Namratha Thomas réveille sa mémoire

Namratha Thomas réveille sa mémoire

Animée par une force intuitive, Namratha Thomas immortalise par l’image un instant qui s’échappe. En entremêlant collages et photographie argentique, elle instaure un dialogue entre le délitement du souvenir et sa préservation par le renouvellement.

« Chacun de mes projets me représente à différentes étapes de ma vie »

, commence Namratha Thomas sur le ton de la confidence. Aujourd’hui installée à Paris, l’artiste a grandi en Inde. Là-bas, la promiscuité et le brouhaha permanent du quotidien entravent son besoin de solitude. Pour pallier cet inconfort, elle gagne régulièrement les montagnes alentour qui apparaissent comme de véritables sanctuaires où la sérénité culmine. « J’ai toujours habité dans des villes. La nature est devenue un espace idéalisé et une importante source d’inspiration. Tout ce que je photographie, quels que soient les lieux ou les individus, représente des fragments d’existence que je ne veux pas oublier. À défaut d’écrire, je tiens un journal intime visuel », poursuit-elle.

Cette inclination pour le 8e art est arrivée dès son plus jeune âge, « par accident ». Mais lorsqu’elle rejoint les bancs de l’université, elle fait une découverte qui bouleverse son approche : les boîtiers argentiques et les chambres noires. « L’aspect matériel des pellicules rend la photographie malléable. D’une certaine manière, je peux la toucher et la transformer en ce que je veux », nous explique-t-elle. Au fil d’une intuition, après avoir immortalisé un instant évanescent, elle s’adonne à une destruction volontaire et paradoxale de l’image. « Au cours du développement et de l’impression, j’utilise des techniques qui accélèrent la décomposition des clichés. La dichotomie entre cette dégradation et la préservation, l’interaction de deux procédés qui semblent opposés m’intéressent tout particulièrement. » 

Renouveler des bribes du passé

Ainsi, les monochromes de l’artiste cristallisent sa volonté de donner corps aux matériaux sensibles que sont la mémoire décadente et le temps volatile, thématiques qui alimentent constamment ses pensées. « Chaque composition s’apparente à une cavité, affirme-t-elle. Les procédés avec lesquels je travaille réduisent considérablement la marge de contrôle que j’ai sur les images. Il est difficile de prévoir ou d’anticiper le résultat final. J’en ai toujours une vague idée mais c’est un processus de découverte, notamment des limites à ne pas franchir. J’utilise un agent tiers pour obtenir ces couleurs délavées, détruire la surface qui renvoie aux ravages du temps. Brouiller toutes ces caractéristiques de la sorte fait allusion à une espèce de souvenir ancien ou imparfait. » Car loin de sa terre natale, les réminiscences se distordent dans les travers de la nostalgie.

Souhaitant recomposer sinon renouveler ces bribes du passé, Namratha Thomas use d’épices ou de substances – notamment de café, de thé, de safran ou de terre – qui lui rappellent le pays de son enfance. « Plus je vieillis, plus le temps semble m’échapper. La photographie est un moyen de faire avec, une tentative d’avoir quelque chose de tangible qui me remémore ce qui a été perdu. Ce projet est une entreprise personnelle, qui m’est destinée avant toute chose. Ce qui m’intéresse est la démarche en elle-même qui n’est pas purement intellectuelle. L’interprétation de mes images dépend des seules dispositions de ceux qui regardent. Je ne souhaite pas dicter d’une quelconque façon les émotions qu’ils devraient ressentir », conclut l’artiste.

© Namratha Thomas© Namratha Thomas

© Namratha Thomas© Namratha Thomas© Namratha Thomas

© Namratha Thomas© Namratha Thomas

© Namratha Thomas© Namratha Thomas

© Namratha Thomas

Explorez
Looking at my brother : mes frères, l’appareil et moi
© Julian Slagman
Looking at my brother : mes frères, l’appareil et moi
Projet au long cours, Looking at My Brother déroule un récit intime faisant éclater la chronologie. Une lettre d’amour visuelle de Julian...
09 juillet 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Rafael Medina : corps libres et désirés 
© Rafael Medina
Rafael Medina : corps libres et désirés 
En double exposition, sous les néons des soirées underground, Rafael Medina développe un corpus d'images grisantes, inspirées par les...
27 juin 2024   •  
Écrit par Anaïs Viand
Pierre et Gilles, in-quiétude et Cyclope : dans la photothèque de Nanténé Traoré
© Nanténé Traoré, Late Night Tales, 2024 / Un ou une artiste que tu admires par-dessus tout ?
Pierre et Gilles, in-quiétude et Cyclope : dans la photothèque de Nanténé Traoré
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
26 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Les coups de cœur #498 : Tommy Keith et Patrick Gilliéron Lopreno
© Tommy Keith
Les coups de cœur #498 : Tommy Keith et Patrick Gilliéron Lopreno
Tommy Keith et Patrick Gilliéron Lopreno, nos coups de cœur de la semaine, dépeignent le paysage alentour chacun à leur manière. Le...
24 juin 2024   •  
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Lorine © Hélène Mastrandréas
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Après avoir perdu une partie de son autonomie, la photographe de réalisatrice Hélène Mastrandréas réalise que sa vie a changé à jamais....
13 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
© Claire Jaillard
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
Le 6 juillet s’est clôturé la première semaine des Rencontres d’Arles 2024. À la cour de l’Archevêché, lieu historique du...
13 juillet 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Géographie de la domination : l'horreur vue du ciel
© Paul Mesnager
Géographie de la domination : l’horreur vue du ciel
Projet multiforme à la croisée du livre et de l’exposition virtuelle, Géographie de la domination nous fait prendre de la hauteur pour...
12 juillet 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Les visions futuristes en mode Space Age de Damien Krisl
© Damien Krisl
Les visions futuristes en mode Space Age de Damien Krisl
Photographe de commande spécialisé dans la mode, la beauté et les éditoriaux, Damien Krisl se distingue par son approche. Inspiré de...
12 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet