« Prefabs »: entre utopie et preservation du patrimoine

23 novembre 2017   •  
Écrit par Anaïs Viand
« Prefabs »: entre utopie et preservation du patrimoine

Elisabeth Blanchet est une ancienne professeure de mathématiques vivant entre Londres et Marseille. Depuis 2001, elle mène une enquête photographique sur les préfabriqués et ses habitants, un sujet singulier et peu abordé.

« Certaines personnes pensent que vivre dans un préfabriqué c’est comme vivre dans une boîte ». Pas Elisabeth Blanchet. Elle aime les préfabriqués si bien qu’elle sillonne depuis 2001 le Royaume-Uni à la recherche de personnes ayant vécu ou qui vivent encore dans ces baraques (terme français). Depuis 2014, elle explore quelques villes françaises depuis le Pays de la Loire jusqu’au Havre. Car au Royaume-Uni comme en France, les préfabriqués d’après-guerre sont devenus de puissants outils des politiques publiques. Plus de 150 000 baraques ont été construites des deux côtés de la manche afin de reloger les personnes ayant perdu leur logement durant la guerre. Son travail intitulé Prefabs mêle photographie histoire et sociologie. Au Royaume-Uni, elle est parvenue à créer un Musée mobile consacré au sujet. En plus de développer et rendre accessible une archive nationale, c’est un lieu qui fédère les usagers. En partenariat avec l’association « Mémoire de Soye » basée à Ploemeur, elle projette de réitérer l’expérience en France. © Elisabeth Blanchet

Sauver la communauté 

Elisabeth Blanchet a toujours été fascinée par les gens qui vivent en communauté. Avant de mener cette large enquête, elle a étudié les communautés tsiganes anglaises. Avec Prefabs, elle s’est intéressée à leur fonctionnement ainsi qu’au mode de vie des usagers. «Pourquoi les gens s’attachent-ils autant à leur logement? » Une question à l’origine du projet. « Humanité, Communauté et simplicité », c’est ainsi qu’Elisabeth décrit l’objet en tant que tel. « Il y a une forme d’utopie aussi » nous confie-t-elle. Car le préfabriqué dispose d’un espace de vie agréable (deux chambres et une cuisine équipée ). Mobile, il se démonte et se remonte facilement et permet à son propriétaire d’avoir un jardin. Enfin, la photographe note que la proximité est parfaite « les habitants ne sont ni trop proches ni trop loin de leurs voisins » ajoute la photographe. En donnant de la visibilité à ces baraques, elle sauve une communauté tout entière plus qu’une simple « boîte ». Car en plus de faire ses photos et interviews, elle noue des liens très serrés avec les habitants. Son travail est à découvrir à Grenoble dans le cadre du Mois de la Photo 2017 jusqu’au 26 novembre. 

© Elisabeth Blanchet© Elisabeth Blanchet

© Elisabeth Blanchet

© Elisabeth Blanchet

Baraques d'après guerre en Bretagne et Normandie © Elisabeth Blanchet
Baraques d’après guerre en Bretagne et Normandie © Elisabeth Blanchet
© Elisabeth Blanchet
© Elisabeth Blanchet

© Elisabeth Blanchet© Elisabeth Blanchet

© Elisabeth Blanchet

Explorez
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
© Andrea Sena
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Andrea Sena, qui s’est attachée à capturer la fête comme acte de résistance en temps de guerre. Pour...
19 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 12.02.24 au 18.02.24 : un éveil réparateur
© Maurine Tric
Les images de la semaine du 12.02.24 au 18.02.24 : un éveil réparateur
C’est l’heure du récap’ ! Cette semaine, les photographes mis·es en avant par Fisheye ont en commun de transmettre des valeurs de soin et...
18 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
La RATP invite Fisheye à célébrer la diversité de la photographie de sport
© Cait Oppermann
La RATP invite Fisheye à célébrer la diversité de la photographie de sport
Cette année encore, la RATP a convié Fisheye à investir des stations de son réseau métropolitain. Cette invitation prend place dans le...
17 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Le regard entier de Lucie Moriceau-Chastagner
Sans titre, de la série Théâtre de guerre, photographies avec un groupe de guérilla kurde, Irak, 2011-2012 © Émeric Lhuisset- Musée de l’Armée, Paris – achat auprès de l’artiste
Le regard entier de Lucie Moriceau-Chastagner
La responsable des collections de photographies au musée de l’Armée pose sur les images du fait militaire une vision nuancée, recherchant...
15 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
The Necklace, 1999 © 2021, Alessandra Sanguinetti / Magnum Photos
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
Pendant plus de deux décennies, Alessandra Sanguinetti a documenté, au travers de mises en scène, le quotidien de deux petites filles de...
Il y a 5 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
La sélection Instagram #442 : parades fantasmées
© Pauline Suzor / Instagram
La sélection Instagram #442 : parades fantasmées
Cette semaine, notre sélection Instagram vous plonge au cœur d'un évènement folklorique, festif et coloré : le carnaval. Retrouvez, en ce...
20 février 2024   •  
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
© Feng Li
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
Connu pour sa photographie de rue insolite, l’artiste chinois Feng Li présente à travers Pig un aspect plus intimiste de son existence....
19 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Les coups de cœur #481 : Lara Lussheimer et Sara Tontorova
© Lara Lussheimer
Les coups de cœur #481 : Lara Lussheimer et Sara Tontorova
Lara Lussheimer et Sara Tontorova, nos coups de cœur de la semaine, sont toutes deux en quête de métaphores. La première les fait émerger...
19 février 2024   •