#Photographe confiné(e) : Estelle Bella

#Photographe confiné(e) : Estelle Bella

Fisheye continue à vous donner la parole après le confinement. Chaque semaine, découvrez des photos et son auteur(e). Autodidacte, la globe-trotteuse Estelle Bella, repousse ses limites dans une série d’autoportraits à domicile.

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Après plusieurs voyages et des études en médiation culturelle, j’ai décidé de me consacrer à ma passion pour l’image depuis un an. Je me forme actuellement de façon autodidacte.

Comment as-tu vécu ton confinement ?

Dans l’ensemble je le vis bien, avec des hauts et des bas. Je profite de cette période pour continuer à me former en ligne, découvrir chaque jour le travail de nouveaux photographes, me documenter et me questionner sur l’après : qu’ai-je vraiment envie de photographier et pourquoi. Cette période est propice à la remise en question. Prendre le temps de réfléchir est plutôt agréable.

Qu’as-tu appris sur ta pratique photo en cette période étrange ?

Les contraintes peuvent être parfois utiles et aident à développer sa créativité. Il ne faut pas les considérer immédiatement comme des “barrières”. J’ai l’habitude de photographier les autres et qui plus est, à l’extérieur. Être confinée seule ne matchait donc pas à première vue avec mon approche. Pourtant, je me suis dit qu’il y avait quelque chose à faire. Que cet enfermement que je vivais, je devais le transmettre et m’en servir pour créer, chez moi, dans une pièce ou deux. Petit à petit j’ai donc décidé de travailler l’autoportrait, n’ayant d’autre sujet que moi-même.

En me photographiant je me suis ainsi rendue compte du travail des sujets que je photographie d’habitude. Se retrouver derrière l’objectif n’est pas évident, c’est un vrai exercice d’apprendre à s’observer et à se mettre en scène.

Si tu devais être confinée avec un ou une photographe, qui serait l’heureux/se élu(e) ?

Je dirai la photographe allemande Helga Paris, aujourd’hui âgée de 81 ans, dont j’admire le travail à valeur historique et sociale. Elle aurait beaucoup de choses à raconter. Écouter des personnes qui ont un certain vécu peut aussi aider à relativiser sur notre présent. La photographie a une valeur historique et dans un contexte pareil, c’est intéressant de se pencher sur l’histoire à travers des visages, une ville, une époque . Je pense particulièrement ses séries prises à Berlin à partir des années 70, puis généralement, en Europe de l’Est. Prendre conscience de l’impact de l’histoire et des bouleversements que notre société a déjà connu, je ne sais pas pourquoi mais moi, ça m’encourage!

Quel est ton mantra favori histoire de rester optimiste ?

J’ai lu récemment la Mouette d’Anton Tchekhov et j’ai aimé cette phrase:

“Dans notre métier, artistes ou écrivains, peu importe, l’essentiel n’est ni la gloire ni l’éclat, tout ce dont je rêvais, l’essentiel, c’est de savoir endurer. Apprends à porter ta croix et garde la croyance. »

Un dernier mot ?

Courage ! Profitons de cette période et de cette lenteur pour réfléchir, s’ouvrir aux champs des possibles et s’écouter, c’est important.

© Estelle Bella

© Estelle Bella

© Estelle Bella © Estelle Bella

© Estelle Bella

Explorez
Prix Carmignac : le Ghana face aux ravages des déchetteries électroniques
© Bénédicte Kurzen
Prix Carmignac : le Ghana face aux ravages des déchetteries électroniques
Le journaliste Anas Aremeyaw Anas et les photojournalistes Muntaka Chasant et Bénédicte Kurzen remportent le Prix Carmignac 2024 avec...
15 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Dans l'œil de Jérémy Appert : la mer de toutes les mémoires
© Jérémy Appert / Courtesy of Circulation(s)
Dans l’œil de Jérémy Appert : la mer de toutes les mémoires
Jérémy Appert, dont le travail est exposé au festival Circulation(s) jusqu’au 2 juin prochain, a côtoyé pendant plusieurs années celles...
13 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Itinérances Foto 2024 : état des lieux de la photo contemporaine
© Alice Pallot
Itinérances Foto 2024 : état des lieux de la photo contemporaine
Itinérances Foto Sète revient pour sa 2e édition, en réunissant des photographes de tout horizon pour raconter le monde contemporain....
09 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Être là : à Zone i, une exposition à la marge
©Alexa Brunet / Grande commande photojournalisme
Être là : à Zone i, une exposition à la marge
Du 9 mai au 3 novembre 2024, l'espace culturel dédié à l’Image et l’Environnement Zone i accueille Être là, une exposition collective de...
08 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 13.05.24 au 19.05.24 : la fragilité de l’existence
© Jana Sojka
Les images de la semaine du 13.05.24 au 19.05.24 : la fragilité de l’existence
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes donnent à voir les déclinaisons de la fragilité de l’existence.
Il y a 8 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Behind the Facade : l’étrange huis clos de Jennifer McLain
© Jennifer McLain
Behind the Facade : l’étrange huis clos de Jennifer McLain
Dans Behind the Facade, Jennifer McLain compose un monde dans lequel elle tente de se soustraire à des évènements du quotidien qui...
18 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
© Lee Miller Archives, Angleterre 2024
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
À l’occasion du 80e anniversaire de la libération de Saint-Malo, la chapelle de l’École nationale supérieure de la marine...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Quand l’étranger devient intime : les dialogues ininterrompus de Jana Sojka
© Jana Sojka
Quand l’étranger devient intime : les dialogues ininterrompus de Jana Sojka
Jana Sojka imagine des diptyques afin de donner cours à un dialogue ininterrompu. Dans un nuancier crépusculaire lui inspirant sérénité...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet