Peindre la nature

05 mars 2019   •  
Écrit par Maria Teresa Neira
Peindre la nature

Christopher Rodriguez, architecte et photographe américain né en 1980, signe Naturgemälde (2018), une série faite de fragments volcaniques, à la croisée entre science et fiction.

Originaire de la Nouvelle-Orléans et établi à New York, Christopher Rodriguez est diplômé en architecture et des beaux-arts à la School of Visual Arts de New York. Le photographe crée des images qui brouillent la frontière entre la réalité et la fiction. Il construit ainsi un imaginaire personnel. « En photographiant des phénomènes naturels, je crée des images qui frôlent l’étrange. Je compose mes images comme on pourrait composer un modèle architectural », affirme-t-il. Le terme « Naturgemälde » en  allemand signifie « tableaux de la nature ». Terme énoncé par Alexander von Humboldt, naturaliste, géographe et explorateur allemand du 18siècle, celui-ci désigne l’interdépendance du monde naturel. Humboldt a été le premier scientifique à penser la nature dans son ensemble, influençant le regard de poètes et artistes romantiques de l’époque. Christopher Rodriguez s’est inspiré de cette vision qui place la nature en une entité totale et surhumaine. « C’est ma parenté avec Humboldt : documenter des phénomènes naturels avec la conviction que la nature ne peut se comprendre qu’en dépassant les limites de la réalité. » Il produit ainsi un travail poétique qui explore la nature magique.

Saisir l’essence de la nature

Christopher Rodriguez tente, avec Naturgemälde, de saisir la totalité de l’écosystème, qu’il considère comme un réseau interdépendant de la vie. « Chacune de mes photographies devient une partie constitutive de ma vision et de la nature dans son ensemble », précise-t-il. Le rôle de la nature dans ses photographies a évolué au fil du temps. « Quand j’étais jeune, j’ai été captivé par les paysages romantiques de l’Ouest américain. Ansel Adams et ses montagnes immenses dépassait mon imagination. Ce n’est qu’en mêlant l’imagination à la photographie que la nature peut être comprise », ajoute Christopher Rodriguez. À travers sa série Naturgemälde, il tente de capturer l’essence des phénomènes naturels à travers l’imagination. « Je cherche la tension entre la façon dont la nature existe concrètement dans le monde – comme un arbre, ou un rocher, explique-t-il, et une nouvelle nature augmentée codifiée par mon imagination. »  Christopher Rodriguez modifie les couleurs et construit un éclairage artificiel afin de remettre en question notre vision réaliste de l’environnement. Avec lui, la nature devient magique et interconnectée. Et selon lui, la nature doit désormais être traitée comme une fin en soi. Ses images invitent à transcender ses limites et à la concevoir comme une entité totale et fascinante.

© Christopher Rodriguez© Christopher Rodriguez
© Christopher Rodriguez© Christopher Rodriguez
© Christopher Rodriguez© Christopher Rodriguez
© Christopher Rodriguez© Christopher Rodriguez
© Christopher Rodriguez© Christopher Rodriguez
© Christopher Rodriguez© Christopher Rodriguez

© Christopher Rodriguez

Explorez
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
27 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Prix Carmignac : le Ghana face aux ravages des déchetteries électroniques
© Bénédicte Kurzen
Prix Carmignac : le Ghana face aux ravages des déchetteries électroniques
Le journaliste Anas Aremeyaw Anas et les photojournalistes Muntaka Chasant et Bénédicte Kurzen remportent le Prix Carmignac 2024 avec...
15 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Dans l'œil de Jérémy Appert : la mer de toutes les mémoires
© Jérémy Appert / Courtesy of Circulation(s)
Dans l’œil de Jérémy Appert : la mer de toutes les mémoires
Jérémy Appert, dont le travail est exposé au festival Circulation(s) jusqu’au 2 juin prochain, a côtoyé pendant plusieurs années celles...
13 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Itinérances Foto 2024 : état des lieux de la photo contemporaine
© Alice Pallot
Itinérances Foto 2024 : état des lieux de la photo contemporaine
Itinérances Foto Sète revient pour sa 2e édition, en réunissant des photographes de tout horizon pour raconter le monde contemporain....
09 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Focus #73 : les mutations sacrées de Zoé Chauvet
05:07
© Fisheye Magazine
Focus #73 : les mutations sacrées de Zoé Chauvet
C’est l’heure du rendez-vous Focus ! Ce mois-ci, Zoé Chauvet croise le documentaire et l'abstraction et tisse les liens du corporel au...
29 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Courrier des photographes #1 : être ou ne pas être photographe, telle est la question
© Roman Jehanno / Instagram
Courrier des photographes #1 : être ou ne pas être photographe, telle est la question
Vous êtes photographe ou vous souhaitez le devenir ? Vous avez des questions sur cette profession qui fait rêver, mais ne savez pas où...
29 mai 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Photographier en Normandie : un laboratoire de créativité
Hippolyte MACAIRE, Louis Cyrus MACAIRE, Navire quittant le port du Havre, 1851, daguerréotype, 15 x 11 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France
Photographier en Normandie : un laboratoire de créativité
Dans le cadre de la 5e édition du festival pluridisciplinaire Normandie Impressionniste, le MuMa – Musée d’art moderne André Malraux au...
29 mai 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
© Chantal Elisabeth Ariëns
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
Jusqu’au 20 juillet, le centre d’art Bildhalle à Amsterdam, accueille la photographe et artiste visuelle Chantal Elisabeth Ariëns, qui se...
28 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina