L’extraordinaire de l’ordinaire, selon Sari Soininen

17 août 2023   •  
Écrit par Finley Cutts
L’extraordinaire de l’ordinaire, selon Sari Soininen
© Sari Soininen
© Sari Soininen
© Sari Soininen

Nous partagions Transcendent Country of the Mind et les visions hallucinées de Sari Soininen pour la première fois dans Fisheye n°51, en 2022. « Quand j’ai découvert les mises en page de mon travail, j’ai perçu une force de certaines images que j’ignorais », rapporte-t-elle. Les images de la photographe finlandaise paraissent alors dans de nombreuses revues et sont également publiées la même année par The Eriskay Connection dans un ouvrage qui donne une nouvelle dimension à son travail. Un succès qui déclenche aussi une prise de conscience : celle d’être reconnue en tant qu’artiste. Sari Soininen présentera son travail dans une grande exposition (700 m2) au Lahti Museum of Visual Arts Malva, en Finlande, de novembre 2023 à mars 2024. Son second ouvrage, The Black Cat Kingdom, sera publié cet été par Besides Press.

Au coeur de la nuit, des éclats de lumière révèlent le décor. Arbres, feuillages, lampadaires et surtout de la brume. Un sentiment trouble apparaît aux dernières heures du jour avant de disparaître au lever du soleil. Cet univers, c’est celui qu’illustre Sari Soininen dans sa série Shallow Waters, Misty Waves. Dans la même veine que les visions psychédéliques de son travail précédent, ses nouvelles compositions illustrent une représentation particulière du monde. « Ce projet, c’est ma recherche de l’extraordinaire dans l’ordinaire à travers des réflexions philosophiques, religieuses, et d’un certain mysticisme de la nature. Je cherche à comprendre ce qui “est”. C’est le mystère de l’être », explique la photographe finlandaise. Dans ses images ultracolorées, flashées dans la nuit, la nature se dévoile impénétrable. Déroutantes, ses mises en scène nous plongent dans un univers et nous maintiennent, paradoxalement, à distance. Elles produisent de l’incertitude. Une confusion assumée destinée à traduire son mal-être du monde, sa difficulté à saisir le sens des choses, sa quête métaphysique.

« Ce projet est mon exploration d’un mode d’existence plus significatif. Aujourd’hui, nous sommes tellement attachés à la technologie que nous ne sommes plus aussi attentifs à ce qui nous entoure. Si nous prêtons attention aux petites choses de tous les jours, si nous les regardons un peu plus longuement, nous pouvons découvrir qu’il y a une vie entière derrière toutes ces choses. Tout ce qui nous entoure raconte l’histoire de quelque chose d’invisible, de quelque chose que nous avons oublié », explique Sari Soininen. En multipliant les natures mortes et les paysages, la photographe isole des éléments du monde dans des compositions resserrées. On découvre alors des objets du quotidien sous une lumière nouvelle. Ces feuilles, ces câbles, ces aliments prennent une autre dimension. Shallow Waters, Misty Waves est un manifeste destiné à renouveler notre regard sur la nature. Un regard plus profond, plus sincère, qui nous liera davantage au monde et nous dévoilera le sens de nos réalités.

« J’ai l’impression d’être devenue trop dépendante de mon téléphone, des réseaux sociaux, de l’actualité… Je pense qu’ils m’ont éloigné de l’excitation que j’avais du monde qui m’entoure », raconte la photographe. Nos quotidiens défilent au travers d’écrans qui font écran. Nos sens saturent et perdent leurs repères. Dans cette réalité la recherche métaphysique peut servir d’ancrage à nos existences. La photographie devient ainsi un outil d’émancipation pour lutter contre cette aliénation. « Une fois de plus, la photographie me sert de thérapie : elle m’aide à retrouver le lien que j’avais perdu avec la nature et à donner plus de sens à ma vie », conclut l’artiste. L’incertitude qui caractérise Shallow Waters, Misty Waves exprime l’impossibilité du médium photographique à représenter l’ineffable et, dans le même temps, elles parviennent étrangement à apaiser nos inquiétudes.

© Sari Soininen

© Sari Soininen

© Sari Soininen
© Sari Soininen

© Sari Soininen

© Sari Soininen
© Sari Soininen
À retrouver dans
Fisheye Magazine #60 10 ans
Fisheye Magazine #60 10 ans
« Nous y voilà. 10 ans. 60 numéros. 9 000 pages – sans compter les hors-séries et les livres. Plus…
Juillet 2023
Explorez
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
©Théo Saffroy / Courtesy of Point Éphémère
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
De la Corée du Nord au fin fond des États-Unis en passant par des espaces imaginaires, des glitchs qui révèlent les tensions au sein d’un...
18 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
La sélection Instagram #450 : les déclinaisons du grain
© Veronique Van Hoorick / Instagram
La sélection Instagram #450 : les déclinaisons du grain
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram partagent un attrait pour les images au grain saillant. Dans des approches...
16 avril 2024   •  
30 ans après ? : à Niort, tous les futurs se déclinent
© Marine Combes
30 ans après ? : à Niort, tous les futurs se déclinent
Les Rencontres de la jeune photographie internationale célèbrent leurs 30 ans à Niort. Pour l’occasion, le festival propose aux neuf...
09 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Dyal Thak : Kin Coedel, tisserand d'un Tibet onirique
© Kin Coedel
Dyal Thak : Kin Coedel, tisserand d’un Tibet onirique
Pour réaliser Dyal Thak, Kin Coedel s’est rendu à de multiples reprises sur le plateau tibétain. Là-bas, le photographe chinois a...
09 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 15.04.24 au 21.04.24 : pleins feux sur le potentiel du médium
© Maewenn Bourcelot
Les images de la semaine du 15.04.24 au 21.04.24 : pleins feux sur le potentiel du médium
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine creusent l'énigme derrière les images, puisent dans les possibilités du 8e art...
Il y a 6 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
© Chloé Milos Azzopardi
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
Du 6 au 28 avril, Maison Sœur accueille Ces corps qui nous traversent, une exposition qui nous inivite à repenser notre rapport au vivant.
19 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Photon Tide, le glitch à l'âme
© Photon Tide
Photon Tide, le glitch à l’âme
« Je voudrais que vous n'ayez pas peur de ce qui se trouve dans votre esprit, mais que vous l'embrassiez », déclare Photon Tide, ou « Pho...
19 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
© Nicolas Jenot
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
Expérimentant avec la photo, la 3D ou même le glitch art, l’artiste Nicolas Jenot imagine la machine – et donc l’appareil photo – comme...
18 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas