Les coups de cœur #457 : Marie Le Moigne et Alice Faivre-Menot

04 septembre 2023   •  
Écrit par Ana Corderot
Les coups de cœur #457 : Marie Le Moigne et Alice Faivre-Menot
© Marie Le Moigne et Maëva Borg / revue Virevoltes

Cette semaine, Marie Le Moigne et Alice Faivre-Menot, alias FAME, nos deux coups de cœur #457, font du médium un moyen d’expérimentation. Chez l’une cela passe davantage par une recherche introspective, quand l’autre s’attache à décortiquer et réinventer les choses qu’elle perçoit autour d’elle.

© Marie Le Moigne
© Marie Le Moigne
© Marie Le Moigne
© Marie Le Moigne et Maëva Borg / ©  Revue Virevoltes (@virevoltes)

Marie Le Moigne

Après des études en typographie, édition et photographie de l’école de recherche graphique à Bruxelles, Marie Le Moigne, enseigne désormais le design et métier d’art dans le sud du Finistère. Artiste protéiforme, naviguant entre images, vidéo et écriture, elle multiplie les combinés artistiques et fait dialoguer les approches. Pareil à un refuge, la photographie protège son âme des tourments, l’englobe dans un espace réconfortant, à l’abri des orages extérieurs. Ici, pourtant, elle y présente aussi tout ce qui la mue, ses peurs comme ses rêveries, y offre son corps et présente « des fragments de son être » invitant celles et ceux qui regardent à entrer dans son intimité. « Les thèmes que j’explore actuellement résonnent avec les mots suivants : la folie, la psychanalyse, la féminité, le corps/les organes/la nudité, l’intime, mélancolie… La photographie est comme une thérapie pour moi, elle est vitale. Parfois, à fleur de peau, les figures sont presque toujours féminines, tels des autoportraits racontant une histoire où le temps est suspendu », avoue-t-elle. Inspirée par la plume désarmante de Marguerite Duras, ou par la puissance de propos et l’étrangeté graphique des images de Francesca Woodman, Marie Le Moigne écrit à sa manière de courts poèmes visuels, des élégies aux couleurs enivrantes, déroutantes.

« Par la fenêtre de la chambre, j’observe un paysage parfois en mouvement, parfois statique.
Des instants en suspens, j’attends.
Le temps s’étire, des abstractions répétitives entourent les jours et les nuits.
Contempler, attendre, être hors du temps, intemporel(le)…
S’autoriser l’absence psychique, rêver. Se laisser voguer sur l’océan des chimères.
Prendre le temps. Le saisir, l’occuper ou au contraire laisser le vide prendre place.
Regarder, sentir, ressentir… Respirer.
Escale érotique. Se laisser envahir par l’instant.
Un instant suspendu.
Un instant qui se révèle à la lumière de la photographie qui se développe. »

© Marie Le Moigne
© Marie Le Moigne

© Alice Faivre-Menot, alias FAME
© Alice Faivre-Menot, alias FAME
© Alice Faivre-Menot, alias FAME

Alice Faivre-Menot, alias FAME

Photographe autodidacte, ayant eu plusieurs « vies » : du retail dans le luxe, à la création, en passant par le conseil dans l’innovation, Alice Faivre-Menot, alias FAME, construit un univers reflet de toutes ses expériences et préoccupations. « Dans la vie comme dans mon travail artistique, c’est le principe de sérendipité qui me guide. C’est ce que je souhaite retranscrire à travers ma démarche artistique. Mes créations sont le fruit d’incidents dont je me suis saisie, qui me mènent à de nouveaux accidents, à de nouvelles expérimentations », confie-t-elle. Libre, instinctive et dans un état d’esprit primitif, elle capte une première fois ce qui l’émeut, lui parle ou tout simplement apparaît dans son champ de vision. Après quoi elle retravaille, retouche, étire, démultiplie les formes, rajoute d’autres nuances pour apporter de nouvelles couches de compréhension. « À mes yeux, tout est une potentielle source d’inspiration, car ce qui me stimule, c’est le mélange des styles et techniques. J’ai l’impression d’être plutôt comme dans un labo expérimental dans lequel je cherche, je mélange, je teste… et chaque expérimentation me mène à une autre ». En ressort des créations vibrantes, mouvantes et éclectiques. Kaléidoscopes humains ou créations cubistes, ses images nous ouvrent les portes d’un monde métaphorique, où le réel disparaît peu à peu. « Les couleurs sont au cœur de mon travail artistique. Je crois en leur pouvoir émotionnel et en leur capacité d’évoquer des sentiments profonds. Il me semble que chaque couleur porte en elle une énergie particulière. Je me suis d’ailleurs beaucoup intéressée à la symbolique dans différents domaines, dont la spiritualité, notamment au niveau des chakras. Mon objectif est de susciter une réponse émotionnelle chez le·a spectateurice plus qu’intellectuelle, de l’inviter à se (re)connecter à ses sensations », conclut-elle.

© Alice Faivre-Menot, alias FAME
© Alice Faivre-Menot, alias FAME
© Alice Faivre-Menot, alias FAME
À lire aussi
Les coups de cœur #456 : Valentina Funes et Victor Berthoud
© Victor Berthoud
Les coups de cœur #456 : Valentina Funes et Victor Berthoud
Valentina Funes et Victor Berthoud, nos deux coups de cœur, enchantent leur quotidien. Pour l’une, cela passe dans la création d’un doux…
28 août 2023   •  
Écrit par Ana Corderot
Les coups de cœur #455 : Luca Ianelli et Loïc Vendrame
© Luca Ianelli
Les coups de cœur #455 : Luca Ianelli et Loïc Vendrame
Cette semaine, Luca Ianelli et Loïc Vendrame, nos deux coups de cœur #455, analysent leur environnement en pleine conscience. Pour l’un…
21 août 2023   •  
Écrit par Ana Corderot
Explorez
Looking at my brother : mes frères, l’appareil et moi
© Julian Slagman
Looking at my brother : mes frères, l’appareil et moi
Projet au long cours, Looking at My Brother déroule un récit intime faisant éclater la chronologie. Une lettre d’amour visuelle de Julian...
09 juillet 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Rafael Medina : corps libres et désirés 
© Rafael Medina
Rafael Medina : corps libres et désirés 
En double exposition, sous les néons des soirées underground, Rafael Medina développe un corpus d'images grisantes, inspirées par les...
27 juin 2024   •  
Écrit par Anaïs Viand
Pierre et Gilles, in-quiétude et Cyclope : dans la photothèque de Nanténé Traoré
© Nanténé Traoré, Late Night Tales, 2024 / Un ou une artiste que tu admires par-dessus tout ?
Pierre et Gilles, in-quiétude et Cyclope : dans la photothèque de Nanténé Traoré
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
26 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Les coups de cœur #498 : Tommy Keith et Patrick Gilliéron Lopreno
© Tommy Keith
Les coups de cœur #498 : Tommy Keith et Patrick Gilliéron Lopreno
Tommy Keith et Patrick Gilliéron Lopreno, nos coups de cœur de la semaine, dépeignent le paysage alentour chacun à leur manière. Le...
24 juin 2024   •  
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Focus : la voie des femmes
© Paola Paredes
Focus : la voie des femmes
Depuis plus de deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·e·s dans...
Il y a 10 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Lumière sur les lauréat·es de la Bourse du Talent 2024
© Guillaume Holzer
Lumière sur les lauréat·es de la Bourse du Talent 2024
Le 4 juillet 2024, durant la semaine d’inauguration des Rencontres d’Arles, la Bourse du Talent a distingué ses trois lauréat·es 2024....
17 juillet 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Stéphane Duroy : face à l’adversité
© Stéphane Duroy / Vu
Stéphane Duroy : face à l’adversité
De l’Europe aux États-Unis, le photographe français Stéphane Duroy, membre de l’agence Vu, a témoigné pendant plus de 40 ans des...
17 juillet 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Au Mémorial de Verdun, Anastasia Taylor-Lind témoigne du quotidien en Ukraine
Départ pour un point de contrôle, Donbass, 2019. © Anastasia Taylor-Lind
Au Mémorial de Verdun, Anastasia Taylor-Lind témoigne du quotidien en Ukraine
Jusqu’au 30 novembre 2024, le Mémorial de Verdun présente Ukraine: Photographs from the Frontline. L’exposition, d’abord conçue par...
16 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet