Les vibrations du monde

16 décembre 2020   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les vibrations du monde

Sujets insolites ou tendances, faites un break avec notre curiosité de la semaine. La photographe Ysabel Rossi imagine un monde fantastique inspiré par les joies et les douleurs qui traversent notre existence.

« Le confinement nous a donné deux façons d’envisager notre existence : soit à travers un filtre révélant sa beauté et sa simplicité, soit en nous emprisonnant dans le présent. J’ai décidé de profiter de ce temps qui nous est donné pour me plonger dans la magie de notre existence »

, raconte Ysabel Rossi. Originaire de Lima, la photographe a déménagé en Floride il y a cinq ans, et y étudie la publicité. Sur son temps libre, elle capture les gens, les lieux, les scènes ordinaires pour en faire des œuvres fantastiques. « J’adore me poser, attendre l’instant parfait dans un coin, afin de le figer pour l’éternité », précise-t-elle. Inspirée par le travail de Frida Kahlo qui symbolise pour elle « l’expression véritable », elle ne cesse d’« attraper sa réalité pour l’offrir du monde ».

© Ysabel Rossi© Ysabel Rossi

Danser au rythme des peines

Dans les images d’Ysabel Rossi, les arbres et les routent se dédoublent, le soleil brille d’un halo surnaturel et les nuits transforment notre monde en un territoire imaginaire. Adepte de Photoshop, l’artiste retouche chaque image pour en révéler l’émotion. « C’est un outil d’exploration. Il me permet de terminer mes poèmes visuels. Il est tout aussi important que mon boîtier », confie-t-elle.

Ce sont les récits qui l’intéressent. Les contes mystérieux qui invitent le lecteur à participer, tout comme le narrateur, aux aventures qu’on lui propose. Sans développer de thèmes particuliers, l’auteure dévoile son décor avec minutie. « Un univers aux tons subtils, influencé par mon désir d’introspection, les environnements tropicaux et l’exaltation des fêtes », explique-t-elle. Fière de ses racines – péruviennes et italiennes – la photographe se décrit comme une « grande romantique », qui dance au rythme des peines, des joies, des rencontres et des connexions. Désert, son univers visuel ne semble qu’attendre des protagonistes, prêts à se mouvoir, à s’oublier, à rentrer en transe, au son de mélodies rythmées. « De l’engouement innocent à la poésie des chagrins d’amour », conclut-elle.

© Ysabel Rossi© Ysabel Rossi

© Ysabel Rossi

© Ysabel Rossi© Ysabel Rossi

© Ysabel Rossi

Explorez
Lydia Goldblatt : Fugue, un œil à soi
©Lydia Goldblatt
Lydia Goldblatt : Fugue, un œil à soi
Lydia Goldblatt parle des mères, de la sienne qu’elle a perdue, de celle qu’elle est devenue. De ce deuil enduré alors qu’elle était déjà...
24 mai 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Contenu sensible
Sunsets de Jonas Van der Haegen : sexe radical et douce mélancolie
© Jonas Van der Haegen
Sunsets de Jonas Van der Haegen : sexe radical et douce mélancolie
Collection imposante de polaroïds intimes, l’ouvrage Sunsets de Jonas Van der Haegen propose une relecture poétique d’un langage sexuel...
23 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Melody Melamed : corps, peaux, âmes
© Melody Melamed
Melody Melamed : corps, peaux, âmes
Inspirée par une utopie où tout ne serait qu'harmonie, Melody Melamed compose Shangri-La: The Book of Skin, un ouvrage où les peaux...
23 mai 2024   •  
Écrit par Ana Corderot
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
© Albertine Hadj
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
Nos coups de cœur de la semaine, Albertine Hadj et Alessandro Truffa, emploient la photographie comme une manière de retranscrire et...
20 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
Il y a 6 heures   •  
Écrit par Marie Baranger
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
Il y a 10 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
© Salome Jishkariani
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
Salome Jishkariani et Luthor, nos coups de cœur de cette semaine, emploient le 8e art pour sonder le monde qui les environne. Si la...
27 mai 2024   •  
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
C’est l’heure du récap' ! Cette semaine, les photographes de la semaine immortalisent leurs propres visions de mondes qu’iels regrettent...
26 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill