Les coups de cœur #379

07 mars 2022   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #379

Nos coups de cœur #379, Clélia Odette Rochat et Oliver Lantos s’intéresse à deux sujets opposés. L’une dirige son objectif vers l’intime, et l’autre le tourne vers notre société.

Clélia Odette Rochat

« J’aime la photographie parce qu’elle n’a pas besoin de mots »,

déclare Clélia Odette Rochat. Très observatrice, l’artiste franco-suisse perçoit le médium comme un outil, un « pass » lui permettant de se faufiler partout et de découvrir des mondes inconnus. Une démarche axée sur l’autre qu’elle poursuit notamment à travers Belles Mômes, un projet consacré à la représentation des femmes de plus de cinquante ans. « À travers mes images, je n’ai pas envie de faire rêver, mais plutôt de montrer la beauté là où on ne la voit pas toujours. Je rencontre donc ces dames chez elles, nous discutons, je les photographie nues, sans artifice, pour rendre visible leur charme, et questionner notre regard sur des corps qu’on ne semble pas accepter », précise-t-elle. Shootant au Rolleiflex, un boîtier argentique qui nécessite de pencher la tête pour voir le cadre, Clélia Odette Rochat privilégie un regard léger, atypique. « Les gens se sentent ainsi moins visés, et le moment est selon moi plus fort », poursuit-elle. En couleur comme en noir et blanc, l’autrice trace des paysages sur les corps et met en valeur la diversité des silhouettes dans des mises en scène aussi sensibles qu’insolites.

© Clélia Odette Rochat© Clélia Odette Rochat
© Clélia Odette Rochat© Clélia Odette Rochat
© Clélia Odette Rochat© Clélia Odette Rochat

© Clélia Odette Rochat

Oliver Lantos

Se définissant comme « intuitif, insatisfait, sensible et précis », Oliver Lantos a d’abord fait ses armes dans les mondes de la mode et du design avant de se tourner vers la photographie. « Je me considère comme un flâneur du 21e siècle, précise-t-il. Je prends sans cesse des photos, que j’organise ensuite, et collecte. Je me fie à mes impulsions et j’aime faire des expériences. Mes images sont rangées dans deux catégories : elles sont soit mélancoliques, poétiques, douces et intimes, soit dures, intrusives, et même insolentes. J’aime attirer le regardeur et le faire réfléchir, puis lui mettre une gifle ! C’est un jeu toujours palpitant. » Attiré par les enjeux sociaux, comme par la psychologie, Oliver Lantos développe aujourd’hui Du musst dein Leben ändern, une série inspirée par la polarisation des discours politiques, et leur impact sur l’être humain. Organisées en diptyques, les images se suivent, dans une sorte de suite infinie d’associations. Une manière pour l’artiste de souligner les caractères ordinaires comme absurdes de ces discours. « J’essaie de capturer l’atmosphère actuelle de notre société en soulignant sa diversité. Les photos et leurs différentes esthétiques évoquent les chaînes d’images de nos réseaux sociaux », ajoute-t-il.

© Oliver Lantos© Oliver Lantos

© Oliver Lantos

© Oliver Lantos© Oliver Lantos

© Oliver Lantos

© Oliver Lantos

Image d’ouverture : © Clélia Odette Rochat

Explorez
Dans l’œil de Pelle Cass : déchiffrer le chaos d’un terrain de sport
© Pelle Cass
Dans l’œil de Pelle Cass : déchiffrer le chaos d’un terrain de sport
Cette semaine, plongée dans l’œil de Pelle Cass. Dans Crowded Fields, le photographe américain immortalise des terrains de sport sur...
Il y a 1 heure   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Behind the Facade : l’étrange huis clos de Jennifer McLain
© Jennifer McLain
Behind the Facade : l’étrange huis clos de Jennifer McLain
Dans Behind the Facade, Jennifer McLain compose un monde dans lequel elle tente de se soustraire à des évènements du quotidien qui...
18 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Lancement de Fisheye Immersive La Revue : un observatoire annuel des arts numériques et immersifs
© Salome Chatriot
Lancement de Fisheye Immersive La Revue : un observatoire annuel des arts numériques et immersifs
Un an après le lancement du magazine en ligne, Fisheye Immersive sort sa revue papier. 192 pages, bilingues français-anglais, consacrées...
15 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Silent Radar : VRChat, des mondes en simulation
Connecticut. April 12, 2023. Portrait of Silent behind her green screen. As a Virtual Reality drone racing champion, she uses a green screen while competing online. Because she reveals herself on camera, those moments involve more beauty preparation, so she can feel comfortable while competing in the Women's Cup. Outside of simulator competitions, she also flies her real drone, and is portrayed holding her remote controller. Though she is among the top-200 fastest pilots worldwide, real-life drone racing has a steep cost barrier. In addition, the American drone-racing scene takes place mostly in the Midwest, where she feels a lot of fear related to being a trans woman taking part in these events. © Paola Chapdelaine
Silent Radar : VRChat, des mondes en simulation
Bienvenue sur VRChat, une plateforme en ligne qui permet à une communauté d’environ 70 000 personnes de créer leurs propres avatars et...
14 mai 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Dans l’œil de Pelle Cass : déchiffrer le chaos d’un terrain de sport
© Pelle Cass
Dans l’œil de Pelle Cass : déchiffrer le chaos d’un terrain de sport
Cette semaine, plongée dans l’œil de Pelle Cass. Dans Crowded Fields, le photographe américain immortalise des terrains de sport sur...
Il y a 1 heure   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les images de la semaine du 13.05.24 au 19.05.24 : la fragilité de l’existence
© Jana Sojka
Les images de la semaine du 13.05.24 au 19.05.24 : la fragilité de l’existence
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes donnent à voir les déclinaisons de la fragilité de l’existence.
19 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Behind the Facade : l’étrange huis clos de Jennifer McLain
© Jennifer McLain
Behind the Facade : l’étrange huis clos de Jennifer McLain
Dans Behind the Facade, Jennifer McLain compose un monde dans lequel elle tente de se soustraire à des évènements du quotidien qui...
18 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
© Lee Miller Archives, Angleterre 2024
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
À l’occasion du 80e anniversaire de la libération de Saint-Malo, la chapelle de l’École nationale supérieure de la marine...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet