Martin Kollar, premier lauréat du prix Élysée

01 juillet 2015   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Martin Kollar, premier lauréat du prix Élysée
Sélectionné parmi huit nominés, le photographe slovaque Martin Kollar est le lauréat de la première édition du prix Élysée, décerné le 27 juin au musée de l’Élysée, à Lausanne, en Suisse.

Lancé l’an dernier, le prix Élysée récompense la production photographique d’un artiste à mi-carrière, en partenariat avec le musée de l’Élysée et la manufacture Parmigiani Fleurier. Il y a un an, huit photographes internationaux ont été sélectionnés à travers plus de 400 candidatures, leurs travaux ont été exposés du 30 janvier au 3 mai 2015 au musée de l’Élysée, et publiés à cette occasion.

Le prix Élysée a été remis l’artiste slovaque, Martin Kollar, samedi 27 juin, au cours de la Nuit des images. Son projet photographique explore la mémoire de transition, ce qu’il nomme le « conflit des transferts ». Son projet, Provisional Arrangement, conçu à la manière d’un road movie, vise à capter ces moments où le permanent devient provisoire.

© Martin Kollar
Photo extraite de la série “Provisional Arrangement”, © Martin Kollar

“Combler le vide”

Il a entre autres photographié une installation représentant des pigeons munis de mini-appareils photo durant la Seconde Guerre mondiale, une évocation des drones d’aujourd’hui, selon l’artiste. « La photographie, dans ce cas, est une étape intermédiaire, une sorte de mémoire transitionnelle entre deux moments. C’est là-dessus que je souhaite travailler, combler le vide,  construire dans les interstices », poursuit Martin Kollar.

© Martin Kollar
Photo extraite de la série “Provisional Arrangement”, © Martin Kollar

Né en 1971, Martin Kollar a étudié à l’académie des Beaux-Arts de Bratislava, avant de mener une carrière de photographe indépendant et de travailler dans le cinéma. Il a contribué à la réalisation de nombreux documentaires et de films : Autoportrait en tant que réalisateur, Ball en tant que producteur, et en tant que cameraman Velvet Terrorists, Cooking History, Across the Border : Five Views from Neighbours, 66 Seasons, Ladomirova Morytates and Legends, et le film d’animation In the Box.

Comme photographe, Martin a reçu de nombreuses récompenses comme la bourse 3PPP, le Prix Oscar Barnack en Allemagne et le Prix Backlight de la photographie en Finlande. Ses travaux ont été exposés à l’international, notamment à Paris où il a été présenté à la Maison européenne de la photographie. Martin Kollar a aussi publié trois livres de photographie : Nothing Special (Actes Sud 2008), Cahier (Diaphane 2011), et Field Trip (Mack 2013).

MEL_PrixElysee_Martin Kollar_Provisional Arrangement-Martin Kollar-fisheyelemagMEL_PrixElysee_Martin Kollar_Provisional Arrangement-2-Martin Kollar-fisheyelemagMEL_PrixElysee_Martin Kollar_Provisional Arrangement-3-Martin Kollar-fisheyelemagMEL_PrixElysee_Martin Kollar_Provisional Arrangement-5-Martin Kollar-fisheyelemagMEL_PrixElysee_Martin Kollar_Provisional Arrangement-4-Martin Kollar-fisheyelemagMEL_PrixElysee_Martin Kollar_Provisional Arrangemen-6-Martin Kollar-fisheyelemag

Le musée de l’Élysée et Parmigiani Fleurier accompagneront Martin Kollar dans la réalisation d’une exposition et d’un livre, grâce à une dotation de 80 000 CHF, soit environ 76 800 euros.

En (sa)voir plus

→ Sur Martin Kollar: www.martinkollar.com

→ Sur le prix de l’Élysée: www.elysee.ch

Explorez
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d'Alexis Pazoumian
© Alexis Pazoumian
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d’Alexis Pazoumian
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
12 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Glauco Canalis : une allumette pour tout embraser
© Glauco Canalis
Glauco Canalis : une allumette pour tout embraser
Photographe italien résidant à Londres, Glauco Canalis présente The Darker the Night, the Brighter the Stars [Plus la nuit est sombre...
10 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Les coups de cœur #487 : Jaewon Choi et Léna Charlon
© Léna Charlon
Les coups de cœur #487 : Jaewon Choi et Léna Charlon
Jaewon Choi et Léna Charlon, nos coups de cœur de la semaine, utilisent leur boîtier à des fins de documentation. Le premier immortalise...
08 avril 2024   •  
Le sport à l'honneur de la nouvelle édition du festival l'Œil urbain !
Le siège de la Compagnie nationale d'assurance à Mossoul par l'architecte Irakien Rifat Chadirji. 2018 © Charles Thiefaine / Courtesy of Festival l'Œil urbain
Le sport à l’honneur de la nouvelle édition du festival l’Œil urbain !
Du 6 avril au 11 mai prochain à Corbeil-Essonnes, l’Œil urbain revient pour une 12e édition. Fidèle à sa ligne éditoriale accordant une...
05 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
Guinevere, Yohji Yamamoto, Paris, 2004 © Paolo Roversi
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
En ce moment même, le Palais Galliera se fait le théâtre des silhouettes sibyllines de Paolo Roversi. La rétrospective, la première qu’un...
12 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d'Alexis Pazoumian
© Alexis Pazoumian
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d’Alexis Pazoumian
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
12 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Bodyland : déluge de chairs
© Kristina Rozhkova
Bodyland : déluge de chairs
C’est l’Amérique contemporaine que Kristina Rozhkova photographie dans sa série Bodyland. Une Amérique de la peau orange comme le...
12 avril 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Entre deux mondes : NYC en IA par Robin Lopvet
© Robin Lopvet
Entre deux mondes : NYC en IA par Robin Lopvet
Du 17 février au 5 mai 2024, Robin Lopvet présente sept séries qui ont toutes en commun l’utilisation de la retouche numérique et/ou de...
11 avril 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas