Namratha Thomas réveille sa mémoire

Namratha Thomas réveille sa mémoire

Animée par une force intuitive, Namratha Thomas immortalise par l’image un instant qui s’échappe. En entremêlant collages et photographie argentique, elle instaure un dialogue entre le délitement du souvenir et sa préservation par le renouvellement.

« Chacun de mes projets me représente à différentes étapes de ma vie »

, commence Namratha Thomas sur le ton de la confidence. Aujourd’hui installée à Paris, l’artiste a grandi en Inde. Là-bas, la promiscuité et le brouhaha permanent du quotidien entravent son besoin de solitude. Pour pallier cet inconfort, elle gagne régulièrement les montagnes alentour qui apparaissent comme de véritables sanctuaires où la sérénité culmine. « J’ai toujours habité dans des villes. La nature est devenue un espace idéalisé et une importante source d’inspiration. Tout ce que je photographie, quels que soient les lieux ou les individus, représente des fragments d’existence que je ne veux pas oublier. À défaut d’écrire, je tiens un journal intime visuel », poursuit-elle.

Cette inclination pour le 8e art est arrivée dès son plus jeune âge, « par accident ». Mais lorsqu’elle rejoint les bancs de l’université, elle fait une découverte qui bouleverse son approche : les boîtiers argentiques et les chambres noires. « L’aspect matériel des pellicules rend la photographie malléable. D’une certaine manière, je peux la toucher et la transformer en ce que je veux », nous explique-t-elle. Au fil d’une intuition, après avoir immortalisé un instant évanescent, elle s’adonne à une destruction volontaire et paradoxale de l’image. « Au cours du développement et de l’impression, j’utilise des techniques qui accélèrent la décomposition des clichés. La dichotomie entre cette dégradation et la préservation, l’interaction de deux procédés qui semblent opposés m’intéressent tout particulièrement. » 

Renouveler des bribes du passé

Ainsi, les monochromes de l’artiste cristallisent sa volonté de donner corps aux matériaux sensibles que sont la mémoire décadente et le temps volatile, thématiques qui alimentent constamment ses pensées. « Chaque composition s’apparente à une cavité, affirme-t-elle. Les procédés avec lesquels je travaille réduisent considérablement la marge de contrôle que j’ai sur les images. Il est difficile de prévoir ou d’anticiper le résultat final. J’en ai toujours une vague idée mais c’est un processus de découverte, notamment des limites à ne pas franchir. J’utilise un agent tiers pour obtenir ces couleurs délavées, détruire la surface qui renvoie aux ravages du temps. Brouiller toutes ces caractéristiques de la sorte fait allusion à une espèce de souvenir ancien ou imparfait. » Car loin de sa terre natale, les réminiscences se distordent dans les travers de la nostalgie.

Souhaitant recomposer sinon renouveler ces bribes du passé, Namratha Thomas use d’épices ou de substances – notamment de café, de thé, de safran ou de terre – qui lui rappellent le pays de son enfance. « Plus je vieillis, plus le temps semble m’échapper. La photographie est un moyen de faire avec, une tentative d’avoir quelque chose de tangible qui me remémore ce qui a été perdu. Ce projet est une entreprise personnelle, qui m’est destinée avant toute chose. Ce qui m’intéresse est la démarche en elle-même qui n’est pas purement intellectuelle. L’interprétation de mes images dépend des seules dispositions de ceux qui regardent. Je ne souhaite pas dicter d’une quelconque façon les émotions qu’ils devraient ressentir », conclut l’artiste.

© Namratha Thomas© Namratha Thomas

© Namratha Thomas© Namratha Thomas© Namratha Thomas

© Namratha Thomas© Namratha Thomas

© Namratha Thomas© Namratha Thomas

© Namratha Thomas

Explorez
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
The Necklace, 1999 © 2021, Alessandra Sanguinetti / Magnum Photos
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
Pendant plus de deux décennies, Alessandra Sanguinetti a documenté, au travers de mises en scène, le quotidien de deux petites filles de...
20 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les coups de cœur #481 : Lara Lussheimer et Sara Tontorova
© Lara Lussheimer
Les coups de cœur #481 : Lara Lussheimer et Sara Tontorova
Lara Lussheimer et Sara Tontorova, nos coups de cœur de la semaine, sont toutes deux en quête de métaphores. La première les fait émerger...
19 février 2024   •  
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
© Feng Li
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes nous plongent dans des archives en tous genres.
Il y a 1 heure   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
L'anniversaire de Focus par Fisheye Magazine à la Gaîté Lyrique
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·e·s dans nos...
24 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine