Les coups de cœur #363

15 novembre 2021   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #363

Si les écritures de Régis Delacote et Jade Joannès, nos coups de cœur #363, diffèrent, tous deux sont inspirés par leur environnement et tissent des récits sensibles aux multiples lectures.

Régis Delacote

Né en 1968 à Lunéville, commune de Meurthe-et-Moselle, Régis Delacote s’est formé à la photographie à l’ETPA de Toulouse, après être tombé amoureux du médium à l’adolescence. « Je l’ai découvert en feuilletant les différentes revues que mon père achetait, en amateur éclairé », se souvient-il. Considérant son approche comme « onirique, sensible et émotionnelle », l’artiste perçoit l’image comme un moyen d’exprimer ses pensées, de communiquer avec le monde de manière directe. Inspiré par d’autres photographes, comme par la littérature et la musique, il construit un journal visuel qu’il ne cesse d’étoffer. « Je ne cloisonne ni les sujets ni les pratiques. J’essaie de traduire des punctums sensoriels au jour le jour. Et parfois, l’accumulation devient série », confie-t-il. De ces errances de l’esprit émergent des mondes sombres à la puissance évocatrice marquée. Des univers monochromes, où les visages se voilent, les corps se troublent, les traces laissent des gravures sur l’espace, pour mieux déformer le réel et – au passage – le transcender.

© Régis Delacote© Régis Delacote
© Régis Delacote© Régis Delacote
© Régis Delacote© Régis Delacote

© Régis Delacote

Jade Joannès

« Mon approche photographique a beaucoup évolué au fil des années. Mais si une chose n’a jamais bougé, c’est mon attrait pour le portrait. Capturer quelque chose ou quelqu’un, qu’il soit familier ou anonyme me plaît. Dans chacun de mes projets, je tente de dresser le portrait d’une idée, et ce en questionnant les enjeux du médium photographique »,

explique Jade Joannès. Née en 1994, l’autrice, diplômée de l’École nationale supérieure d’art de Paris-Cergy, étudie, à travers ses projets, les traces et l’environnement d’autrui. Une exploration qui la conduit jusque dans l’Oise, sa région natale, pour réaliser la série A strange attraction. « Dans une dualité des lieux, entre espaces intimes et publiques, je suis partie à la recherche d’anecdotes, de détails, et de présence. Je souhaitais donner à voir plusieurs niveaux de lecture : un premier qui nous renvoie à notre imaginaire collectif ou enfantin, et un second soulevant des questions plus engagées : sociales, culturelles et écologiques », poursuit-elle. Un travail aux tons pâles, évoquant, avec un mélange de poésie et de mélancolie, un territoire diffus : celui d’un passé plus insouciant.

© Jade Joannès© Jade Joannès
© Jade Joannès© Jade Joannès
© Jade Joannès© Jade Joannès

© Jade Joannès

Image d’ouverture : © Jade Joannès

Explorez
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
L'exposition collective Le Parti pris des choses au Centre de la Photographie Hauts-de-France, se nourrit de l'oeuvre du poète Francis...
28 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
© Feng Li
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes nous plongent dans des archives en tous genres.
25 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Focus #70 : Henri Kisielewski et les fictions qui naissent du réel
05:04
© Fisheye Magazine
Focus #70 : Henri Kisielewski et les fictions qui naissent du réel
C’est l’heure du rendez-vous Focus ! Ce mois-ci, Henri Kisielewski analyse, au cœur de Non Fiction, la puissance narrative de la...
28 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Tamasha : le spectacle d’images d’Abhishek Khedekar 
© Abhishek Khedekar 2023 courtesy Loose Joints
Tamasha : le spectacle d’images d’Abhishek Khedekar 
Pendant plusieurs années, Abhishek Khedekar s’est immiscé dans le quotidien d’une communauté nomade indienne composée d’une centaine de...
28 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
L'exposition collective Le Parti pris des choses au Centre de la Photographie Hauts-de-France, se nourrit de l'oeuvre du poète Francis...
28 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
27 février 2024   •