Nature, magie et écoféminisme

15 juin 2020   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nature, magie et écoféminisme

Avec Je suis la terre, Caroline Ruffault réécrit les relations entre les hommes et la nature et imagine un monde harmonieux. Une œuvre écoféministe emprunte de magie.

« Il y a bientôt deux ans, un ancien agriculteur bio, un peu chaman – même s’il n’aime pas ce terme – est venu s’asseoir à côté de moi dans le train. Il rentrait d’une danse du soleil en Dakota du Sud et irradiait d’énergie. Après deux heures passées ensemble, j’étais invitée à ma première tente de sudation. Je venais de rentrer en France après une expatriation et j’avais besoin de retrouver un sentiment d’appartenance. Là-bas, j’ai découvert un petit paradis : dans la tente, pieds nus, assis sur le sol, au milieu de la nature et des arbres, on se connecte à tout ce qui nous entoure et surtout à nous-même »,

raconte Caroline Ruffault.

Portée par cette expérience métaphysique, la photographe française rêve. La nuit, elle se transforme en arbre, au cœur d’une forêt de femmes, les pieds enracinés dans le sol. Une connexion à la terre primaire, tactile qui lui parle et l’obsède. Ainsi nait Je suis la terre, une série faite de noir et blanc, d’ombres et de contrastes. Dans ce monde brut, les êtres vivants sont connectés, et avancent, avec précaution, vers un avenir commun.

© Caroline Ruffault

Créer le réel de demain

Tantôt visible, tantôt discrète, la nature s’immisce dans chaque cliché. Imperceptible, la force des éléments renverse les codes. « La voiture ou le poteau électrique sont presque engloutis et recouverts par des plantes, tout comme le bateau à l’envers », précise l’artiste. Un souffle vivant, puissant qui émane de la planète et enrobe chaque parcelle de vie. Capturant d’ordinaire les corps féminins, Caroline Ruffault se laisse ici influencer par l’écoféminisme. « J’ai été happée par ce concept qui réunit le féminisme, la nature et la “magie”. La sorcière, activiste et écrivaine américaine Starhawk définit le terme magie comme la capacité à imaginer de nouvelles utopies pour créer le réel de demain, et surtout un futur désirable », explique-t-elle.

Harmonieusement, la photographe peint un tableau délicat, composé d’écorces, de vent, et d’êtres humains. Terminée durant le confinement, la série s’inscrit dans une volonté de se déconnecter, de fuir l’anxiété générale pour apprendre à vivre avec la nature et la respecter. Ancrées dans un silence profond et majestueux, les images forment un cercle vertueux. Mythologies, rêves et espoirs cohabitent dans cet étrange univers, où l’emprise de l’Homme semble – enfin – avoir disparu. Inspirée par une utopie accessible, l’artiste construit un décor paisible, et laisse les traces humaines s’enfoncer dans la terre noire. « Loin des immeubles et du bruit des autres, j’existe, sans vouloir être plus », conclut-elle.

© Caroline Ruffault

© Caroline Ruffault

© Caroline Ruffault© Caroline Ruffault

© Caroline Ruffault

© Caroline Ruffault© Caroline Ruffault
© Caroline Ruffault© Caroline Ruffault

© Caroline Ruffault

© Caroline Ruffault

Explorez
Les images de la semaine du 10.06.24 au 16.06.24 : la photo contre la violence de l'oppression
© Campbell Addy
Les images de la semaine du 10.06.24 au 16.06.24 : la photo contre la violence de l’oppression
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine tentent de faire entendre les voix des marges et des personnes opprimé·es de la...
16 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Markowicz & Ackerman : à Arles, deux dialogues avec le temps
© Michael Ackerman
Markowicz & Ackerman : à Arles, deux dialogues avec le temps
Du 27 juin au 29 septembre 2024, la galerie Anne Clergue Galerie à Arles présente Le monde flottant, de Michael Ackerman et Maciej...
15 juin 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Les expositions photo à découvrir cet été !
Paris, 1967 © Joël Meyerowitz
Les expositions photo à découvrir cet été !
Chaque saison fait fleurir de nouvelles expositions. À cet effet, la rédaction de Fisheye a répertorié toute une déclinaison...
14 juin 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
How I Met Jiro : les marges d'Osaka révélées par Chloé Jafé
© Chloé Jafé
How I Met Jiro : les marges d’Osaka révélées par Chloé Jafé
Avec How I Met Jiro, livre édité conjointement par The(M) Editions et IBASHO, Chloé Jafé clôt une trilogie en trois chapitres qui conte...
13 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Archevêché by Fisheye : une programmation à ne manquer sous aucun prétexte !
© Gioia Cheung
Archevêché by Fisheye : une programmation à ne manquer sous aucun prétexte !
Du 1er au 6 juillet, Fisheye investit la cour de l’Archevêché, ce lieu emblématique des Rencontres, en plein centre d’Arles. Au programme...
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Calques, la poésie plastique de Margaux Roy
© Margaux Roy
Calques, la poésie plastique de Margaux Roy
Avec Calques, Margaux Roy explore le quotidien intimiste des maîtres de la retouche. En dispersant ou en superposant les couches, elle...
Il y a 6 heures   •  
Écrit par Marie Baranger
La sélection Instagram #459 : berceuses imagées
© doongood_666 / Instagram
La sélection Instagram #459 : berceuses imagées
Un petit somme à l’ombre d’un pommier ou un rêve érotique dans un love hotel, les artistes de notre sélection Instagram de la semaine...
Il y a 10 heures   •  
Écrit par Marie Baranger
Dans l’œil de Laura Lafon Cadilhac : queerness, oracle et véganisme
© Laura Lafon Cadilhac
Dans l’œil de Laura Lafon Cadilhac : queerness, oracle et véganisme
Cette semaine, plongée dans l'œil de Laura Lafon Cadilhac. La cofondatrice du collectif Lusted Men nous parle d’une orgie végane et de sa...
17 juin 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas