Projet 27 Poses

27 janvier 2016   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Projet 27 Poses
PAÏEN, collectif d’autoédition collaborative, a imaginé il y a quelques mois le projet 27 Poses. Son principe : confier un appareil photo jetable à un tiers et créer un ouvrage original à partir des 27 images tirées de la pellicule.

C’est un projet collaboratif plein de charme qu’ont imaginé Lia Pradal, 22 ans, et Camille Tallent, 27 ans. Tous deux forment le collectif Païen, découvert et présenté sur notre site en juin dernier. À l’époque, ils nous expliquaient que la photographie argentique les avait poussés à travailler ensemble. Aujourd’hui, elle les incite à faire de nouvelles collaborations, grâce à 27 Poses.

Leur idée ? Confier un appareil jetable à une personne ayant une pratique restreinte de la photo – surtout de l’argentique – et récupérer les 27 images qu’il ou elle aura réalisées pour créer librement un petit livre en tirage limité. Leur leitmotiv : « sortir l’image des écrans ».

IMG_5801IMG_5837IMG_5878IMG_5955IMG_5966IMG_5857

Une approche cohérente puisqu’ils sont eux-mêmes amateurs d’argentique et de beaux ouvrages. L’originalité de ce projet tient au fait que l’auteur des photos ne découvre ses images qu’après l’impression du livre. Car le principe fondamental de 27 Poses, « c’est que les photos sont intimement liées à l’objet éditorial qui donne du sens à la lecture des images, nous explique Lia. Les photos ne doivent exister que dans l’ouvrage imprimé. »

L’enjeu, pour eux, est d’être les plus créatifs possible : en employant diverses techniques d’impression, différents formats et types de papier. Et de montrer que « créer un bel objet, ça ne nécessite pas beaucoup de moyens ». Du jetable à l’impression, Lia et Camille financent tout le processus à leurs frais. Aucun d’eux n’a une formation en graphisme ou en édition. Ce projet, c’est d’abord un loisir : « Il se passe environ deux mois entre l’achat du jetable et l’impression d’un ouvrage, parce qu’on ne fait pas ça à plein temps. » Pour l’instant, le collectif n’en a publié que deux : CYNTHIA et ADAM (les prénoms des photographes), tirés à vingt exemplaires chacun et vendus respectivement sept et quatre euros à la Library of Arts, dans le 3e arrondissement de Paris.

… Cet article est à retrouver dans Fisheye #16, en kiosque actuellement.

Texte par Marie Moglia

En (sa)voir plus

→ Rendez-vous sur le site de Lia et Camille : www.collectifpaien.com

Explorez
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
C’est l’heure du récap' ! Cette semaine, les photographes de la semaine immortalisent leurs propres visions de mondes qu’iels regrettent...
26 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
À bord de la Volvo de Joël Meyerowitz au Museo Picasso Málaga
Malaga, 1966 © Joël Meyerowitz
À bord de la Volvo de Joël Meyerowitz au Museo Picasso Málaga
Il y a soixante ans, le photographe américain Joël Meyerowitz foulait le sol de la ville de Málaga, en Espagne. Cette année, du 15 juin...
24 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Histoires de famille : la séance de rattrapage Focus !
© Irina Shkoda
Histoires de famille : la séance de rattrapage Focus !
Retour à ses racines, famille d’adoption, fantômes tenaces ou simples témoignages d’une connexion profonde, les photographes nous...
22 mai 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
La sélection Instagram #455 : Élément H2O
© Ezequiel Rivero / Instagram
La sélection Instagram #455 : Élément H2O
Par la puissance de son courant, l’eau s’impose comme élément d’inspiration pour les photographes de notre sélection Instagram de la...
21 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
Il y a 6 heures   •  
Écrit par Marie Baranger
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
Il y a 10 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
© Salome Jishkariani
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
Salome Jishkariani et Luthor, nos coups de cœur de cette semaine, emploient le 8e art pour sonder le monde qui les environne. Si la...
27 mai 2024   •  
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
C’est l’heure du récap' ! Cette semaine, les photographes de la semaine immortalisent leurs propres visions de mondes qu’iels regrettent...
26 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill