Pour ne former qu’un

19 mars 2019   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Pour ne former qu’un

Dans sa série Assembly, le photographe japonais Osamu Yokonami s’intéresse à la puissance de la collectivité. Une fusion poétique, entre l’homme et son environnement.

Né à Maizuru, dans la préfecture de Kyoto, au Japon, Osamu Yokonami a grandi dans un environnement rural, entouré par la mer et les montagnes. C’est en visionnant une série télévisée à propos d’un reporter, dans sa jeunesse, que l’auteur a envisagé pour la première fois de devenir photographe. « La profession de ce personnage avait l’air palpitante et lui permettait de voyager d’un bout à l’autre du Japon », précise-t-il. Après des études dans une école de photographie documentaire, à Osaka, l’artiste est devenu indépendant. « Au départ, j’ai travaillé pour quelques magazines. Si tout fonctionnait sur le plan professionnel, je me sentais pourtant vulnérable dans ce milieu – c’est ainsi que j’ai décidé de me consacrer à des travaux plus personnels », confie-t-il.

Qu’il réalise des commandes ou des créations plus intimes, le photographe souhaite mettre à l’honneur « la pureté, l’innocence et la nature ». Inspiré par la beauté des paysages sauvages du Japon, Osamu Yokonami les sublime dans ses clichés. Dans Assembly, plaines verdoyantes et étendues aquatiques deviennent le décor d’une étrange mise en scène. Une toile de fond à la fois splendide et énigmatique.

Faire l’éloge de la collectivité

« Un jour, à Tokyo, j’ai observé un cercle d’étudiantes en uniformes. Une image ordinaire, et pourtant fascinante. En les regardant de près, j’ai découvert leurs visages, leurs personnalités. Des détails qui, au loin, s’effacent pour ne laisser place qu’à l’harmonie d’un groupe »,

raconte Osamu Yokonami. Qui sont ces jeunes filles mystérieuses, sillonnant le territoire ? D’où viennent-elles, et quels récits portent-elles ? En photographiant ses modèles à distance, le photographe a choisi d’ignorer la singularité de ses modèles. Pour lui, Assembly fait l’éloge de la collectivité. Anonymes, les silhouettes évoluent dans une nature bienveillante. « En dissimulant leurs caractéristiques, les jeunes filles fusionnent et forment alors un tout symbolique », précise l’auteur.

Si la notion de communauté a forgé Assembly, la série photographique rappelle également certains principes du shintoïsme – religion la plus ancienne du Japon, dont le concept majeur est le caractère sacré de la nature. Respectueux de son environnement, l’homme devient un élément d’un grand tout, qui évolue sans cesse, et entretient une relation pacifique et bénéfique avec la terre. Une croyance dont les vertus philosophiques et écologiques semblent avoir influencé Osamu Yokonami. « J’ai capturé une entité dont la force et la beauté sont révélées par l’environnement », conclut-il avec sagesse.

© Osamu Yokonami

© Osamu Yokonami© Osamu Yokonami

© Osamu Yokonami

© Osamu Yokonami© Osamu Yokonami

© Osamu Yokonami

© Osamu Yokonami© Osamu Yokonami

© Osamu Yokonami

© Osamu Yokonami

Explorez
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
© Feng Li
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes nous plongent dans des archives en tous genres.
25 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
27 février 2024   •  
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et...
27 février 2024   •  
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet