Paz Errázuriz raconte les vies en marge de la dictature chilienne

22 juin 2023   •  
Écrit par Costanza Spina
Paz Errázuriz raconte les vies en marge de la dictature chilienne
La Maison de l’Amérique latine présente Histoires inachevées, une rétrospective exceptionnelle de la photographe chilienne Paz Errázuriz. Par son travail, elle a célébré les vies en marge d’un Chili opprimé par vingt ans de dictature de Pinochet. Du 8 septembre au 20 décembre 2023.
Paz Errázuriz a été le regard des années sombres du régime de Pinochet au Chili. Née en 1944, elle a raconté en photographie la cruauté de la dictature, les vies mutilées par celle-ci, les rêves brisés d’une jeunesse qui a reversé dans la création sa fureur de vivre. Pour la première fois, une institution parisienne, la Maison de l’Amérique latine, lui consacre une rétrospective. Histoires inachevées est le récit du temps qui passe et de ces grandes histoires humaines que l’artiste ne parvient pas à clore dans ses séries. L’œuvre de Paz Errázuriz rejoint celle de bon nombre d’artistes ayant marqué cette période, qui s’est étalée du 11 septembre 1973 au 11 mars 1990. Ses photographies résonnent, en particulier, avec la littérature entrainante d’Isabelle Allende, faite de grandes fresques sociales, de personnages iconiques et mystérieux, dans un pays plongé dans le chaos. Ses portraits en noir et blanc semblent pourtant hors du temps, loin du désordre. Ils sont d’une grande pureté formelle et rendent honneur à celles et ceux que le régime persécute : des personnes LGBTQIA +, des travailleur·ses du sexe, des boxeur·ses, les membres de communautés autochtones marginalisé·es, des personnes atteintes de troubles mentaux. Autodidacte, la photographe est au plus près de l’expérience de la condition humaine : ses yeux sont débarrassés de tout formalisme classique et remplis d’une sensibilité narrative bouleversante. Ces portraits inoubliables nous parlent en métaphores de diktats sociaux, de l’invisibilité de certains groupes et d’une envie pressante de renverser les normes. « Mes débuts de photographe professionnelle correspondent à ceux de la dictature. La photographie m’a permis de m’exprimer à ma façon et de participer à la résistance, raconte Paz Errázuriz. C’est étrange de constater à quel point les périodes hostiles et dangereuses peuvent stimuler les artistes. Toute cette énergie créatrice s’exprime alors par la métaphore. C’était le cas au Chili, dans les années 1980. »
© Paz Errázuriz© Paz Errázuriz

Photographier les lieux hostiles à la vie

« Ce que je photographie est en relation avec les personnes qui ne sont pas au centre, mais au-dehors, toujours soumises au pouvoir » explique Paz Errázuriz. Son objectif se pose ainsi sur ces endroits hostiles à la vie, désertés par l’humanité et par le soin. Au sein même de la société chilienne, ces existences marginales sont invisibles et en permanence menacées. Le propre d’un régime fasciste, comme celui de Pinochet, est de mépriser la vie et de considérer que seules certaines personnes et certains corps méritent de survivre. Les modèles d’Errázuriz habitent alors ces zones où vivre est un défi permanent.

Un travail qui fait écho à la pensée de la sociologue étasunienne Judith Butler, qui dans ses études autour du genre parle des « vies mutilées », vécues à moitié, empêchées par des systèmes politiques profondément violents et normopathes. Dans la rétrospective Histoires inachevées à la Maison de l’Amérique latine, sont exposées une quinzaine de séries, parmi lesquelles Próceres (1988), Sepur Zarco (2020) et Ñuble (2019) ainsi que la série emblématique La Manzana de Adán réalisée entre 1982 et 1987. Son travail s’inscrit dans le temps long, ce qui lui permet de nouer des relations fortes avec ses modèles. Femmes et hommes posent fièrement, parfois s’abandonnent et donnent accès à une part de leur intimité en renouant avec une forme plus douce de l’existence. Encore aujourd’hui, la photographe parcourt son pays depuis Santiago jusqu’en Patagonie, et l’explorant avec exhaustivité et elle dresse un état des lieux puissant de ceux que la société regarde différemment. Récemment, elle a réalisé une série de portraits des femmes de Sepur Zarco, localité du Guatemala, toutes victimes (survivantes) en 1982 de la répression sanglante du pouvoir militaire et des violences exercées sur elles.

© Paz Errázuriz © Paz Errázuriz © Paz Errázuriz © Paz Errázuriz

 

© Paz Errázuriz

Explorez
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
22 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
© Andrea Sena
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Andrea Sena, qui s’est attachée à capturer la fête comme acte de résistance en temps de guerre. Pour...
19 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 12.02.24 au 18.02.24 : un éveil réparateur
© Maurine Tric
Les images de la semaine du 12.02.24 au 18.02.24 : un éveil réparateur
C’est l’heure du récap’ ! Cette semaine, les photographes mis·es en avant par Fisheye ont en commun de transmettre des valeurs de soin et...
18 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
22 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina