Margaret Lansink : Friction, l’amour en étendard

21 juin 2023   •  
Margaret Lansink : Friction, l’amour en étendard
Friction © Margaret Lansink
Friction © Margaret Lansink

Esthétisme, poésie et minimalisme rythment l’art de Margaret Lansink. À l’occasion de sa nouvelle exposition Friction, présentée à la Galerie Bildhalle d’Amsterdam jusqu’au 9 septembre, elle revient sur son art inspiré de sa vie personnelle, de Simone de Beauvoir et de la culture japonaise.

« Grâce à mon utilisation de la photographie intuitive, je souhaite créer des images qui présentent une réflexion ouverte et honnête de mes propres émotions, de mes doutes ou de mes luttes dans la vie », déclare Margaret Lansink. Ce pont bâti entre ses blessures et ses joies est ce qui caractérise son travail – des émois entourés de pudeur. Dans sa dernière série, Friction, l’artiste s’inspire des écrits de Simone de Beauvoir qui l’ont profondément touchée. « En lisant les textes de cette autrice, j’ai parfois l’impression que mes pensées intérieures sur la vie sont exprimées. L’essentiel de sa philosophie me tient à cœur : ”La vie est un processus de devenir, d’éternel devenir !” », confie la photographe. Une manière pour elle de convaincre les gens d’embrasser l’idée que la vraie beauté réside dans le changement.

Un message universel

Une démarche née bien avant la réalisation de sa dernière série – dans laquelle elle reprend certaines œuvres de ses précédents projets, Borders of Nothingness et plus récemment On the Mend. Au cœur de ce dernier, elle illustrait, en s’inspirant de la philosophie japonaise Wabi Sabi, le voyage que sa fille et elle ont entrepris pour se reconnecter après une longue période de séparation. Un lien intrinsèque entre sa vie personnelle et la culture du pays du soleil levant qui n’a de cesse de l’influencer. Sa technique de collage en est directement inspirée, puisque l’utilisation des feuilles d’or provient de l’art du Kintsugi qui consiste à réparer des objets brisés. La photographe choisit de se nourrir de cette technique afin d’embellir les blessures, qu’elles soient physiques ou psychologiques, de ne pas les cacher et en avoir honte, mais de les guérir. « C’est ainsi que j’invite doucement les spectateurices à s’embarquer dans un voyage à travers son propre réseau complexe de souvenirs et d’émotions ». Et bien qu’il y ait eu des blessures, des cassures, ce n’est pas ce qui ressort de l’art de Margaret Lansink. Cette dernière préfère s’accrocher à une idée universelle : l’amour. Quel qu’il soit, sous toutes ses formes, celui qu’elle ressent pour sa fille aînée, celui que lui inspire la nature qui l’entoure, ce sentiment éternel transperce ses œuvres. Il se ressent de la photo au collage en passant par l’utilisation de la technique du platine palladium (qui lui sert à représenter au mieux les différents gris), ou encore à travers le récit qui a inspiré le processus. Tout le cheminement créatif de son œuvre en est empli. « C’est aussi ce que me disent les gens ; mes images les touchent tellement parce qu’iels peuvent y sentir une partie d’elleux-mêmes. Des histoires qui pourraient être les leurs », conclut l’artiste.

Friction © Margaret Lansink
Friction © Margaret Lansink
Friction © Margaret Lansink
Friction © Margaret Lansink
Friction © Margaret Lansink
Friction © Margaret Lansink
Friction © Margaret Lansink
Friction © Margaret Lansink
Friction © Margaret Lansink
Explorez
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
© Annabelle Foucher
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
Le temps de L’Étoffe de l’être, les œuvres d’Annabelle Foucher, lauréate du Grand Prix Picto de la Photographie de mode en 2023, se...
29 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
27 février 2024   •  
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les expositions photo à découvrir ce printemps !
© Paul Wolff, « Femme en maillot de bain avec ombres de plantes », 1932, tirage d'origine, Collection Christian Brandstätter / Courtesy of Pavillon Populaire
Les expositions photo à découvrir ce printemps !
Chaque saison fait fleurir de nouvelles expositions. À cet effet, la rédaction de Fisheye a répertorié toute une déclinaison...
Il y a 3 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Road trip, violence et alpinisme : nos coups de cœur photos du mois
© Henri Kisielewski
Road trip, violence et alpinisme : nos coups de cœur photos du mois
Expositions, immersion dans une série, anecdotes, vidéos… Chaque mois, la rédaction Fisheye revient sur les actualités photo qui l’ont...
Il y a 10 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Only the future revisits the past : le passé raconte l’avenir
© Marta Bogdanska
Only the future revisits the past : le passé raconte l’avenir
Pour le festival australien PHOTO 2024, qui se déroulera du 1er mars au 12 mai, l’exposition Only the future revisits the past se propose...
29 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
© Annabelle Foucher
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
Le temps de L’Étoffe de l’être, les œuvres d’Annabelle Foucher, lauréate du Grand Prix Picto de la Photographie de mode en 2023, se...
29 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet