Neil Krug x Tame Impala : une fusion solaire 

14 février 2020   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Neil Krug x Tame Impala : une fusion solaire 

Discret depuis cinq ans, le groupe de rock psychédélique Tame Impala sort aujourd’hui son nouvel album The Slow Rush. Le visuel de la pochette dévoile une intrigante maison habitée par des monticules de sable. Mais qui se dissimule derrière cette création ? Lumière sur Neil Krug.

De la composition à la production, en passant par l’enregistrement,  Kevin Parker – le leader de Tame Impala – développe seul ses albums. Et ce, depuis la sortie en 2015 de l’opus Currents, au succès mondial remarquable. Une performance que l’artiste australien poursuit avec The Slow Rush  qu’il enregistre lui-même avec plus de cinquante instruments différents. Égoïste ou virtuose, ce multi-instrumentiste accepte tout de même de se faire épauler par d’autres talents. Notamment pour l’artwork de ses albums. Neil Krug signe la collection artistique de ce quatrième recueil musical.

Lana Del Rey, A$AP Rocky, ou encore The Weeknd… la liste des artistes photographiés par Neil Krug impressionne. Son approche du 8e art ne cesse d’évoluer et d’étonner. « J’essaie de ne pas la définir. Même si je pouvais poser des mots dessus, je ne le ferais pas » confie-t-il. Agile et insatiable, le photographe se décrit comme un scorpion. Ce dernier n’en est pas à sa première réalisation de pochette d’album. Après la cover de Social Cues de Cage The Elephant, il signe aujourd’hui celle de The Slow Rush. Le projet s’élargit même à une série complète de photographies. Une collection faisant du temps une notion incertaine et superflue.

© Neil Krug

© Neil Krug

Une synergie entre deux artistes

La collaboration entre Neil Krug et Tame Impala voit le jour en avril 2019. « Nous nous sommes réunis pour effectuer des photos à l’occasion de son single Borderline. Quelques instants plus tard, après un échange téléphonique, l’idée de The Slow Rush est apparue, explique le photographe. Le projet était dans l’air depuis un certain temps ». Les deux artistes voyagent jusqu’en Namibie, au sein du village fantôme de Kolmanskop. Là-bas, la nature reprend ses droits et le sable envahit les maisons abandonnées. Dans ce lieu désertique, Neil Krug prend son temps, « comme une improvisation de jazz » métaphorise-t-il. En plein désert du Namib, le sentiment de déjà vu submerge l’Américain. « Une route particulière que nous empruntions régulièrement pour nous rendre sur place me semblait très familière. J’ai dû rêver d’un endroit similaire ».

Le titre construit en oxymore – The Slow Rush (La Ruée Lente)– sied à merveille l’univers musical de Kevin Parker et la collection photographique de Neil Krug. Cette osmose ne résulte pas d’un heureux hasard. Le photographe s’assure tout au long de son processus créatif que le musicien valide les compositions. « J’ai insisté pour qu’il soit clair avec moi dans les modifications. Je ne voulais pas créer quelque chose que nous regretterions plus tard ». Le travail pointilleux des deux hommes s’effectue dans une ambiance solaire et détendue. « Nous avons fait les grands montages ensemble dans mon studio, à la maison. C’était un processus ouvert et décontracté. Tout en dégustant du vin rouge, nous réalisions la pochette écarlate de l’album. C’était un bon moment ».

La synergie entre les deux artistes apparaît comme une évidence. Neil Krug rêve désormais de collaborer avec « Daft Punk ou le fantôme de Jimi Hendrix…» En attendant, laissons-nous transporter par cette fusion musicale et photographique.

© Neil Krug© Neil Krug

© Neil Krug

© Neil Krug© Neil Krug

© Neil Krug

Explorez
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
L'anniversaire de Focus par Fisheye Magazine à la Gaîté Lyrique
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·e·s dans nos...
24 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La sélection Instagram #442 : parades fantasmées
© Pauline Suzor / Instagram
La sélection Instagram #442 : parades fantasmées
Cette semaine, notre sélection Instagram vous plonge au cœur d'un évènement folklorique, festif et coloré : le carnaval. Retrouvez, en ce...
20 février 2024   •  
PhotoBrussels : la capitale belge fait son festival
© Jacques Sonck / Courtesy Gallery FIFTY ONE
PhotoBrussels : la capitale belge fait son festival
La 8e édition du Photo Brussels Festival vient d’ouvrir dans la capitale européenne. Avec au menu 56 expositions réunissant 300 artistes...
07 février 2024   •  
Écrit par Eric Karsenty
Kidnapping, animaux-espions et bad trip au LSD : la séance de rattrapage Focus !
© Karolina Wojtas
Kidnapping, animaux-espions et bad trip au LSD : la séance de rattrapage Focus !
Paysages japonais, matchs de catch mexicains, guerre centenaire, religions futuristes, soirées érotiques, amitiés artificielles… Comme...
07 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
L'exposition collective Le Parti pris des choses au Centre de la Photographie Hauts-de-France, se nourrit de l'oeuvre du poète Francis...
Il y a 1 heure   •  
Écrit par Costanza Spina
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
27 février 2024   •  
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et...
27 février 2024   •