Macron, Brexit et albums de famille : le portrait chinois d’Ed Alcock

21 juillet 2021   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Macron, Brexit et albums de famille : le portrait chinois d’Ed Alcock

Portraitiste pour de nombreux médias – Le Monde, El País, le New York Times – photographe documentaire et membre de l’agence MYOP, Ed Alcock multiplie les projets et partage son temps entre commandes et projets plus personnels. Qu’il sillonne les routes de son Angleterre natale pour explorer les conséquences du Brexit, ou documente son quotidien confiné en pleine épidémie, le photographe parvient à saisir son environnement avec honnêteté et originalité. « Je ne recherche pas la mise en scène et privilégie les images prises sur le vif. Je suis également influencé par la littérature, en particulier les romans non fictionnels. Les écrivains de ce genre s’inspirent souvent de leur propre vie, en la transformant en quelque chose de plus universel : une approche familière que l’on retrouve dans mes séries », nous confiait-il, lors de l’exposition de son projet Home Sweet Home, au festival Circulation(s) en 2019. Un univers riche, aux nombreuses influences, qu’il nous dévoile aujourd’hui à travers son portrait chinois.

Si tu étais…

Une de tes images ?

Quelle idée terrifiante d’être piégé dans un cadre ou cloué à un mur !

Un shooting rêvé ?

En raison de la crise sanitaire, je n’ai pas pu retourner au Royaume-Uni depuis plus d’un an. C’est frustrant, car j’aimerais conclure mes projets, See EU later et Home, sweet home.

© Ed Alcock / Myop

Une anecdote ?

Lors d’une récente conversation avec Emmanuel Macron, celui-ci m’a dit, sur un ton ironique, qu’il n’avait jamais entendu parler du Brexit. Après avoir passé cinq ans à documenter la dérive de mon ancien pays en dehors de l’Europe, j’ai trouvé son commentaire irritant, et en même temps, assez amusant.

© Ed Alcock / Myop

Un objet à photographier ?

Les choses qui me rappellent l’enfance, ou l’héritage familial : d’anciennes photos, des albums de famille, des jouets, des cartes dessinées à la main, des journaux intimes, de vieilles lettres d’amour…

© Ed Alcock / Myop© Ed Alcock / Myop

Un sujet à explorer ?

Tout ce qui excite, dérange, torture, irrite, amuse…

Un pays ?

Le pays – réel ou imaginaire – auquel nous pensons appartenir. Cette idée est au cœur d’une discussion que j’entretiens depuis dix ans avec le photographe Ulrich Lebeuf, et a donné lieu à une exposition qui sera présentée lors des Promenades de Vendôme à l’été 2021.

© Ed Alcock / Myop

Un film ?

Je suis en train de revoir les films d’Abbas Kiarostami en ce moment. J’aime la poésie simple de son travail. C’est fascinant de voir tout ce qu’il peut faire avec si peu.

Un lieu culturel ?

Arles ! Pour ses Rencontres !

© Ed Alcock / M.Y.O.P.

Une période historique ?

Maintenant.

Une écriture photographique ?

Tout ce qui peut servir à l’histoire que vous essayez de raconter.

© Ed Alcock / Myop

Un penseur et sa citation ?

« Je suis fortement opposé à la mort »

, Woody Allen

Un animal ?

Les loups m’ont toujours fasciné, depuis que je suis petit. Je faisais alors un rêve récurrent : un loup devant la fenêtre de ma chambre. Ce rêve a été le point de départ d’une exposition qui a été présentée initialement au Festival La Gacilly, et qui sera à nouveau exposée au Nouvel Observatoire Photographique du Grand Est en septembre.

© Ed Alcock / Myop© Ed Alcock / Myop

Un compte Instagram ?

Je dois avouer que je ne passe pas beaucoup de temps sur cette plateforme… Je trouve dommage de regarder de minuscules photos sur un téléphone alors qu’il y a tellement d’autres façons de profiter de la photographie !

© Ed Alcock / MYOP

© Ed Alcock / MYOP

Explorez
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
© Lee Miller Archives, Angleterre 2024
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
À l’occasion du 80e anniversaire de la libération de Saint-Malo, la chapelle de l’École nationale supérieure de la marine...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Minuit brûle : Cendre, de lune et de sang
© Cendre
Minuit brûle : Cendre, de lune et de sang
Les cycles d’une lune rousse couronnant un paysage apocalyptique, un loup à l’allure surnaturelle, des brebis à la merci d’une meute…...
16 mai 2024   •  
Écrit par Gwénaëlle Fliti
La poitrine creuse : Quentin Yvelin et le souffle (qui) court
© Quentin Yvelin
La poitrine creuse : Quentin Yvelin et le souffle (qui) court
Des corps, qui respirent et expirent, la cage nouée, les membres dénudés. Autour d’eux, des roches, des végétaux, des ombres que les...
15 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 06.05.24 au 12.05.24 : danser loin des sentiers tracés
© Ame Blary
Les images de la semaine du 06.05.24 au 12.05.24 : danser loin des sentiers tracés
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine nous invitent à nous évader des conventions sociales et de la pensée dominante....
12 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Forgotten in The Dark : l’hommage dansant de Tom Kleinberg
© Tom Kleinberg
Forgotten in The Dark : l’hommage dansant de Tom Kleinberg
Le festival Circulation(s) n’en finit pas de faire briller la jeune photographie européenne. Dans l’un des cubes de l’espace central du...
Il y a 11 heures   •  
Écrit par Hugo Mangin
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
© Albertine Hadj
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
Nos coups de cœur de la semaine, Albertine Hadj et Alessandro Truffa, emploient la photographie comme une manière de retranscrire et...
20 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Dans l’œil de Pelle Cass : déchiffrer le chaos d’un terrain de sport
© Pelle Cass
Dans l’œil de Pelle Cass : déchiffrer le chaos d’un terrain de sport
Cette semaine, plongée dans l’œil de Pelle Cass. Dans Crowded Fields, le photographe américain immortalise des terrains de sport sur...
20 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les images de la semaine du 13.05.24 au 19.05.24 : la fragilité de l’existence
© Jana Sojka
Les images de la semaine du 13.05.24 au 19.05.24 : la fragilité de l’existence
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes donnent à voir les déclinaisons de la fragilité de l’existence.
19 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet