Les récits troublants de Suzie Howell

19 février 2019   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les récits troublants de Suzie Howell

Nature luxuriante, corps humains et formes abstraites… La photographe londonienne Suzie Howell construit des récits étranges, entre fiction et réalité.

Installée à Londres, la photographe Suzie Howell a étudié au Filton College, à Bristol. Une institution qui a vu grandir des auteurs tels que Stephen Gill, Martin Parr ou encore Jonas Bendiksen. Après avoir suivi un stage au sein de l’agence Magnum Photos, l’artiste est restée dans la capitale anglaise, afin de devenir assistante-photographe. C’est là-bas qu’elle a commencé à construire ses projets personnels.

Suzie Howell explore les frontières entre réalité et fiction, et utilise l’abstrait pour attirer le regardeur dans cet univers singulier. « Je veux que mon travail soit perçu comme une narration, mais pas dans le sens classique du documentaire. Plutôt comme un poème, qui invite les gens à interroger leurs propres émotions », explique la photographe. Nature, corps humain, formes féminines, et compositions sculpturales peuplent ses clichés et érigent un « monde intermédiaire », entre réalisme et contrefaçon.

Une étrange poésie

« On m’a souvent dit que je réalisais des images sombres et parfois inquiétantes. Si je ne représente pas intentionnellement la peur, je suis souvent attirée par des lieux troublants et silencieux »,

confie Suzie Howell. Une étrange poésie se dégage des créations de la photographe, et évoque les créations tourmentées d’Edgar Allan Poe. Les paysages sublimes semblent cacher des recoins sombres, les visages restent voilés, et les corps des modèles, souvent coupés du cadre, paraissent inanimés. « Ces replis obscurs me mettent mal à l’aise, mais ils m’attirent et me donnent envie de trouver l’origine de cette réaction », précise l’auteure. Immergée dans la nature, la photographe immortalise la relation entre les corps et l’environnement. Ses modèles, transformés en objet semblent prisonniers d’un espace effrayant. Un récit qui interroge. Pouvons-nous faire face à nos peurs ? Que nous cache notre subconscient ? Et comment s’évader ? Une narration fantastique, nourrie par l’étrangeté du quotidien et la splendeur de l’imaginaire.

© Suzie Howell

© Suzie Howell

© Suzie Howell

© Suzie Howell© Suzie Howell

© Suzie Howell

© Suzie Howell© Suzie Howell

© Suzie Howell© Suzie Howell© Suzie Howell© Suzie Howell

© Suzie Howell

Explorez
Bodyland : déluge de chairs
© Kristina Rozhkova
Bodyland : déluge de chairs
C’est l’Amérique contemporaine que Kristina Rozhkova photographie dans sa série Bodyland. Une Amérique de la peau orange comme le...
12 avril 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Entre deux mondes : NYC en IA par Robin Lopvet
© Robin Lopvet
Entre deux mondes : NYC en IA par Robin Lopvet
Du 17 février au 5 mai 2024, Robin Lopvet présente sept séries qui ont toutes en commun l’utilisation de la retouche numérique et/ou de...
11 avril 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Les détournements colorés de Clairéjo
© Clairéjo, « Cœur fendu »
Les détournements colorés de Clairéjo
Depuis près de deux ans, Claire Brault et Jeohan Bonillo conjuguent photographie et broderie en redonnant une âme à des clichés oubliés....
11 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Le cycle de la vie, R’lyeh et Jan Švankmajer : dans la photothèque d’Elena Helfrecht
Si tu devais ne choisir qu’une seule de tes images, laquelle serait-ce ? © Elena Helfrecht
Le cycle de la vie, R’lyeh et Jan Švankmajer : dans la photothèque d’Elena Helfrecht
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
10 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
Guinevere, Yohji Yamamoto, Paris, 2004 © Paolo Roversi
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
En ce moment même, le Palais Galliera se fait le théâtre des silhouettes sibyllines de Paolo Roversi. La rétrospective, la première qu’un...
12 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d'Alexis Pazoumian
© Alexis Pazoumian
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d’Alexis Pazoumian
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
12 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Bodyland : déluge de chairs
© Kristina Rozhkova
Bodyland : déluge de chairs
C’est l’Amérique contemporaine que Kristina Rozhkova photographie dans sa série Bodyland. Une Amérique de la peau orange comme le...
12 avril 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Entre deux mondes : NYC en IA par Robin Lopvet
© Robin Lopvet
Entre deux mondes : NYC en IA par Robin Lopvet
Du 17 février au 5 mai 2024, Robin Lopvet présente sept séries qui ont toutes en commun l’utilisation de la retouche numérique et/ou de...
11 avril 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas