Lumière sur les photographes de la Résidence 1+2 2021

16 octobre 2020   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Lumière sur les photographes de la Résidence 1+2 2021

Le 10 et 14 octobre, la Résidence 1+2 a dévoilé le nom du photographe de renom 2021, Grégoire Eloy, et des deux lauréates de l’appel à résidence : Laure Winants, et Myriem Karim. Trois photographes alliant sciences et art pour créer des projets sensibles et engagés.

Chaque année, la Résidence 1+2 propose à trois photographes – un de renom, et deux émergents – deux mois de créations. Ce programme culturel à vocation européenne installé à Toulouse, réunit science et 8e art. Les lauréats de cette édition 2021, Laure Winants, et Myriem Karim rejoindront le photographe de renom Grégoire Eloy dans la ville rose du 1er mars au 30 avril. Le fruit de leurs créations sera ensuite présenté en octobre 2021 dans le cadre d’une exposition, de l’édition un coffret, et d’un film de création de format 26 mm.

© Grégoire Eloy / Tendance Floue

© Grégoire Eloy / Tendance Floue

Mouvements de la matière

Photographe autodidacte, Myriem Karim a débuté sa pratique du 8e art grâce à la danse et à la littérature. Aujourd’hui, son travail interroge les rapports au corps et à l’espace. Privilégiant une approche expérimentale et argentique, l’artiste explore les liens visibles et invisibles. La Résidence 1+2 sera pour elle l’occasion de suivre les pas de Franz Schrader, à la fois topographe cartographe, dessinateur, graveur, écrivain, et inventeur de l’orographe (un instrument qui tracerait automatiquement le dessin des montagnes sous la forme d’une esquisse périgraphique plane, NDLR). Un voyage à la croisée des disciplines donc puisque L’Empreinte des millénaires associera photographie, écriture et cartographie.

« Nous nous pensions être protégés par le progrès, et nous découvrons notre fragilité ». Inspirée par la notion de rencontre, Laure Winnants, une artiste venue de Bruxelles, interroge notre relation à l’environnement et étudient les nouveaux enjeux climatiques. Durant la Résidence 1+2, elle approfondira ses recherches et explorations pluridisciplinaires, en se consacrant aux mouvements de la matière. Elle étudiera notamment les différentes méthodes de recherche sur le climat.

Enfin, Grégoire Eloy, photographe indépendant est membre du collectif Tendance Floue. Il a débuté sa carrière en tant qu’assistant de Stanley Greene. Depuis, il ne cesse de documenter les sociétés du monde entier, des anciens pays de l’Union soviétique au Caucase, en passant par la Turquie. Il a également collaboré avec F93, un centre culturel de Seine-Saint-Denis sur des projets scientifiques et a publié un ouvrage sur l’astrophysique, intitulé A Black Matter. Son intérêt pour les phénomènes scientifiques l’a notamment conduit en Italie, où il a étudié une faille longue de cinquante kilomètres. Souvent, il livre dans ses projets une cartographie précise du phénomène géologique en même temps qu’un prolongement artistique de la recherche scientifique.

Curieux et sensibles, les trois auteurs développent des œuvres poétiques, inspirées par la connaissance, et le monde en mutation.

© Grégoire Eloy© Laure Winants

© à g. Grégoire Eloy / Tendance Floue, à d. Laure Winants

© Laure Winants

© Laure Winants

© Myriem Karim

© Myriem Karim

Image d’ouverture : image extraite de La Faille © Grégoire Eloy / Tendance Floue

Explorez
Les Photographiques : illustrer le mystère du vivant
© Edwige Lamy
Les Photographiques : illustrer le mystère du vivant
Comment capter le mystère au sein du vivant ? Comment retranscrire la mutabilité infinie de nos identités ? Cette année, du 16 mars au 14...
26 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
600° : à Bordeaux, LesAssociés plongent dans les décombres des incendies
© Alban Dejong
600° : à Bordeaux, LesAssociés plongent dans les décombres des incendies
Jusqu’au 17 mars 2024, le collectif LesAssociés présente l’exposition 600° au cœur de l’Espace Saint-Rémi, à Bordeaux. Un récit choral...
15 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les photographes de Fisheye et la pollution sublimée
© Richard Pak
Les photographes de Fisheye et la pollution sublimée
Enjeux sociétaux, troubles politiques, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur nos pages ne...
09 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
Il y a 7 heures   •  
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
Il y a 11 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et...
27 février 2024   •  
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet