Les fantômes de Facebook

02 novembre 2017   •  
Écrit par Anaïs Viand
Les fantômes de Facebook

« J’y vais » ? « Peut-être » ? Facebook détermine aujourd’hui en grande partie votre agenda. Depuis 2016, le photographe américain Eric Pickersgill s’intéresse aux faux événements sur la Toile et nous propose, avec sa nouvelle série No Show, une analyse des pratiques sur les réseaux sociaux. Ce projet multidimensionnel est exposé lors de la seconde édition du Mérignac Photographic Festival. Cet article fait partie de notre dernier numéro.

Souvenons-nous un instant du projet Removed, et plus précisément de la photo d’un couple installé dans son lit, chacun devant un smartphone qui a été effacé de l’image. Ce cliché d’Eric Pickersgill a fait le tour de la Toile, et l’auteur aborde aujourd’hui, avec sa série NoShow, l’omniprésence de la technologie dans nos vies quotidiennes. En mai 2016, le photographe américain remarque que certains de ses amis indiquent participer à un événement Facebook. La page en question, intitulée « Fred Durst LIVE at Rose’s Department Store », annonçait la venue du groupe Limp Bizkit dans la commune de Morganton, en Caroline du Nord. « Un événement qui ne semblait pas réel », nous confie-t-il. Intrigué par le nombre de « J’y vais » et la couverture de la manifestation par la presse locale, il se rend lui aussi au supermarché discount. Là-bas, il photographie les participants esseulés du concert qui n’aura pas lieu. Il rencontre aussi l’homme qui a créé la page. À ce sujet, Eric nous révèle que « pendant tout le rendez-vous, il a tenu son personnage, il a maintenu son histoire : il savait que quelque chose allait se passer, mais il ne pouvait révéler sa source. En discutant avec lui, j’ai compris qu’il s’était amusé en organisant cet événement, en inventant un mystère dans sa ville. »

© Eric Pickersgill

Des écrans à la vraie vie

Le terrain de jeux d’Eric Pickersgill est double. D’abord, il a opéré sur Facebook en traquant les supercheries virtuelles. Car « Facebook est le réseau social le plus couramment utilisé. Il est aussi, peut-être, celui qui manipule le plus, car il mélange le commercial et le personnel. Il brouille la ligne entre les deux. C’est aussi le seul média où se répandent autant de faux événements », explique-t-il. Et puis, il s’est éloigné des écrans et s’est aventuré sur le terrain, dans la vraie vie. Les mois qui ont suivi le « Fred Durst LIVE at Rose’s Department Store », il a arpenté les États-Unis, d’Atlanta à Chicago, et a assisté à une quinzaine de fakes annonçant des concerts : « J’ai passé environ huit mois à assister à autant de rassemblements que mon agenda le permettait », précise-t-il. La musique était tendance pour les trolls : il suffisait de « choisir un groupe de la fin des années 1990, du début des années 2000, et dire que celui-ci allait jouer dans un centre commercial local », détaille le photographe. C’est d’abord par curiosité qu’il a renouvelé l’expérience, il lui fallait savoir pourquoi les participants étaient venus, et s’ils étaient dupes. Au-delà du désir de documenter ce phénomène, il souhaitait montrer « comment le public reçoit les informations », et les impacts de Facebook sur la réalité. S’il dénonçait avec Removed l’omniprésence des smartphones, il signe aujourd’hui avec NoShow une nouvelle étape de sa démonstration. Car Facebook a le mérite de rassembler des internautes – virtuellement et physiquement –, mais il modifie aussi l’opinion et influe sur les actions des individus. Ces supercheries affectent la confiance et le jugement critique de chacun. Eric est aussi pessimiste sur l’avenir du réseau social, et pense que ce média continuera à diviser les personnes, car il expose « les utilisateurs à un contenu qui n’appelle ou ne soutient pas leur opinion ou leur vision du monde. Je ne peux imaginer un algorithme qui empêcherait la création et la diffusion de fausses informations, puisque l’opinion laisse la porte ouverte à l’imprécision », ajoute-t-il.

À Mérignac, le public pourra découvrir une exposition pluridisciplinaire. Afin de rendre ces non-expériences plus réelles, le photographe a choisi une scénographie immersive. Ses images seront associées à des installations vidéo et audio. Eric Pickersgill espère ainsi « rassembler de véritables personnes ».

No Show is a series of film photographs by Eric Pickersgill that document his travels attending fake Facebook events in the summer of 2016. He traveled the United States to attend fake events that were posted to the social media site Facebook as a hoax. He photographed the benal locations, the people who lived or worked in those spaces, individuals who showed up at the fake event who may or may not have believed in the post, as well as some of the people who created the events. The work is a look into the way internet culture has spilled over into reality, altering the way we see the world, where we go, and what we believe.
No Show is a series of film photographs by Eric Pickersgill that document his travels attending fake Facebook events in the summer of 2016. He traveled the United States to attend fake events that were posted to the social media site Facebook as a hoax. He photographed the benal locations, the people who lived or worked in those spaces, individuals who showed up at the fake event who may or may not have believed in the post, as well as some of the people who created the events. The work is a look into the way internet culture has spilled over into reality, altering the way we see the world, where we go, and what we believe.
Artist and Photographer

 

© Eric Pickersgill

© Eric Pickersgill

L’intégralité de cet article est à retrouver dans Fisheye #26, en kiosque depuis le 16 septembre et disponible sur Relay.com

Explorez
30 ans après ? : à Niort, tous les futurs se déclinent
© Marine Combes
30 ans après ? : à Niort, tous les futurs se déclinent
Les Rencontres de la jeune photographie internationale célèbrent leurs 30 ans à Niort. Pour l’occasion, le festival propose aux neuf...
09 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Dyal Thak : Kin Coedel, tisserand d'un Tibet onirique
© Kin Coedel
Dyal Thak : Kin Coedel, tisserand d’un Tibet onirique
Pour réaliser Dyal Thak, Kin Coedel s’est rendu à de multiples reprises sur le plateau tibétain. Là-bas, le photographe chinois a...
09 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
La sélection Instagram #449 : émerger de la torpeur
© Federica Belli / Instagram
La sélection Instagram #449 : émerger de la torpeur
Les images de notre sélection Instagram de la semaine évoquent, par la lumière, le style pictural ou la présence des sujets, un grand...
09 avril 2024   •  
Le Japon dans l'œil des photographes de Fisheye
© Momo Okabe
Le Japon dans l’œil des photographes de Fisheye
Qu'iels y habitent, le visitent, où l'imaginent dans des envolées visuelles oniriques, les photographes présent·es sur nos pages sont...
06 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
© Kin Coedel
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine s'immergent en profondeur dans diverses communautés, avec lesquelles iels...
Il y a 5 heures   •  
Écrit par Milena Ill
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
© Nestor Benedini
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
Du 6 avril au 22 septembre, l’exposition PERFORMANCE au MRAC Occitanie fait dialoguer art et sport. L’événement fait partie de...
13 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
Guinevere, Yohji Yamamoto, Paris, 2004 © Paolo Roversi
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
En ce moment même, le Palais Galliera se fait le théâtre des silhouettes sibyllines de Paolo Roversi. La rétrospective, la première qu’un...
12 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d'Alexis Pazoumian
© Alexis Pazoumian
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d’Alexis Pazoumian
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
12 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill