#Photographe confiné(e) : Auriane Rocand

25 avril 2020   •  
Écrit par Anaïs Viand
#Photographe confiné(e) : Auriane Rocand

Fisheye vous donne la parole durant le confinement. Chaque semaine, découvrez des photos et son auteur(e). Lumière aujourd’hui sur le challenge créatif d’Auriane Rocand.

Qui es-tu, en une phrase ?

Je suis une photographe de 22 ans, originaire de Vendée, et en passe de terminer mon cursus à l’École de Photographie et de Game Design (ETPA), à Toulouse.

Comment vis-tu ton confinement ?

Tout se passe bien, je suis confinée en famille, à Challans en Vendée. Nous avons la chance d’avoir de l’espace pour s’aérer.
Le confinement est l’occasion d’expérimenter et de repousser mes limites dans mes processus de création et de composition. Je me suis lancée un défi : réaliser une petite série d’images par jour, avec mes deux sœurs pour modèles. On crée des décors, des accessoires, on développe notre imagination comme on ne l’avait jamais fait, tout en s’amusant ! Être confinées nous contraint à exploiter ce que nous avons autour de nous, tout en évitant que les séries deviennent répétitives. C’est un défi très stimulant artistiquement. Je partage régulièrement ces travaux sur mes réseaux sociaux en montrant également l’envers du décor, un vrai divertissement quotidien pour les gens qui me suivent, et qui m’encouragent à continuer. Cela peut paraître contradictoire, mais depuis que je suis en école de photo, je ne prends plus le temps de faire des images pour moi, ou de réfléchir à mes projets perso. J’ai déjà réalisé plus d’une trentaine de mini séries depuis le début du confinement, et je suis heureuse du travail accompli (et qui n’est pas fini).

Qu’as-tu appris sur ta pratique photo en cette étrange période ?

J’ai mis en pratique tout ce qui m’a été appris à l’école, et j’ai pris pleinement conscience des connaissances acquises. Je suis désormais exigeante sur des éléments qui m’auraient parues futiles il y a 2 ans. J’ai cependant aussi appris à me détacher de ces règles, ce qui rend mon travail plus intéressant. Je n’ai pas cette pression liée à un retour technique, je me sens ainsi plus libre à la prise de vue.

Si tu devais être confinée avec un ou une photographe, qui serait l’heureux/se élu(e) ?

Sans hésitation, Peter Lindbergh, malheureusement décédé en 2019. Passionnée par la photo de mode depuis mes débuts, j’ai eu un coup de coeur pour son travail. Il sait rendre la femme naturelle, belle et forte. Il a aussi la même passion que moi pour les photos sur la plage, on se serait bien entendu, je pense. J’ai d’ailleurs réalisé une petite série au jour 25 du confinement “à la manière de Peter Lindbergh”.

Quel est ton mantra favori, histoire de rester optimiste ?

Plus l’attente est longue, plus la joie est profonde. Il me tarde de retrouver la plage, et je sais que quand ça arrivera, je savourerai le moment !

Un dernier mot ?

Plus que 19 séries !

© Auriane Rocand© Auriane Rocand
© Auriane Rocand© Auriane Rocand
© Auriane Rocand© Auriane Rocand

© Auriane Rocand

Explorez
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
© Feng Li
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
Connu pour sa photographie de rue insolite, l’artiste chinois Feng Li présente à travers Pig un aspect plus intimiste de son existence....
19 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Sophie Calle, étrangeté et lapins nains : dans la photothèque de Caroline Heinecke
Un événement photographique que tu n’oublieras jamais ? © Caroline Heinecke
Sophie Calle, étrangeté et lapins nains : dans la photothèque de Caroline Heinecke
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
16 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
WhiteWall met en lumière l'œuvre monochrome de Alexandre Souêtre
© Alexandre Souêtre / Courtesy of Whitewall
WhiteWall met en lumière l’œuvre monochrome de Alexandre Souêtre
Le laboratoire WhiteWall met en avant, imprime et édite l'œuvre toute en noir et blanc de Alexandre Souêtre, grâce à un livre haut de...
14 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Yannig Hedel : l'équilibre subtil de l'ombre à la lumière
© Yannig Hedel
Yannig Hedel : l’équilibre subtil de l’ombre à la lumière
L'exposition De prime abord, accueillie par la Galerie Bigaignon, met en avant les premiers travaux de Yannig Hedel, des expérimentations...
13 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
22 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina