« Météorologiques » : le MuMa encense la beauté fragile du temps qui passe

16 décembre 2022   •  
Écrit par Apolline Coëffet
« Météorologiques » : le MuMa encense la beauté fragile du temps qui passe
Jusqu’au 5 mars 2023, dans le prolongement de Vent, sa précédente exposition, le musée d’art moderne André Malraux nous invite à contempler les météores et ces objets météorologiques qui façonnent le temps et les jours. Véritable ode au climat, l’institution en souligne toute la beauté dont il faut profiter avant qu’elle ne soit balayée par le souffle des changements.

Situé au Havre et bordant la mer, le MuMa aime à composer des expositions qui se répondent, toujours en adéquation avec son panorama. À l’été, il présentait « le vent, cela qui ne peut être peint ». Invisible, son mouvement ne peut se voir qu’au travers de menus détails, du frémissement des objets qu’il effleure sur son passage. Dans ce second volet, le musée s’intéresse à celles et ceux qui, animés par le même désir que Claude Monet qui « [voulait] peindre l’air », emploient les nuages à cet effet. Par le prisme de leurs compositions, peintres, dessinateurs, vidéastes et photographes cristallisent les brouillards, la rosée, les pluies et la gelée blanche qui parent le paysage d’émotions sensibles. Les œuvres contemporaines entament alors un dialogue avec les toiles de Raoul Dufy, d’Eugène Boudin et d’Auguste Renoir, issues des collections permanentes de l’institution. De ce jeu de résonnance jaillissent de multiples représentations d’un instant fugitif qui relève presque de l’intelligible.

Suspendre le vol de l’éphémère

Dans le tumulte des époques, les œuvres de Météorologiques déploient une poésie hors du temps, qui souligne une inclination partagée pour les phénomènes atmosphériques. Photographe marcheur, Éric Bourret arpente les forêts pour saisir les mouvements des arbres dont le feuillage commun devient pareil à une énorme masse, verte et vaporeuse, sur un seul et unique négatif. De cette superposition incontrôlée naissent des tableaux marqués par l’abstraction. À quelques pas, les cyanotypes de Josef Nadj, élaborés à partir de graviers prélevés sur le bord de chemins, évoquent les étoiles filantes ou vagabondes de galaxies lointaines. Les nuances des Mimosas de Sarah Moon semblent s’étirer dans les ravages d’une tempête vers un horizon qui dépasse le cadre même de l’image.

D’autres artistes, à l’instar de Bernard Plossu, qui achève le parcours, décline cette approche du flou. Ses clichés semblent animés par un souffle léger qui caresse les sujets avec douceur. Dans une esthétique plus minimaliste, Jungin Lee préfère immortaliser les nuages dans toute leur simplicité quand Massao Yamamoto suspend le vol de l’éphémère – qu’il se traduise par un oiseau dans le ciel ou une vapeur évanescente – à l’aide de petits formats, également monochromes. Enfin, Israel Ariño s’intéresse au poids métaphorique que nous associons aux endroits qui abritent des souvenirs. Telle une brume de réminiscences qui s’étend jusqu’à envahir notre esprit, il influe sur nos états d’âme aussi impermanents que le climat.

Jungjin LEE, # 41 Unnamed road, 2010, tirage jet d’encre pigmentaire, 5/7, 51 x 100 cm © Jungjin Lee/ courtoisie Galerie Camera Obscura, Paris

Josef NADJ, Inhancutilitatem, 2015, cyanotype, 48 x 48 cm, © Joseph Nadj/ courtoisie Galerie Camera Obscura, Paris
Sarah MOON , Les Mimosas, 2021, tirage charbon couleur, 74 x 57 cm, collection particulière, courtoisie galerie Camera Obscura, Paris © Sarah Moon / courtoisie Galerie Camera Obscura, Paris ©ADAGP, Paris, 2022

à g. Josef NADJ, Inhancutilitatem, 2015, cyanotype, 48 x 48 cm, © Joseph Nadj/ courtoisie Galerie Camera Obscura, Paris, à d. Sarah MOON , Les Mimosas, 2021, tirage charbon couleur, 74 x 57 cm, collection particulière, courtoisie galerie Camera Obscura, Paris © Sarah Moon / courtoisie Galerie Camera Obscura, Paris ©ADAGP, Paris, 2022

Eric BOURRET, Primary Forest. Madère, 2016, tirage jet d’encre sur papier mat, 140 x 210 cm, collection de l’artiste © Eric Bourret

Bernard PLOSSU, Françoise à Alméria, 1987, tirage argentique, 30 x 24 cm, collection de l’artiste © Bernard Plossu

Image d’ouverture © Bernard Plossu

Explorez
La sélection Instagram #458 : terres mouvantes
© Zachary James / Instagram
La sélection Instagram #458 : terres mouvantes
Laissez-vous mettre à terre par notre sélection Instagram #458 ! Cette semaine, nous mettons à l'honneur les sols, terrestres ou...
11 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger et Milena Ill
Dans l’œil de Wayan Barre : chez les habitant·es de la vallée du cancer
© Wayan Barre
Dans l’œil de Wayan Barre : chez les habitant·es de la vallée du cancer
Cette semaine, plongée dans l’œil de Wayan Barre. Installé depuis plusieurs années en Louisiane, le photographe français s’est intéressé...
03 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
27 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Prix Carmignac : le Ghana face aux ravages des déchetteries électroniques
© Bénédicte Kurzen
Prix Carmignac : le Ghana face aux ravages des déchetteries électroniques
Le journaliste Anas Aremeyaw Anas et les photojournalistes Muntaka Chasant et Bénédicte Kurzen remportent le Prix Carmignac 2024 avec...
15 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Last Paradise : l’odyssée cinématographique de Kourtney Roy et Mathias Delplanque
© Kourtney Roy
Last Paradise : l’odyssée cinématographique de Kourtney Roy et Mathias Delplanque
Lauréat·e·s de la 6e édition du Prix Swiss Life à 4 mains, la photographe Kourtney Roy et le compositeur Mathias Delplanque lèvent le...
22 juin 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Ces séries de photographies qui prennent vie en musique
Ces séries de photographies qui prennent vie en musique
En ce premier jour de l’été, partout en France, la musique est à l’honneur. À cet effet, nous vous avons sélectionné une série de...
21 juin 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Found footage et IA : Jamie Harley met en musique les images schizophrènes
© Jamie Harley, « Kamanja Ice » de Hanaa Ouassim (2023)
Found footage et IA : Jamie Harley met en musique les images schizophrènes
Réalisateur de clips depuis une quinzaine d’années, Jamie Harley propose des formes alternatives d’association entre image et musique...
21 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Léna Maria : les femmes, au cœur du vivant
© Lena Maria
Léna Maria : les femmes, au cœur du vivant
De la pointe des cimes à l’œil d’un cheval ou d’un loup, Léna Maria, photographe du tellurique et du sensible, poursuis son exploration...
21 juin 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin