Margaret Lansink : Friction, l’amour en étendard

21 juin 2023   •  
Écrit par Lucie Guillet
Margaret Lansink : Friction, l’amour en étendard
Friction © Margaret Lansink
Friction © Margaret Lansink

Esthétisme, poésie et minimalisme rythment l’art de Margaret Lansink. À l’occasion de sa nouvelle exposition Friction, présentée à la Galerie Bildhalle d’Amsterdam jusqu’au 9 septembre, elle revient sur son art inspiré de sa vie personnelle, de Simone de Beauvoir et de la culture japonaise.

« Grâce à mon utilisation de la photographie intuitive, je souhaite créer des images qui présentent une réflexion ouverte et honnête de mes propres émotions, de mes doutes ou de mes luttes dans la vie », déclare Margaret Lansink. Ce pont bâti entre ses blessures et ses joies est ce qui caractérise son travail – des émois entourés de pudeur. Dans sa dernière série, Friction, l’artiste s’inspire des écrits de Simone de Beauvoir qui l’ont profondément touchée. « En lisant les textes de cette autrice, j’ai parfois l’impression que mes pensées intérieures sur la vie sont exprimées. L’essentiel de sa philosophie me tient à cœur : ”La vie est un processus de devenir, d’éternel devenir !” », confie la photographe. Une manière pour elle de convaincre les gens d’embrasser l’idée que la vraie beauté réside dans le changement.

Un message universel

Une démarche née bien avant la réalisation de sa dernière série – dans laquelle elle reprend certaines œuvres de ses précédents projets, Borders of Nothingness et plus récemment On the Mend. Au cœur de ce dernier, elle illustrait, en s’inspirant de la philosophie japonaise Wabi Sabi, le voyage que sa fille et elle ont entrepris pour se reconnecter après une longue période de séparation. Un lien intrinsèque entre sa vie personnelle et la culture du pays du soleil levant qui n’a de cesse de l’influencer. Sa technique de collage en est directement inspirée, puisque l’utilisation des feuilles d’or provient de l’art du Kintsugi qui consiste à réparer des objets brisés. La photographe choisit de se nourrir de cette technique afin d’embellir les blessures, qu’elles soient physiques ou psychologiques, de ne pas les cacher et en avoir honte, mais de les guérir. « C’est ainsi que j’invite doucement les spectateurices à s’embarquer dans un voyage à travers son propre réseau complexe de souvenirs et d’émotions ». Et bien qu’il y ait eu des blessures, des cassures, ce n’est pas ce qui ressort de l’art de Margaret Lansink. Cette dernière préfère s’accrocher à une idée universelle : l’amour. Quel qu’il soit, sous toutes ses formes, celui qu’elle ressent pour sa fille aînée, celui que lui inspire la nature qui l’entoure, ce sentiment éternel transperce ses œuvres. Il se ressent de la photo au collage en passant par l’utilisation de la technique du platine palladium (qui lui sert à représenter au mieux les différents gris), ou encore à travers le récit qui a inspiré le processus. Tout le cheminement créatif de son œuvre en est empli. « C’est aussi ce que me disent les gens ; mes images les touchent tellement parce qu’iels peuvent y sentir une partie d’elleux-mêmes. Des histoires qui pourraient être les leurs », conclut l’artiste.

Friction © Margaret Lansink
Friction © Margaret Lansink
Friction © Margaret Lansink
Friction © Margaret Lansink
Friction © Margaret Lansink
Friction © Margaret Lansink
Friction © Margaret Lansink
Friction © Margaret Lansink
Friction © Margaret Lansink
Explorez
Looking at my brother : mes frères, l’appareil et moi
© Julian Slagman
Looking at my brother : mes frères, l’appareil et moi
Projet au long cours, Looking at My Brother déroule un récit intime faisant éclater la chronologie. Une lettre d’amour visuelle de Julian...
09 juillet 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Rafael Medina : corps libres et désirés 
© Rafael Medina
Rafael Medina : corps libres et désirés 
En double exposition, sous les néons des soirées underground, Rafael Medina développe un corpus d'images grisantes, inspirées par les...
27 juin 2024   •  
Écrit par Anaïs Viand
Pierre et Gilles, in-quiétude et Cyclope : dans la photothèque de Nanténé Traoré
© Nanténé Traoré, Late Night Tales, 2024 / Un ou une artiste que tu admires par-dessus tout ?
Pierre et Gilles, in-quiétude et Cyclope : dans la photothèque de Nanténé Traoré
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
26 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Les coups de cœur #498 : Tommy Keith et Patrick Gilliéron Lopreno
© Tommy Keith
Les coups de cœur #498 : Tommy Keith et Patrick Gilliéron Lopreno
Tommy Keith et Patrick Gilliéron Lopreno, nos coups de cœur de la semaine, dépeignent le paysage alentour chacun à leur manière. Le...
24 juin 2024   •  
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Voir le temps en couleurs : le laboratoire de l'histoire photographique imaginé par Sam Stourdzé
Yevonde Middleton Vivex, *John Gielgud as Richard II in 'Richard of Bordeaux'*, 1933 by colour print NPG x11658. © National Portrait Gallery, London
Voir le temps en couleurs : le laboratoire de l’histoire photographique imaginé par Sam Stourdzé
Jusqu’au 18 novembre, les 1 200 mètres carrés du deuxième étage du Centre Pompidou-Metz se transforment en une promenade temporelle pour...
Il y a 3 heures   •  
Écrit par Marie Baranger
Onironautica : les rêves lucides, l’IA des êtres humains
© Ludivoca De Santis
Onironautica : les rêves lucides, l’IA des êtres humains
Collections d’images venues de rêves lucides, Onironautica de Ludovica De Santis interroge, au travers de mises en scène intrigantes...
19 juillet 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Le Jardin du Lunch : les boulettes de Proust
© Pascal Sgro
Le Jardin du Lunch : les boulettes de Proust
Entre nostalgie et humour, le photographe belge Pascal Sgro saisit, dans sa série en cours Le Jardin du Lunch, la bienveillante laideur...
19 juillet 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Les Cowboys Créoles dans l'objectif de Chloé Kerleroux
© Chloé Kerleroux
Les Cowboys Créoles dans l’objectif de Chloé Kerleroux
Avec la série Cowboys Créoles, Chloé Kerleroux rend hommage à la figure du vacher noir, personnage emblématique de l’histoire...
18 juillet 2024   •  
Écrit par Costanza Spina