Moï Ver, terre promise et êtres volés

21 avril 2023   •  
Écrit par Ana Corderot
Moï Ver, terre promise et êtres volés

Jusqu’au 28 août 2023, la galerie 0 du Centre Pompidou accueille Moï Ver, une rétrospective inédite et touchante de l’artiste pluridisciplinaire Moshe Vorobeichic, dit Moï Ver. En contrepoint, une exposition faisant dialoguer les travaux de Lynne Cohen et Marina Gadonneix présente les espaces pour évoquer les êtres. Des échappées bienvenues.

Au cœur des collections permanentes du Centre Pompidou se nichent deux expositions témoins de nos sociétés contemporaines. Dans la galerie du Musée et Galerie d’art graphique, place à Lynne Cohen / Marina Gadonneix. Laboratoires / Observatoires : un parcours monographique faisant dialoguer les œuvres conceptuelles de Lynne Cohen (1944 – 2014) et l’approche contemporaine de Marina Gadonneix (1977). Des espaces et intérieurs où nulle forme humaine ne transite, seuls quelques éléments dévoilent nos habitus et mode de vie. Face à cela, située dans la galerie 0 au niveau 4 du Centre Pompidou, Moï Ver, rétrospective inédite réunissant plus de trois cents œuvres et documents, présente toute la richesse du photographe, graphiste et peintre Moshe Vorobeichic, dit Moï Ver.

C’est en 1904, à Vilnius (Empire russe, actuelle Lituanie), que l’artiste nait, et c’est dans cette même ville qu’il reviendra quelques années plus tard pour initier son travail documentaire sur les communautés juives d’Europe de l’Est. Après un apprentissage pluridisciplinaire au Bauhaus de Dessau, auprès notamment de László Moholy-Nagy, Josef Albers, Paul Klee et Vassily Kandinsky, il s’installe à Paris entre 1929 et 1933, siège de l’avant-garde. Terre d’exil, la capitale devient le territoire de l’exaltation de sa créativité. Il entre à l’École de photographie et de cinéma où il fait la rencontre de Fernand Léger. C’est d’ailleurs sous ses conseils qu’il modifie son patronyme, et se fait appeler Moï Ver. Découpages, vues en contre-plongées ou rapprochées, décadrages, détails de matières, photomontages… Cherchant à affuter son regard surréaliste, il diversifie les approches en testant, déstructurant les formes et oubliant la formalité. Dans les rues de la Ville Lumière, il réinterprète les visages et les bâtiments, les corps et les végétaux. Il y a cette image, dépourvue de titre, datée seulement de 1930. On distingue une femme de profil, et dans la partie inférieure, une fleur blanche est déposée. Le papier s’est corné, mais la fleur a résisté à l’épreuve du temps, laissant davantage ressortir sa blancheur. On ne sait rien de cette femme, mais elle dit tout de la sensibilité de Moï Ver, et de son envie d’injecter de la poésie dans sa réalité.

Sans-titre, 1934-1935 Épreuve gélatino-argentique 18 × 13 cm Yossi Raviv-Moi Ver Archive © Yossi Raviv-Moi Ver Archive Photo © Centre Pompidou / Dist. RMN-GPSans titre, vers 1930 Épreuve gélatino-argentique 24 × 18,2 cm MK2 Kreations Yossi Raviv-Moi Ver Archive © Yossi Raviv-Moi Ver Archive Photo © Centre Pompidou/ Bertrand Prévost

À g. Sans-titre, 1934-1935 Épreuve gélatino-argentique 18 × 13 cm Yossi Raviv-Moi Ver Archive © Yossi Raviv-Moi Ver Archive Photo © Centre Pompidou / Dist. RMN-GP, à d. Sans titre, vers 1930, Épreuve gélatino-argentique 24 × 18,2 cm
MK2 Kreation, Yossi Raviv-Moi Ver Archive © Yossi Raviv-Moi Ver Archive Photo © Centre Pompidou/ Bertrand Prévost

Documenter, révéler pour la postérité

Séparée en différents espaces selon les périodes de sa vie et ses préoccupations grandissantes, l’exposition tisse le fil de son engagement envers les communautés juives. Armé d’un boîtier Leica qui lui confère une aisance de mouvement, il investit les rues polonaises dans les années 1930, aux côtés de celles et ceux qui les animent. Enfants, personnes âgées, familles… Les regards nous fixent comme pour laisser une trace, un indice de leurs personnalités. Sans dire mot, iels consentent à la prise de vue. L’histoire qui s’annonce est lourde. Le destin stagne en surface et surplombe toutes les images. Mais on s’obstine à ne pas le voir, à croire en une fin heureuse. On aimerait les laisser là, dans cet entre-deux sécurisé, à l’abri de la terreur. Un enfant pleure pourtant dans les bras de sa mère, tel un « au secours » tombé à terre. Les pogroms dans l’Europe de l’Est sévissent déjà. Il y a là une nécessité urgente pour Moï Ver (alors Moshe Vorobeichic) de documenter ce qui se passe. Si la détresse est palpable, la ferveur pour la cause sioniste grandit.

On parcourt alors les nouveaux terrains des communautés agricoles pour finalement arriver en Palestine, vers 1932. Envoyé par l’agence Photo Globe, l’artiste photographie le quotidien des pionniers dans les kibboutzim à Jérusalem, et met petit à petit son art au service de la propagande sioniste. Les champs de maïs ou de blés deviennent les champs des possibles. Là-bas, le ciel est dégagé, seuls quelques nuages aux alentours paraissent s’avancer. L’entente du collectif est fantasmée :  les choses se concrétisent, les baraques de fortune se construisent en une nuit, la terre est fertile. À partir de 1953, Moshe Vorobeichic (désormais Moshe Raviv, depuis 1951) s’installe de manière permanente à Safed (Tsfat), dans le nord d’Israël, lieu phare de l’histoire du judaïsme. Peu à peu, il délaisse la photographie au profit de la peinture, essentiellement à l’huile.
En paix, résidant sur sa terre promise, il crée alors d’autres mondes, plus loin encore de ceux qu’il aurait représentés ou imaginés.

 

Moï Ver, sous la direction de Julie Jones et Karolina Ziebinska-Lewandowska, Éditions du Centre Pompidou, 42 €, 208 p.

Deux prises de vue par moi-même. Yport, Seine-Maritime, sur la plage, 1931 Épreuve gélatino-argentique 24 × 17,7 cm MK2 Kreations © Yossi Raviv-Moi Ver Archive Photo © Centre Pompidou/Bertrand PrevostCrépuscule, 1928-1929 Série Quartier juif de Vilnius Épreuve gélatino-argentique 30 × 20 cm Yossi Raviv-Moi Ver Archive © Yossi Raviv-Moi Ver Archive Photo © Centre Pompidou /Dist. RMN-GP

À g. Deux prises de vue par moi-même, Yport, Seine-Maritime, sur la plage, 1931 Épreuve gélatino-argentique, 24 × 17,7 cm MK2 Kreations © Yossi Raviv-Moi Ver Archive Photo / Centre Pompidou/Bertrand Prevost, à d. Crépuscule, 1928-1929, Série Quartier juif de Vilnius, Épreuve gélatino-argentique, 30 × 20 cm, Yossi Raviv-Moi Ver Archive © Yossi Raviv-Moi Ver Archive Photo © Centre Pompidou /Dist. RMN-GP

Affiche pour la Histadrout Impression photomécanique 80 × 50 cm Yossi Raviv-Moi Ver Archive © Yossi Raviv-Moi Ver Archive Photo © Elad SarigParis. 80 photographies de Moï Ver, introduction par Fernand Léger, Paris, Éd. Jeanne Walter, 1931 Centre Pompidou, Musée national d’art moderne, Bibliothèque Kandinsky, Paris © Yossi Raviv-Moi Ver Archive Photo © Centre Pompidou, MNAM-CCI, Bibliothèque Kandinsky/Dist. RMN-GP

À g. Affiche pour la Histadrout Impression photomécanique 80 × 50 cm Yossi Raviv-Moi Ver Archive © Yossi Raviv-Moi Ver Archive Photo © Elad Sarig , à d. Paris. 80 photographies de Moï Ver, introduction par Fernand Léger, Paris, Éd. Jeanne Walter, 1931 Centre Pompidou, Musée national d’art moderne, Bibliothèque Kandinsky, Paris © Yossi Raviv-Moi Ver Archive Photo © Centre Pompidou, MNAM-CCI, Bibliothèque Kandinsky/Dist. RMN-GP

Mère et enfant le jour du marché, 1937. Série Visages d’hier. Les juifs en Pologne 1929-1939 Épreuve gélatino-argentique 24,5 × 17,5 cm Collection Ann and Jürgen Wilde, Cologne © Yossi Raviv-Moi Ver Archive Photo © Centre Pompidou / Dist. RMN-GPBarbes, 1933-1934 Série Visages d’hier. Les juifs en Pologne 1929-1939 Épreuve gélatino-argentique 30×20cm Yossi Raviv-Moi Ver Archive © Yossi Raviv-Moi Ver Archive Photo © Centre Pompidou / Dist. RMN-GP

À g. Mère et enfant le jour du marché, 1937. Série Visages d’hier. Les juifs en Pologne 1929-1939 Épreuve gélatino-argentique 24,5 × 17,5 cm Collection Ann and Jürgen Wilde, Cologne © Yossi Raviv-Moi Ver Archive Photo © Centre Pompidou / Dist. RMN-GP, à d. Barbes, 1933-1934, Série Visages d’hier. Les juifs en Pologne 1929-1939, Épreuve gélatino-argentique 30×20cm, Yossi Raviv-Moi Ver Archive © Yossi Raviv-Moi Ver Archive Photo © Centre Pompidou / Dist. RMN-GP

Untitled (Waves, #3), 2016 Centre national des arts plastiques © Marina Gadonneix / Galerie Christophe GaillardBlackboard, 1980 Épreuve gélatino-argentique 78,7 x 100 cm Don de M. Andrew Lugg, 2018 © Andrew Lugg and Lynne Cohen Estate Photo © Centre Pompidou, MNAM-CCI/ Philippe Migeat/Dist. RMN-GP

À g. Untitled (Waves, #3), 2016 Centre national des arts plastiques © Marina Gadonneix / Galerie Christophe Gaillard, à d. Blackboard, 1980, Épreuve gélatino-argentique, 78,7 x 100 cm, Don de M. Andrew Lugg, 2018
© Andrew Lugg and Lynne Cohen Estate Photo © Centre Pompidou, MNAM-CCI/ Philippe Migeat/Dist. RMN-GP

Image d’ouverture :  À g. Sans-titre, 1934-1935 Épreuve gélatino-argentique 18 × 13 cm Yossi Raviv-Moi Ver Archive © Yossi Raviv-Moi Ver Archive Photo © Centre Pompidou / Dist. RMN-GP, à d. Sans titre, vers 1930, Épreuve gélatino-argentique 24 × 18,2 cm
MK2 Kreation, Yossi Raviv-Moi Ver Archive © Yossi Raviv-Moi Ver Archive Photo © Centre Pompidou/ Bertrand Prévost

Explorez
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
© Feng Li
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes nous plongent dans des archives en tous genres.
25 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
Il y a 10 heures   •  
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et...
27 février 2024   •  
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet