#Photographe confiné(e) : Estelle Bella

#Photographe confiné(e) : Estelle Bella

Fisheye continue à vous donner la parole après le confinement. Chaque semaine, découvrez des photos et son auteur(e). Autodidacte, la globe-trotteuse Estelle Bella, repousse ses limites dans une série d’autoportraits à domicile.

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Après plusieurs voyages et des études en médiation culturelle, j’ai décidé de me consacrer à ma passion pour l’image depuis un an. Je me forme actuellement de façon autodidacte.

Comment as-tu vécu ton confinement ?

Dans l’ensemble je le vis bien, avec des hauts et des bas. Je profite de cette période pour continuer à me former en ligne, découvrir chaque jour le travail de nouveaux photographes, me documenter et me questionner sur l’après : qu’ai-je vraiment envie de photographier et pourquoi. Cette période est propice à la remise en question. Prendre le temps de réfléchir est plutôt agréable.

Qu’as-tu appris sur ta pratique photo en cette période étrange ?

Les contraintes peuvent être parfois utiles et aident à développer sa créativité. Il ne faut pas les considérer immédiatement comme des “barrières”. J’ai l’habitude de photographier les autres et qui plus est, à l’extérieur. Être confinée seule ne matchait donc pas à première vue avec mon approche. Pourtant, je me suis dit qu’il y avait quelque chose à faire. Que cet enfermement que je vivais, je devais le transmettre et m’en servir pour créer, chez moi, dans une pièce ou deux. Petit à petit j’ai donc décidé de travailler l’autoportrait, n’ayant d’autre sujet que moi-même.

En me photographiant je me suis ainsi rendue compte du travail des sujets que je photographie d’habitude. Se retrouver derrière l’objectif n’est pas évident, c’est un vrai exercice d’apprendre à s’observer et à se mettre en scène.

Si tu devais être confinée avec un ou une photographe, qui serait l’heureux/se élu(e) ?

Je dirai la photographe allemande Helga Paris, aujourd’hui âgée de 81 ans, dont j’admire le travail à valeur historique et sociale. Elle aurait beaucoup de choses à raconter. Écouter des personnes qui ont un certain vécu peut aussi aider à relativiser sur notre présent. La photographie a une valeur historique et dans un contexte pareil, c’est intéressant de se pencher sur l’histoire à travers des visages, une ville, une époque . Je pense particulièrement ses séries prises à Berlin à partir des années 70, puis généralement, en Europe de l’Est. Prendre conscience de l’impact de l’histoire et des bouleversements que notre société a déjà connu, je ne sais pas pourquoi mais moi, ça m’encourage!

Quel est ton mantra favori histoire de rester optimiste ?

J’ai lu récemment la Mouette d’Anton Tchekhov et j’ai aimé cette phrase:

“Dans notre métier, artistes ou écrivains, peu importe, l’essentiel n’est ni la gloire ni l’éclat, tout ce dont je rêvais, l’essentiel, c’est de savoir endurer. Apprends à porter ta croix et garde la croyance. »

Un dernier mot ?

Courage ! Profitons de cette période et de cette lenteur pour réfléchir, s’ouvrir aux champs des possibles et s’écouter, c’est important.

© Estelle Bella

© Estelle Bella

© Estelle Bella © Estelle Bella

© Estelle Bella

Explorez
600° : à Bordeaux, LesAssociés plongent dans les décombres des incendies
© Alban Dejong
600° : à Bordeaux, LesAssociés plongent dans les décombres des incendies
Jusqu’au 17 mars 2024, le collectif LesAssociés présente l’exposition 600° au cœur de l’Espace Saint-Rémi, à Bordeaux. Un récit choral...
15 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les photographes de Fisheye et la pollution sublimée
© Richard Pak
Les photographes de Fisheye et la pollution sublimée
Enjeux sociétaux, troubles politiques, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur nos pages ne...
09 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Niort : la Jeune Photographie imagine le monde d’après
© Thomas Pendeliau
Niort : la Jeune Photographie imagine le monde d’après
Pour leur trentième anniversaire, les Rencontres de la Jeune Photographie Internationale de Niort nous invitent à réfléchir au monde...
06 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Dans l’œil d’Alice Pallot : la métamorphose d'un marcassin 
© Alice Pallot
Dans l’œil d’Alice Pallot : la métamorphose d’un marcassin 
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Alice Pallot. À la frontière de l’art et de la science, la photographe française s’intéresse...
05 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
The Necklace, 1999 © 2021, Alessandra Sanguinetti / Magnum Photos
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
Pendant plus de deux décennies, Alessandra Sanguinetti a documenté, au travers de mises en scène, le quotidien de deux petites filles de...
20 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet