Les obsessions de Tristan Hollingsworth

04 décembre 2020   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les obsessions de Tristan Hollingsworth

« Mon approche photographique ? L’obsession », déclare Tristan Hollingsworth. Multiples expositions, corps dénudés, flous artistiques, fleurs et crépuscules se croisent et s’entremêlent dans les œuvres du photographe venu de Los Angeles. Une collection d’images à l’onirisme envoûtant. « J’aime cette impression de me tenir entre deux réalités. D’être juste en dehors de ce qu’on appelle la norme. Nos cultures plongent de plus en plus dans un océan de peur, de consumérisme, et j’utilise l’art pour m’en échapper. Les sensations sont des éléments clés de mon travail – respirer et ressentir », confie l’artiste. Tantôt romantiques tantôt graphiques, ses créations évoquent des univers familiers, où l’intime, le charnel et la liberté prennent le pas sur nos frayeurs. Comme une valse langoureuse, les sujets favoris de l’auteur ne cessent de réapparaître et deviennent une présence réconfortante, captivante. « La Terre vivante, délicate, douce, et parfois mélancolique, est mon sujet de prédilection », conclut-il.

© Tristan Hollingsworth

 

© Tristan Hollingsworth

 

© Tristan Hollingsworth

 

© Tristan Hollingsworth© Tristan Hollingsworth

 

© Tristan Hollingsworth

 

© Tristan Hollingsworth© Tristan Hollingsworth

 

© Tristan Hollingsworth

 

© Tristan Hollingsworth© Tristan Hollingsworth

 

© Tristan Hollingsworth

© Tristan Hollingsworth / Représenté par La Galerie Rouge

Explorez
Rastchoutchas, la pop en béquille
© Rastchoutchas
Rastchoutchas, la pop en béquille
Entre les potes, les ombres et les mâchoires animales qu’une main de matrone serre, Rastchoutchas pope toujours la même et unique soirée...
16 avril 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
Guinevere, Yohji Yamamoto, Paris, 2004 © Paolo Roversi
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
En ce moment même, le Palais Galliera se fait le théâtre des silhouettes sibyllines de Paolo Roversi. La rétrospective, la première qu’un...
12 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
100% L'EXPO : immersion magnétique dans l'art émergent
© Daria Svertilova, Maisons éphémères, 2023, ENSAD / Courtesy of 100% L'EXPO
100% L’EXPO : immersion magnétique dans l’art émergent
En accès libre et gratuit, le festival 100% L’EXPO revient pour une 6e édition au sein de la Grande Halle ainsi qu’en plein air dans le...
08 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Tarek Mawad et les mouvements des corps
© Tarek Mawad
Tarek Mawad et les mouvements des corps
À l’instar de ses muses, Tarek Mawad, photographe de mode germano-égyptien, est porté par un mouvement permanent.
05 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
© Nicolas Jenot
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
Expérimentant avec la photo, la 3D ou même le glitch art, l’artiste Nicolas Jenot imagine la machine – et donc l’appareil photo – comme...
Il y a 8 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
©Théo Saffroy / Courtesy of Point Éphémère
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
De la Corée du Nord au fin fond des États-Unis en passant par des espaces imaginaires, des glitchs qui révèlent les tensions au sein d’un...
18 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Les éternels éphémères : des abeilles et des hommes
© Maewenn Bourcelot
Les éternels éphémères : des abeilles et des hommes
C’est un monde sublime et violent, enchanté et tragique, énigmatique et d’une évidence terrible. Avec Les Éternels Éphémères, la...
18 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nicolas Lebeau, reprendre le contrôle des images
© Nicolas Lebeau
Nicolas Lebeau, reprendre le contrôle des images
Avec Voltar A Viver (« Retourner à la vie », en français), Nicolas Lebeau questionne notre rapport aux images en puisant aussi bien dans...
17 avril 2024   •  
Écrit par Ana Corderot