« My Town », photographies d’un souvenir d’enfance

15 mars 2017   •  
Écrit par Marie Moglia
"My Town", photographies d'un souvenir d'enfance

Que reste-t-il des souvenirs de l’enfance ? Des odeurs imperceptibles, des impressions confuses et pugnaces, des images nostalgiques que le recul de l’âge adulte transforme en sensations brumeuses d’autrefois.

C’est justement parce que cette mémoire insaisissable est obsédante, que Marietta Varga, 25 ans, a tenté de la capturer. Il en ressort un travail délicat, sensible, qu’elle a baptisé My Town (en français, « ma ville », nldr). Cette série prend place à Siófok, une ville hongroise de 24 000 habitants située sur la rive sud du lac Balaton, le plus vaste d’Europe centrale.

C’est là-bas que Marietta est née et a grandi. La jeune femme a quitté la Hongrie il y a dix ans. Et chaque fois qu’elle retourne dans sa ville natale, elle ressent « une profonde nostalgie. » Cette série est née du besoin pressant de renouer avec ses racines et ce sentiment familier d’être chez soi.

Fisheye Magazine | Extrait de "My town , Siófok II" / © Marietta Varga
Extrait de “My town , Siófok II” / © Marietta Varga

Histoire de famille

J’ai fais ces photos en janvier dernier. C’était la fin des vacances Noël. Un matin au réveil, tout était devenu blanc, couvert de givre. C’était la première fois depuis bien longtemps que ma ville m’est apparue exactement comme je l’avais dans ma tête. Je devais repartir pour Londres quelques jours plus tard, et il fallait que j’emporte avec moi quelque chose qui me rappelle la maison.

Les scènes sont soigneusement cadrées, la lumière, parfaite, est étudiée avec attention. Marietta a fait preuve de précision et de justesse. La photographe a gardé en mémoire ce souvenir d’elle, âgée de huit ans, un soir d’hiver.

Quand je terminais mes devoirs, j’enfilais des vêtements chauds, je me précipitais dans notre jardin, et je me sentais tellement libre. Ce soir là il neigeait. Je me suis allongée dans la neige et j’ai regardé les flocons tomber.

Fisheye Magazine | Extrait de "My town , Siófok II" / © Marietta Varga
Extrait de “My town , Siófok II” / © Marietta Varga

Cette série très personnelle est emblématique du rapport que Marietta entretient avec la photographie, très lié à son histoire familiale : « Dans ma famille, il y a cette énorme album photo baptisé Chronicle, que ma mère a commencé il y a 37 ans. Il retrace notre histoire. Quand j’étais enfant, je passais beaucoup de temps à le feuilleter. J’étais en extase et je le suis toujours aujourd’hui ! » De là une vocation est née. Son travail ne s’inspire pas toujours autant de son histoire personnelle mais il est empreint d’une intimité pudique et sincère.

My Town est donc une exception car elle assouvit un besoin. C’est une série que Marietta a réalisé pour elle seulement. Mais l’univers qu’elle représente, la nostalgie et la mélancolie que la photographe invoquent sont presque familiers. Ils se font l’écho d’un sentiment universel, celui qui rattache un individu à ses origines. My Town est un beau témoignage qui rappelle que la photographie est aussi un remède à l’oubli.

Fisheye Magazine | © Marietta Varga
© Marietta Varga
Fisheye Magazine | © Marietta Varga
© Marietta Varga
Fisheye Magazine | © Marietta Varga
© Marietta Varga
Fisheye Magazine | © Marietta Varga
© Marietta Varga
Fisheye Magazine | © Marietta Varga
© Marietta Varga
Fisheye Magazine | © Marietta Varga
© Marietta Varga

En (sa)voir plus

Vous pouvez suivre Marietta sur Instagram : @mattivarga

Découvrez l’ensemble de son travail sur Behance : www.behance.net/mariettavarga

Explorez
Lydia Goldblatt : Fugue, un œil à soi
©Lydia Goldblatt
Lydia Goldblatt : Fugue, un œil à soi
Lydia Goldblatt parle des mères, de la sienne qu’elle a perdue, de celle qu’elle est devenue. De ce deuil enduré alors qu’elle était déjà...
24 mai 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Contenu sensible
Sunsets de Jonas Van der Haegen : sexe radical et douce mélancolie
© Jonas Van der Haegen
Sunsets de Jonas Van der Haegen : sexe radical et douce mélancolie
Collection imposante de polaroïds intimes, l’ouvrage Sunsets de Jonas Van der Haegen propose une relecture poétique d’un langage sexuel...
23 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Melody Melamed : corps, peaux, âmes
© Melody Melamed
Melody Melamed : corps, peaux, âmes
Inspirée par une utopie où tout ne serait qu'harmonie, Melody Melamed compose Shangri-La: The Book of Skin, un ouvrage où les peaux...
23 mai 2024   •  
Écrit par Ana Corderot
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
© Albertine Hadj
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
Nos coups de cœur de la semaine, Albertine Hadj et Alessandro Truffa, emploient la photographie comme une manière de retranscrire et...
20 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
Il y a 5 heures   •  
Écrit par Marie Baranger
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
Il y a 9 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
© Salome Jishkariani
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
Salome Jishkariani et Luthor, nos coups de cœur de cette semaine, emploient le 8e art pour sonder le monde qui les environne. Si la...
27 mai 2024   •  
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
C’est l’heure du récap' ! Cette semaine, les photographes de la semaine immortalisent leurs propres visions de mondes qu’iels regrettent...
26 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill