Photographies politiques, un pouvoir de façade

27 octobre 2022   •  
Écrit par Ana Corderot
Photographies politiques, un pouvoir de façade

La riche actualité politique de ces derniers mois nous donne l’occasion de revenir sur le travail de Jesper Boot et sa série Power, distinguée l’an dernier par le prix Fujifilm Circulation(s). Ses images mises en scène nous donnent à voir la construction de l’imagerie politique qui façonne nos mémoires pour mieux aiguiser notre regard critique. Un article à retrouver dans notre Fisheye #55.

« La série

Power a commencé comme mon projet de fin d’études, en 2019. J’ai toujours eu une fascination pour la politique, la façon dont les médias de masse nous montrent les politiciens et l’influence qu’ils ont sur la façon dont nous les percevons », explique Jesper Boot, photographe néerlandais né en 1996, dont le travail s’inspire souvent du quotidien. Et c’est à la suite de sa formation en photographie à l’université des arts d’Utrecht, de 2015 à 2019, qu’il s’oriente sur l’imagerie politique. « Ces représentations, toujours très codifiées, sont gravées dans nos inconscients et sont devenues indissociables de notre conception de la politique », analyse le photographe qui n’hésite pas à mobiliser sa propre famille pour se livrer à des reconstructions d’images pour mieux déconstruire leur fonctionnement, et les codes de cette manipulation visuelle.

Imaginaire formaté

Lumières, cadrages, gros plans sur les visages ou sur les mains, contre-plongées valorisantes… Jesper Boot, qui fait tout lui-même, déploie les artifices du 8e art pour mimer les images de propagande qui irriguent les médias et contribuent à développer un imaginaire bien formaté. « Je choisis des photos avec des visages expressifs, de sorte que, sans histoire réelle, je puisse raconter une histoire avec une seule photo », précise le photographe. Et pour mieux faire apparaître les processus de fabrication, il n’hésite pas à dézoomer et à nous révéler les coulisses de l’image. « Les photos de “déconstruction” sont absolument essentielles dans ce projet. En réalisant ces images, je peux montrer au spectateur à quel point il est facile de tout recréer et de faire en sorte que votre père ait l’air d’être le président, explique l’artiste. Mais aussi de montrer que même les “vraies” images politiques ne représentent que des personnes devant de minces décors cadrés précisément, du bon point de vue, pour qu’elles aient l’air puissantes. »

Sans chercher à affirmer un point de vue politique particulier − « il ne s’agit pas de savoir pour qui je vote » −, l’auteur s’attache à décrypter « les mécanismes de l’image politique ». Cette série Power, exposée au Centquatre-Paris l’an dernier et distinguée par le prix Fujifilm Circulation(s), a permis à Jesper Boot d’apprendre « qu’à l’heure des médias de masse, où l’on voit des milliers d’images chaque jour, il faut faire attention à certaines images. Je pense que tout le monde à l’école devrait suivre des cours de sciences sociales, pour apprendre le système politique, les médias et d’autres choses importantes qui les affectent. Si vous comprenez ces systèmes, vous pouvez toujours retirer les éléments “neutres” des médias et vous faire votre propre opinion des politiciens, des images politiques, des vidéos et même d’autres choses dans le monde. »

Le prix Fujifilm Circulation(s) dont Fisheye est partenaire permet au lauréat de recevoir une dotation de matériel professionnel Fujifilm composé d’un boîtier avec son optique. Un soutien qui lui permettra non seulement de continuer son projet Power, toujours en cours, mais aussi de poursuivre ses recherches photographiques. À noter que la série Power sera présentée au Fotomuseum Den Haag, aux Pays-Bas, dans le cadre de l’exposition Parents jusqu’au 13.10.

 

© Jesper Boot© Jesper Boot

© Jesper Boot

© Jesper Boot© Jesper Boot

© Jesper Boot

© Jesper Boot

Explorez
Les images de la semaine du 10.06.24 au 16.06.24 : la photo contre la violence de l'oppression
© Campbell Addy
Les images de la semaine du 10.06.24 au 16.06.24 : la photo contre la violence de l’oppression
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine tentent de faire entendre les voix des marges et des personnes opprimé·es de la...
16 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Markowicz & Ackerman : à Arles, deux dialogues avec le temps
© Michael Ackerman
Markowicz & Ackerman : à Arles, deux dialogues avec le temps
Du 27 juin au 29 septembre 2024, la galerie Anne Clergue Galerie à Arles présente Le monde flottant, de Michael Ackerman et Maciej...
15 juin 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Les expositions photo à découvrir cet été !
Paris, 1967 © Joël Meyerowitz
Les expositions photo à découvrir cet été !
Chaque saison fait fleurir de nouvelles expositions. À cet effet, la rédaction de Fisheye a répertorié toute une déclinaison...
14 juin 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
How I Met Jiro : les marges d'Osaka révélées par Chloé Jafé
© Chloé Jafé
How I Met Jiro : les marges d’Osaka révélées par Chloé Jafé
Avec How I Met Jiro, livre édité conjointement par The(M) Editions et IBASHO, Chloé Jafé clôt une trilogie en trois chapitres qui conte...
13 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Dans l’œil de Laura Lafon Cadilhac : queerness, oracle et véganisme
© Laura Lafon Cadilhac
Dans l’œil de Laura Lafon Cadilhac : queerness, oracle et véganisme
Cette semaine, plongée dans l'œil de Laura Lafon Cadilhac. La cofondatrice du collectif Lusted Men nous parle d’une orgie végane et de sa...
17 juin 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Thomas Mailaender à la MEP : « Des images à la fois stupides et intelligentes »
De la série Illustrated People, 2013 © Thomas Mailaender
Thomas Mailaender à la MEP : « Des images à la fois stupides et intelligentes »
Jusqu’au 29 septembre, la Maison européenne de la Photographie laisse carte blanche à Thomas Mailaender. Un pari réussi pour l’artiste...
17 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #497 : Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi
© Leila Calvaruso
Les coups de cœur #497 : Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi
Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi, nos coups de cœur de la semaine, documentent la vie quotidienne à l’aide de leur boîtier. La...
17 juin 2024   •  
Les images de la semaine du 10.06.24 au 16.06.24 : la photo contre la violence de l'oppression
© Campbell Addy
Les images de la semaine du 10.06.24 au 16.06.24 : la photo contre la violence de l’oppression
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine tentent de faire entendre les voix des marges et des personnes opprimé·es de la...
16 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill