Les lauréats du Prix Leica Oskar Barnack 2022 annoncés !

20 octobre 2022   •  
Écrit par Pablo Patarin
Les lauréats du Prix Leica Oskar Barnack 2022 annoncés !

Kiana Hayeri et Valentin Goppel viennent d’être désignés lauréats du Prix Leica Oskar Barnack ! Un prix soulignant la qualité de leurs travaux respectifs sur les femmes afghanes sous le régime taliban et sur la jeunesse durant la pandémie.

Le prestigieux prix Leica Oskar Barnack, qui fêtait sa 42e édition, a dévoilé ses deux lauréats pour l’année 2022 : Kiana Hayeri et Valentin Goppel. Ils ont été désignés par les cinq membres du jury, parmi lesquels Natalia Jiménez-Stuard, rédactrice en chef photo du Washington Post et Azu Nwagbogu, fondateur et directeur du LagosPhoto Festival. Les résultats ont été annoncés lors d’une cérémonie le 20 octobre dans le quartier général de Leica à Wetzlar en Allemagne. Lauréate du grand prix, Kiana Hayeri remporte 40 000 euros et du matériel photo Leica pour une valeur de 10 000 euros. Valentin Goppel, lauréat du prix Newcomer, repart quant à lui avec 10 000 euros et un Leica Q2.

Des séries représentatives d’une époque incertaine

Photographe irano-canadienne, Kiana Hayeri, dont le travail photographique se concentre sur les migrations, l’identité et la sexualité dans les sociétés confrontées aux conflits, a été primée pour sa série Promises Written on the Ice, Left in the Sun. Installée depuis sept ans en Afghanistan, elle a consacré son projet aux conditions de vie des femmes après le retour des Talibans, « ces mêmes femmes qui ont été au centre de l’effort de guerre pour les libérer après l’invasion américaine. Aujourd’hui, beaucoup d’entre elles ont le sentiment d’avoir été abandonnées », déclare-t-elle.

Avec Between the Years, le photographe allemand Valentin Goppel, âgé de seulement 22 ans, a quant à lui souhaité explorer l’impact de la pandémie sur sa propre génération – celle des jeunes adultes ayant encore tout à construire. Le jeune artiste a su capturer avec justesse l’insécurité, la solitude et l’abandon de projets, venu·es marquer une rupture brutale pour la jeunesse : « la pandémie était une situation exceptionnelle pour chacun de nous. Tout d’un coup, nous combattions des démons que les distractions ordinaires contenaient jusque-là », précise-t-il. Ces deux séries, représentatives d’une époque incertaine, auront droit à leur exposition au musée Ernst Leitz de Weztlar jusqu’en janvier 2023. Elles seront accompagnées des projets photographiques des finalistes.

© Kiana Hayeri

© Kiana Hayeri

© Kiana Hayeri

© Kiana Hayeri

© Valentin Goppel

© Valentin Goppel

© Valentin Goppel

© Valentin Goppel

Explorez
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
22 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
© Andrea Sena
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Andrea Sena, qui s’est attachée à capturer la fête comme acte de résistance en temps de guerre. Pour...
19 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
L'anniversaire de Focus par Fisheye Magazine à la Gaîté Lyrique
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·e·s dans nos...
24 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill