Paris Photo 2022 : cinq stands immanquables !

12 novembre 2022   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Paris Photo 2022 : cinq stands immanquables !

Vous souhaitez vous rendre à Paris Photo mais manquez de temps pour arpenter toutes les allées de la foire de renom ? Pas de panique, on vous propose un tour des stands les plus remarquables – tant par leur scénographie que les artistes représenté·e·s !

Anaïs Horn – MLZ Art Dep

Avec Longing Ghosts in Deep Blue Paranoia, Anaïs Horn relate une histoire emplie de non-dits et de fantasmes abandonnés. Dédiée à la princesse Charlotte de Belgique et à son mariage chaotique avec Maximilien d’Autriche, sa série explore l’empreinte laissée par le passage du temps dans le château de Miramare. Les souvenirs du passé surgissent alors sur des miroirs, des cadres ou des tabourets où sont imprimées les images. Un projet porté par une mise en scène théâtrale réussie.

© Anaïs Horn / MLZ Art Dep© Anaïs Horn / MLZ Art Dep

© Anaïs Horn / MLZ Art Dep

 Group Show – Bildhalle

Compositions oniriques, flous éthérés, textures délicates… Comme à son habitude, la galerie Bildhalle donne à voir l’émotion à travers les artistes qu’elle expose. Cette année, Margaret Lansink y présente notamment Friction, une série dans laquelle elle juxtapose des portraits de ballerines – dont l’approche des 35 ans annonce une retraite imminente – à des paysages de la Vallée de la Mort. Une analogie poétique faisant l’éloge de l’éphémère, du changement et de l’imperfection. À ses côtés trônent les compositions magiques de Paul Cupido, Jeffrey Conley et Simone Kappeler, dont le paon rouge flamboyant capte immédiatement le regard.

© Simone Kappeler / BILDHALLE© Margaret Lansinkl / BILDHALLE

© à g. Simone Kappeler, à d. Margaret Lansink / BILDHALLE

Marguerite Bornhauser – Galerie Carlos Carvalho

Alors que la foule se densifie et que l’envie d’une bouffée d’air frais se fait sentir, soudain, l’image d’une pastèque juteuse nous appelle ! Autour, la suite des images d’Étoile Rétine, réalisée par Marguerite Bornhauser nous charme également. Ses tons vifs, vibrants, ses objets du quotidien transformés en œuvres d’art, sa poésie simple et universelle… Construite durant le confinement, avec une panoplie d’accessoires restreints, la série convoque avec délice une atmosphère légère et estivale en ce mois de novembre froid. Une halte des plus apaisantes.

© Marguerite Bornhauser / Carlos Carvalho© Marguerite Bornhauser / Carlos Carvalho

© Marguerite Bornhauser / Carlos Carvalho

Jorge Alberto Cardi – Christian Berst art brut

Avec Jorge Alberto, virée immédiate dans un monde torturé. Atteint de schizophrénie, tout comme son frère, l’artiste d’origine cubaine est surnommé dans les rues de la Havane « El Buzo » (plongeur en espagnol, ndlr) en référence à ses recherches compulsives d’objets délaissés dans les rues et profondeurs de la ville. Des valises remplies d’images griffonnées, des grigris et des cornes d’animaux… C’est tout un cabinet de curiosité grandeur nature qui s’offre à nous.

© Jorge Alberto Cardi / Christian Berst art brut© Jorge Alberto Cardi / Christian Berst art brut

© Jorge Alberto Cardi / Christian Berst art brut

Daniel Gordon – Huxley-Parlour Gallery

Dans les allées aux cimaises blanches, celles teintées de couleurs franches de la galerie londonienne Huxley-Parlour attirent instantanément votre attention. Trônent sur ces dernières les photographies et collages déstructurés de l’artiste protéiforme Daniel Gordon. Pareilles à des fresques picturales, rappelant parfois les natures mortes des avant-gardes, ses compositions graphiques redonnent un élan d’enthousiasme pour poursuivre la visite !

© Daniel Gordon / Huxley-Parlour

© Daniel Gordon / Huxley-Parlour

Image d’ouverture © Jorge Alberto Cardi / Christian Berst art brut

Explorez
Les visions futuristes en mode Space Age de Damien Krisl
© Damien Krisl
Les visions futuristes en mode Space Age de Damien Krisl
Photographe de commande spécialisé dans la mode, la beauté et les éditoriaux, Damien Krisl se distingue par son approche. Inspiré de...
12 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
La sélection Instagram #462 : la fabrique des imaginaires
© Carlos Del Rio-Bermudez / Instagram
La sélection Instagram #462 : la fabrique des imaginaires
Notre sélection Instagram de la semaine explore l'irrésistible attrait des photographes pour l'expérimentation. Aux limites de...
09 juillet 2024   •  
Écrit par Milena Ill et Marie Baranger
New Farmer : les cultures artificielles de Bruce Eesly
© Bruce Eesly. Les variétés de pommes de terre sélectionnées sont classées en seize catégories selon les normes de LURCH, 1952, série Le fermier du futur, 2023. Avec l’aimable autorisation de l’artiste.
New Farmer : les cultures artificielles de Bruce Eesly
Jusqu’au 29 septembre 2024, à l’occasion des Rencontres d’Arles, la Croisière accueille les étonnantes archives de Bruce Eesly. Dans New...
05 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Mémoire habillée : les récits textiles de Pierre & Florent
© Pierre & Florent
Mémoire habillée : les récits textiles de Pierre & Florent
Dans le cadre des Rencontres de la photographie d’Arles, la galerie Porte B. présente Mémoire habillée, la dernière série du duo Pierre...
05 juillet 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 08.07.24 au 14.07.24 : visions du futur
© Damien Krisl
Les images de la semaine du 08.07.24 au 14.07.24 : visions du futur
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes de Fisheye sondent le futur en interrogeant le temps présent.
Il y a 10 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Lorine © Hélène Mastrandréas
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Après avoir perdu une partie de son autonomie, la photographe de réalisatrice Hélène Mastrandréas réalise que sa vie a changé à jamais....
13 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
© Claire Jaillard
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
Le 6 juillet s’est clôturé la première semaine des Rencontres d’Arles 2024. À la cour de l’Archevêché, lieu historique du...
13 juillet 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Géographie de la domination : l'horreur vue du ciel
© Paul Mesnager
Géographie de la domination : l’horreur vue du ciel
Projet multiforme à la croisée du livre et de l’exposition virtuelle, Géographie de la domination nous fait prendre de la hauteur pour...
12 juillet 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin