Les coups de cœur #442

Les coups de cœur #442

Jordan Sapally et Chloé Laval, nos coups de cœur #442, s’unissent dans le désir commun de sublimer la beauté du quotidien. Alors que l’un parcourt le monde pour capturer des émotions, l’autre saisit la douce poésie de son environnement.

Jordan Sapally

Depuis trois ans, alors qu’il exerçait le métier d’attaché de presse à Paris, Jordan Sapally a tout quitté pour rejoindre Albi et vivre de sa passion : la photographie culinaire. Il s’initie au médium dès son plus jeune âge et grandit avec un appareil entre les mains. « J’aime aligner ce que je vois avec ce que je ressens et capter des instants qui ne semblent avoir aucun intérêt. Je donne un sens minimaliste à mes photos, en éliminant le superflu et me focalisant sur l’essentiel », déclare le photographe âgé de 28 ans. Quand il ne capture pas les cuisines de restaurants étoilés, Jordan Sapally se concentre sur les ambiances, ce qui peut paraitre palpable ainsi que l’instantanéité de ses voyages et ce que la rue lui offre. Cette démarche s’illustre admirablement dans le portrait d’un homme à Jaipur, en Inde, lors du Holi Festival. « Sa peau assez sombre est contrastée par les poudres colorées qu’on a pour tradition de se jeter au visage à l’occasion de cette fête célébrant la vie et le solstice du printemps. Cet homme simple, comme on en croise des milliers, sublimé par une palette de couleurs, semble incarner le visage d’une Inde nouvelle, moins triste que l’image qu’on peut avoir habituellement », précise celui qui aime s’inspirer des images de Théo Gosselin, Maud Chalard ou encore Martin Parr. Avec une sincérité propre à ses clichés, il conclut : « Si de jeunes photographes lisent ces quelques lignes, j’ai vraiment envie de leur dire de se lancer et d’oser un maximum. La photographie est un formidable moyen d’expression. J’invite ceux et celles qui hésitent, à montrer ce qu’iels font et de plonger à pieds joints dans cet art qui les anime ! »

© Jordan Sapally© Jordan Sapally
© Jordan Sapally© Jordan Sapally
© Jordan Sapally© Jordan Sapally

© Jordan Sapally

Chloé Laval

Graphiste et illustratrice de profession, Chloé Laval développe dès son plus jeune âge une grande sensibilité artistique. « Mon intérêt pour la photo remonte à mon adolescence. C’est en me replongeant dans les vieux albums de famille qui prennent bien souvent la poussière sur une étagère ou au fond d’un tiroir qu’est probablement née cette passion », explique la photographe installée à Biarritz et originaire de Bordeaux. Autodidacte, elle débute avec un appareil numérique. Puis, sa grand-mère lui offre un boîtier argentique et une véritable osmose naît. À son tour, elle capture ses « propres archives » teintées de cette colorimétrie unique, typique de la photographie analogique. « J’aime cette idée de traces, de mémoire. Le fait de pouvoir capturer un fragment de vie, avoir cette capacité de figer le temps qui nous file entre les doigts dans une image. » Ses clichés invitent à la contemplation, mais également à l’imagination. Dans cet univers doux et silencieux, nous nous laissons emporter à l’invention de bribes d’histoires, qu’elles soient romancées ou concrètes. En capturant son environnement et ses escapades, Chloé Laval désire retranscrire des émotions, une aura ou même une certaine intimité. « Le quotidien est un sujet qui m’inspire. Je l’aime pour la simplicité qui s’y trouve et toute la beauté qui en découle », confie-t-elle. Attirée par les univers visuels tant esthétiques que poétiques, la photographe puise son inspiration dans les travaux rêveurs de Pia Riverola, Viktor Balaguer, Alexander Samuels ou encore Claire Guarry. Une précieuse ode imagée au lâcher-prise et à la création.

© Chloé Laval© Chloé Laval
© Chloé Laval© Chloé Laval
© Chloé Laval© Chloé Laval

© Chloé Laval

Image d’ouverture : Chloé Laval

Explorez
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
© Feng Li
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
Connu pour sa photographie de rue insolite, l’artiste chinois Feng Li présente à travers Pig un aspect plus intimiste de son existence....
19 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Sophie Calle, étrangeté et lapins nains : dans la photothèque de Caroline Heinecke
Un événement photographique que tu n’oublieras jamais ? © Caroline Heinecke
Sophie Calle, étrangeté et lapins nains : dans la photothèque de Caroline Heinecke
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
16 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
WhiteWall met en lumière l'œuvre monochrome de Alexandre Souêtre
© Alexandre Souêtre / Courtesy of Whitewall
WhiteWall met en lumière l’œuvre monochrome de Alexandre Souêtre
Le laboratoire WhiteWall met en avant, imprime et édite l'œuvre toute en noir et blanc de Alexandre Souêtre, grâce à un livre haut de...
14 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Yannig Hedel : l'équilibre subtil de l'ombre à la lumière
© Yannig Hedel
Yannig Hedel : l’équilibre subtil de l’ombre à la lumière
L'exposition De prime abord, accueillie par la Galerie Bigaignon, met en avant les premiers travaux de Yannig Hedel, des expérimentations...
13 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
Il y a 8 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina