Réservé aux femmes

26 septembre 2019   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Réservé aux femmes

Lancé en juin 2019, Foto Femme United est une plateforme web et un collectif, qui entend donner aux femmes photographes une plus grande visibilité. Un espace libre et privilégié, initié par l’Américaine April Wiser. Cet article est à retrouver dans notre dernier numéro.

« En tant que photographe, j’ai travaillé en freelance pendant un moment, et j’ai souvent eu l’impression de ne pas être prise au sérieux. On s’adressait à moi comme si j’étais une assistante, on refusait même de m’embaucher pour la simple “faute” d’être une femme. Tous les ans, plus de femmes que d’hommes sortent d’écoles d’art et de photographie. Pourtant, le métier est dominé par les hommes. Foto Femme United existe pour donner à ces créatrices les opportunités qu’elles méritent »

, déclare April Wiser, la fondatrice de la plateforme Foto Femme United (FFU). L’artiste américaine, installée à Paris, a lancé @fotofemmeunited sur Instagram, il y a plus d’un an. Mais si la page attirait quelques habitués, une frustration grandissante a poussé la jeune femme à voir les choses en grand. « J’ai commencé à développer le projet d’une véritable plateforme numérique l’année dernière, et notre site web a vu le jour en juin dernier, précise-t-elle. Nous comptons à présent 23 photographes venues des quatre coins du monde: Chili, Pérou, Espagne, France, Royaume-Uni, États-Unis
ou encore Russie. »

Collectif de femmes photographes, mais aussi véritable tremplin, Foto Femme United grandit dans un lieu virtuel sur mesure. Un endroit où les artistes féminines peuvent se sentir chez elles. « Je ne souhaitais pas utiliser l’interface WordPress. Je préférais créer un site plus personnel, qui nous appartiendrait complètement », explique April Wiser, qui a 
financé cette plateforme seule, en attendant de futurs partenariats. Aujourd’hui rédigé en anglais, le site devrait devenir bilingue en publiant aussi des textes dans la langue natale de leurs auteures. Une manière de s’étendre et de communiquer avec le monde entier. « Chaque jour, nous recevons des messages nous remerciant de nos actions. C’est très gratifiant », confie la fondatrice.

© Anna Ogier Bloomer© Jennifer Adler

© à g. Anna Ogier Bloomer, à d. Jennifer Adler

Sans frein ni tabou

Interviews, portfolios, mais également essais féministes, Foto Femme United entend instaurer un espace libre pour toutes les artistes. Un lieu faisant place aux expérimentations, sans frein, ni tabou. « Si nous voulons donner une plus grande visibilité aux femmes photographes, notre plateforme s’intéresse également au manque de diversité au sein du 8e art – un milieu dominé par des artistes blancs – et à la question de la censure », explique April Wiser. Un engagement aux conséquences non négligeables: les images du collectif sont régulièrement bannies ou effacées des réseaux. Un blâme qui ne semble pas toucher la fondatrice de FFU. « C’est pour cela que j’ai créé cette plateforme. Nous ne sommes pas une simple galerie Instagram : nous nous impliquons, nous traitons nos sujets en profondeur, et nous pointons du doigt certaines inégalités », affirme-t-elle.

Leur thème de prédilection? Les femmes, bien sûr, et ce qui les touche. Sur le site, les artistes peuvent parler de ce qu’elles veulent sans crainte d’être jugées. Si les membres du collectif sont toutes photographes, certaines écrivent également, proposant aux lecteurs des textes philosophiques et sociologiques sur le féminisme et ses nombreuses formes. Une liberté grisante, réunissant une communauté qui ne cesse de grandir. « J’espère pouvoir faire évoluer notre plateforme pour développer cette notion de communauté », explique April Wiser. Travaillant sur une future exposition « pop-up » lancée avec un appel à participation, la créatrice de Foto Femme United ne manque pas de projets. « Il s’agit de donner aux femmes l’opportunité de se faire entendre », conclut-elle simplement.

 

Cet article est à retrouver dans Fisheye #38, en kiosque et disponible ici.

© Alejandra Fontecilla© Cecilia Rada Samper

© à g. Alejandra Fontecilla, à d. Cecilia Rada Samper

© Nailah Fuller

© Nailah Fuller

© Mary Kalhor© Leila Aondi

© à g. Mary Kalhor, à d. Leila Aondi

© April Wiser

© April Wiser

© Annmarie Tornabene© Bettina Pittaluga

© Annmarie Tornabene

Image d’ouverture : © Jennifer Adler

Explorez
Les images de la semaine du 08.07.24 au 14.07.24 : visions du futur
© Damien Krisl
Les images de la semaine du 08.07.24 au 14.07.24 : visions du futur
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes de Fisheye sondent le futur en interrogeant le temps présent.
Il y a 1 heure   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Lorine © Hélène Mastrandréas
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Après avoir perdu une partie de son autonomie, la photographe de réalisatrice Hélène Mastrandréas réalise que sa vie a changé à jamais....
13 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Géographie de la domination : l'horreur vue du ciel
© Paul Mesnager
Géographie de la domination : l’horreur vue du ciel
Projet multiforme à la croisée du livre et de l’exposition virtuelle, Géographie de la domination nous fait prendre de la hauteur pour...
12 juillet 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
À Arles : les femmes photographes dans le viseur de la rédaction
© Cristina De Middel. Revenir à nouveau [Volver Volver], série Voyage au centre, 2021. Avec l’aimable autorisation de l’artiste / Magnum Photos
À Arles : les femmes photographes dans le viseur de la rédaction
En parallèle de ses articles sur la 55e édition des Rencontres d’Arles, qui se tiendra jusqu’au 29 septembre 2024, la rédaction...
11 juillet 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 08.07.24 au 14.07.24 : visions du futur
© Damien Krisl
Les images de la semaine du 08.07.24 au 14.07.24 : visions du futur
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes de Fisheye sondent le futur en interrogeant le temps présent.
Il y a 1 heure   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Lorine © Hélène Mastrandréas
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Après avoir perdu une partie de son autonomie, la photographe de réalisatrice Hélène Mastrandréas réalise que sa vie a changé à jamais....
13 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
© Claire Jaillard
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
Le 6 juillet s’est clôturé la première semaine des Rencontres d’Arles 2024. À la cour de l’Archevêché, lieu historique du...
13 juillet 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Géographie de la domination : l'horreur vue du ciel
© Paul Mesnager
Géographie de la domination : l’horreur vue du ciel
Projet multiforme à la croisée du livre et de l’exposition virtuelle, Géographie de la domination nous fait prendre de la hauteur pour...
12 juillet 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin