherchant...
15 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
The Necklace, 1999 © 2021, Alessandra Sanguinetti / Magnum Photos
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
Pendant plus de deux décennies, Alessandra Sanguinetti a documenté, au travers de mises en scène, le quotidien de deux petites filles de...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
La sélection Instagram #442 : parades fantasmées
© Pauline Suzor / Instagram
La sélection Instagram #442 : parades fantasmées
Cette semaine, notre sélection Instagram vous plonge au cœur d'un évènement folklorique, festif et coloré : le carnaval. Retrouvez, en ce...
20 février 2024   •  
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
© Feng Li
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
Connu pour sa photographie de rue insolite, l’artiste chinois Feng Li présente à travers Pig un aspect plus intimiste de son existence....
19 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Les coups de cœur #481 : Lara Lussheimer et Sara Tontorova
© Lara Lussheimer
Les coups de cœur #481 : Lara Lussheimer et Sara Tontorova
Lara Lussheimer et Sara Tontorova, nos coups de cœur de la semaine, sont toutes deux en quête de métaphores. La première les fait émerger...
19 février 2024   •