Mélange des genres

30 septembre 2016   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Mélange des genres

S’installer en Suède il y a six ans a été pour AdeY un vrai chamboulement : « Contrairement au Royaume-Uni, les questions autour du genre sont plus débattues en Scandinavie. Là-bas j’ai vraiment commencé à me questionner sur ma perception et mon rôle dans la société. » Sa démarche photographique a pris un tournant : il trouve ce qu’il veut montrer.

Fish Eye Magazine | Mélange des genres
© AdeY

Déconstruire le genre

« Mon travail a pour but de remettre en question et de développer mes propres convictions. La photographie est ma façon d’exprimer des messages culturels et politiques auxquels je suis confronté dans le quotidien », explique le jeune homme. Son travail questionne et interroge la notion de genre, telle qu’elle est définie par les normes. Y a-t-il du sens à opposer un genre féminin et un genre masculin ? Y a-t-il seulement un genre féminin et un genre masculin ?

« À travers ma conception d’un genre neutre, j’espère que j’encourage le débat et les discussions sur ce sujet. »

Ses représentations de corps nus veulent aussi se confronter aux impératifs de beauté véhiculés par le marketing et les médias sociaux. Ce qu’il veut, c’est « désexualiser la nudité à travers un imaginaire et ma vision du corps comme un élément d’influence sur l’espace. » Les mises en scènes de ses photographies sont troublantes et prêtent parfois à la confusion.

Fish Eye Magazine | Mélange des genres
© AdeY

Du théâtre en image

Les images d’AdeY sont minutieusement chorégraphiées. Il y a une scénographie pointilleuse dans la construction de ces photos, une forme de théâtralité inspirée de son parcours. Avant qu’il ne découvre la photographie et décide de s’y concentrer pleinement – c’était en 2004 – AdeY étudiait la danse contemporaine. Pendant 10 ans, il photographiait compulsivement son quotidien, ses amis, des performances et le milieu de la danse. En 2014, il découvre l’argentique; c’est une révélation. Cette même année, il se lance dans la photo de nu.

« L’argentique a modifié mon approche de la photographie et a renforcé ma connexion avec les sujets de mes photos. »

Ainsi en tant que photographe, il se donne tout autant que ses modèles – qui sont bien souvent des amis à lui : « Je parle beaucoup avant et pendant un shooting, essayant de donner à mes modèles le sens de ce que je veux réaliser. » Les séances durent généralement trois heures, épuisant six à sept pellicules. Le travail d’AdeY est remarquable. Le résultat est puissant, riche d’une beauté évocatrice : celle de corps libérés et égaux.

Fish Eye Magazine | Mélange des genres
© AdeY
Fish Eye Magazine | Mélange des genres
© AdeY
Fish Eye Magazine | Mélange des genres
© AdeY
Fish Eye Magazine | Mélange des genres
© AdeY
Fish Eye Magazine | Mélange des genres
© AdeY
Fish Eye Magazine | Mélange des genres
© AdeY
Fish Eye Magazine | Mélange des genres
© AdeY
Fish Eye Magazine | Mélange des genres
© AdeY
Fish Eye Magazine | Mélange des genres
© AdeY
Fish Eye Magazine | Mélange des genres
© AdeY
Fish Eye Magazine | Mélange des genres
© AdeY
Fish Eye Magazine | Mélange des genres
© AdeY
Fish Eye Magazine | Mélange des genres
© AdeY
Fish Eye Magazine | Mélange des genres
© AdeY
Fish Eye Magazine | Mélange des genres
© AdeY
Fish Eye Magazine | Mélange des genres
© AdeY
Fish Eye Magazine | Mélange des genres
© AdeY
Fish Eye Magazine | Mélange des genres
© AdeY
Fish Eye Magazine | Mélange des genres
© AdeY
Fish Eye Magazine | Mélange des genres
© AdeY

En (sa)voir plus

Découvrez l’ensemble du travail d’AdeY sur son site : adey.se

Suivez-le sur Instagram : @__adey__

Retrouvez-le aussi sur Facebook : @studio.adey

Et sur Tumblr : adey-adey.tumblr.com

Explorez
Les visions futuristes en mode Space Age de Damien Krisl
© Damien Krisl
Les visions futuristes en mode Space Age de Damien Krisl
Photographe de commande spécialisé dans la mode, la beauté et les éditoriaux, Damien Krisl se distingue par son approche. Inspiré de...
12 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
La sélection Instagram #462 : la fabrique des imaginaires
© Carlos Del Rio-Bermudez / Instagram
La sélection Instagram #462 : la fabrique des imaginaires
Notre sélection Instagram de la semaine explore l'irrésistible attrait des photographes pour l'expérimentation. Aux limites de...
09 juillet 2024   •  
Écrit par Milena Ill et Marie Baranger
New Farmer : les cultures artificielles de Bruce Eesly
© Bruce Eesly. Les variétés de pommes de terre sélectionnées sont classées en seize catégories selon les normes de LURCH, 1952, série Le fermier du futur, 2023. Avec l’aimable autorisation de l’artiste.
New Farmer : les cultures artificielles de Bruce Eesly
Jusqu’au 29 septembre 2024, à l’occasion des Rencontres d’Arles, la Croisière accueille les étonnantes archives de Bruce Eesly. Dans New...
05 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Mémoire habillée : les récits textiles de Pierre & Florent
© Pierre & Florent
Mémoire habillée : les récits textiles de Pierre & Florent
Dans le cadre des Rencontres de la photographie d’Arles, la galerie Porte B. présente Mémoire habillée, la dernière série du duo Pierre...
05 juillet 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 08.07.24 au 14.07.24 : visions du futur
© Damien Krisl
Les images de la semaine du 08.07.24 au 14.07.24 : visions du futur
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes de Fisheye sondent le futur en interrogeant le temps présent.
Il y a 10 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Lorine © Hélène Mastrandréas
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Après avoir perdu une partie de son autonomie, la photographe de réalisatrice Hélène Mastrandréas réalise que sa vie a changé à jamais....
13 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
© Claire Jaillard
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
Le 6 juillet s’est clôturé la première semaine des Rencontres d’Arles 2024. À la cour de l’Archevêché, lieu historique du...
13 juillet 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Géographie de la domination : l'horreur vue du ciel
© Paul Mesnager
Géographie de la domination : l’horreur vue du ciel
Projet multiforme à la croisée du livre et de l’exposition virtuelle, Géographie de la domination nous fait prendre de la hauteur pour...
12 juillet 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin