« Lumières nordiques » : la création danoise s’invite en Normandie

28 mars 2022   •  
Écrit par Lou Tsatsas
« Lumières nordiques » : la création danoise s’invite en Normandie

Jusqu’au 19 juin, le parcours Lumières nordiques s’installe dans la superbe Abbaye de Jumièges. Une exposition collective dédiée à la création danoise, croisant les visions – modernes et nuancées – de huit artistes contemporain·es.

À l’Abbaye de Jumièges se déroule la seconde édition de Lumières nordiques, un parcours photographique ancré en Normandie, faisant la part belle à la création des territoires du Nord. Et cette année, c’est le Danemark qui est mis à l’honneur, au cœur d’une exposition collective destinée à mettre en lumière la diversité de la photographie contemporaine du pays. « Il ne s’agit pas d’une simple exportation des artistes présents, mais d’un véritable dialogue avec notre patrimoine. Les artistes tissent des liens avec le territoire normand », souligne Gabriel Bauret, co-commissaire de l’événement. Huit séries habillent les murs de l’Abbaye, dialoguant à merveille avec les singularités esthétiques des lieux. Huit manières d’explorer le 8e art tout en repoussant ses frontières, de jouer avec la porosité entre les différents médiums. « Nous ne proposons pas une exposition thématique, mais simplement un ensemble d’artistes de la même génération. Leurs œuvres n’ont, pour la plupart, jamais été exposées en France », rappelle Gabriel Bauret.

Sur les deux étages du lieu, trônent des grands formats, happant les visiteurs dans des univers contrastés. Expérimentations visuelles, procédés anciens, art numérique… Le minimalisme végétal de Lotte Fløe Christensen, l’art abstrait et scientifique de Veronika Geiger, les cyanotypes de Emilie Lundstrøm, la randonnée déconstruit de Ebbe Stub Wittrup, les portraits dénaturés de Torben Eskerod, les grottes-blockhaus de Peter Funch, la lueur bleutée de Joachim Eskildsen et l’impressionnisme digital de Jeppe Lange croisent abstraction et documentaire, poésie et biologie, histoire et futurisme. Tous·tes font dialoguer leur propre culture avec les marqueurs normands pour construire des images résolument modernes.

© Ebbe Stub Wittrup / Courtesy Martin Asbæk Gallery

© Ebbe Stub Wittrup / Courtesy Martin Asbæk Gallery

Questionnements philosophiques et recherches esthétiques

La visite débute face aux étranges masques de Torben Eskerod – des moulages de personnes ayant véritablement existé, pris en photo puis agrandis pour donner aux visages figés une taille surréaliste. « On dit que lorsqu’elle meurt, une personne révèle son véritable faciès. Ces créations ont été réalisées par un dentiste dans les années 1940. Je les ai découvertes par hasard dans un vieux château danois », commente l’auteur. En écho à ces sculptures mortuaires se trouvent les Damaged Portraits de l’artiste, résultats d’une catastrophe naturelle : une inondation dans son studio, qui avait attaqué la surface du papier et altéré les portraits réalisés. « L’eau venait des égouts, elle a coloré mes images, laissé des traces de boue, des moisissures sur mes photos », ajoute-t-il. Oscillant entre le monde des morts et celui des vivants, Torben Eskerod interroge, à travers son travail, le passage du temps et l’érosion qu’il provoque, les traînées qu’il laisse sur le monde. Une collection aussi plastique que philosophique.

À l’étage nous accueillent les clichés picturaux de Joakim Eskildsen, pris à Skagen, une petite ville au nord du Danemark où se rencontrent la mer Baltique et celle du Nord. « Il s’agit d’un lieu très particulier qui a fasciné de nombreux peintres impressionnistes et postimpressionnistes. Cette popularité a attiré l’attention du photographe, qui développe – à l’argentique et au moyen format – une relation particulière avec la lumière », explique Gabriel Bauret. Prises en pleine nuit, dans une lueur bleutée à l’onirisme apaisant, ses images parviennent à encapsuler la splendeur du paysage, comme la vie qui anime le territoire. « Son habitude de travailler avec l’humain l’a conduit à s’inspirer de la tradition des déjeuners, par exemple, propre à la peinture », poursuit le commissaire. Une relecture contemporaine d’un espace marqué par l’histoire.

Également intéressé par l’impressionnisme, Jeppe Lenge fusionne, dans Depiction of Light, des centaines de tableaux pour créer un film d’animation hypnotique. « Je tamise la peinture à travers différents filtres de couleur, fragmentant ainsi les motifs jusqu’à les traiter individuellement (…) Le culte que les peintres vouent au regard subjectif et aux qualités de la lumière est amplifié à un tel point que le sujet se transcende en couleurs et en gestes purs », précise l’artiste. Dans l’œuvre digitale, l’abstraction domine, à l’exception de quelques rares marqueurs, quelques traces qui laissent deviner la présence humaine. Animées dans une fluidité extrême, les nuances de couleurs deviennent des vagues, des marées aux palettes évolutives qui convoquent l’émotion pure, dans cette osmose hallucinatoire.

Du documentaire à l’expérimentation, en passant par les questionnements philosophiques et la recherche esthétique, les auteurs et autrices exposé·es ne cessent de se réapproprier le médium. Autant de récits aux écritures variées dévoilant, dans cet espace superbe, la diversité des créations danoises.

 

© Peter Funch / Courtesy V1 Gallery

© Peter Funch / Courtesy V1 Gallery

© Lotte Fløe Christensen© Veronika Geiger

© à g. Lotte Fløe Christensen, à d. Veronika Geiger

© Jeppe Lange

© Jeppe Lange

© Torben Eskerod© Emilie Lundstrøm

© à g. Torben Eskerod, à d. Emilie Lundstrøm

© Joakim Eskildsen

© Joakim Eskildsen

Image d’ouverture : © Joakim Eskildsen

Explorez
La sélection Instagram #442 : parades fantasmées
© Pauline Suzor / Instagram
La sélection Instagram #442 : parades fantasmées
Cette semaine, notre sélection Instagram vous plonge au cœur d'un évènement folklorique, festif et coloré : le carnaval. Retrouvez, en ce...
20 février 2024   •  
PhotoBrussels : la capitale belge fait son festival
© Jacques Sonck / Courtesy Gallery FIFTY ONE
PhotoBrussels : la capitale belge fait son festival
La 8e édition du Photo Brussels Festival vient d’ouvrir dans la capitale européenne. Avec au menu 56 expositions réunissant 300 artistes...
07 février 2024   •  
Écrit par Eric Karsenty
Kidnapping, animaux-espions et bad trip au LSD : la séance de rattrapage Focus !
© Karolina Wojtas
Kidnapping, animaux-espions et bad trip au LSD : la séance de rattrapage Focus !
Paysages japonais, matchs de catch mexicains, guerre centenaire, religions futuristes, soirées érotiques, amitiés artificielles… Comme...
07 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Dans Élan, Nico Therin ancre les « moments d’apesanteur »
© Nico Therin
Dans Élan, Nico Therin ancre les « moments d’apesanteur »
Influencé par l’écriture documentaire, Nico Therin trouve l’inspiration dans la narration des moments ordinaires, ceux qui charment par...
02 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
The Necklace, 1999 © 2021, Alessandra Sanguinetti / Magnum Photos
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
Pendant plus de deux décennies, Alessandra Sanguinetti a documenté, au travers de mises en scène, le quotidien de deux petites filles de...
20 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
La sélection Instagram #442 : parades fantasmées
© Pauline Suzor / Instagram
La sélection Instagram #442 : parades fantasmées
Cette semaine, notre sélection Instagram vous plonge au cœur d'un évènement folklorique, festif et coloré : le carnaval. Retrouvez, en ce...
20 février 2024   •  
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
© Feng Li
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
Connu pour sa photographie de rue insolite, l’artiste chinois Feng Li présente à travers Pig un aspect plus intimiste de son existence....
19 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Les coups de cœur #481 : Lara Lussheimer et Sara Tontorova
© Lara Lussheimer
Les coups de cœur #481 : Lara Lussheimer et Sara Tontorova
Lara Lussheimer et Sara Tontorova, nos coups de cœur de la semaine, sont toutes deux en quête de métaphores. La première les fait émerger...
19 février 2024   •