Rêves dénudés

25 novembre 2020   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Rêves dénudés

Sujets insolites ou tendances, faites un break avec notre curiosité de la semaine. Avec ses collages, l’artiste Marie Aynaud transforme des nus photographiés par des hommes en œuvres poétiques synonymes de liberté.

« En avril, alors que j’étais confinée chez mes parents depuis environ un mois, j’étais déboussolée. J’avais perdu mon emploi de libraire, et je n’arrivais pas à prendre de photos. J’ai trouvé une pile de vieux journaux et j’ai commencé à les découper. J’avais un grand besoin d’images, mais je ne pouvais plus me confronter aux miennes ni à celles d’Instagram »

, raconte Marie Aynaud.

En parallèle de ses études de cinéma, l’artiste de 26 ans originaire du sud-est de la France s’est initiée à la photographie – un médium plus solitaire lui correspondant davantage. Mais lorsqu’une « page blanche » l’empêche de réaliser des projets, c’est à travers le collage qu’elle trouve le moyen de s’évader. « Contrairement à la photographie qui me garde éveillée pendant de longues heures, ce médium m’apparaît plus léger. À travers lui je cherche à m’échapper de mon propre langage visuel », précise-t-elle.

© Marie Aynaud© Marie Aynaud

Déconstruire un idéal sexiste

Aussi poétiques qu’absurdes, les créations de Marie Aynaud naissent d’une inspiration soudaine, d’une quête de liberté, sans entrave aucune. Corps humains, animaux, architectures et paysages fusionnent dans ses tableaux improvisés, et évoquent le monde des rêves – beau, insensé, ou même érotique.

Car les nus peuplent ses collages. Les silhouettes féminines se révèlent et dévoilent leurs courbes. « Lorsque j’ai commencé ce travail, j’ai mis la main sur d’anciens magazines Photo où l’on voit une multitude de femmes nues appelées “muses” ou “vénus”… Je songeais immédiatement à de vieux libidineux avec leurs grosses focales fantasmant sur ces corps », confie l’artiste. Avec ses mains, et son regard de femme, elle s’applique alors à déconstruire cet idéal sexiste. D’objets de désir, les femmes de ses collages se transforment en symboles de libération. « Être une femme nue, face à des regards, a quelque chose de puissant », ajoute Marie Aynaud. Sans nier la puissance érotique du corps, l’artiste donne à voir des protagonistes fortes, assumant leurs formes et leur charme. « Celles que je représente rêvent, sont libres, ont leurs règles – sous la lune, sous les éclairs ou même face aux vagues », conclut-elle.

© Marie Aynaud© Marie Aynaud
© Marie Aynaud© Marie Aynaud

© Marie Aynaud

© Marie Aynaud© Marie Aynaud

© Marie Aynaud

Explorez
Les visions futuristes en mode Space Age de Damien Krisl
© Damien Krisl
Les visions futuristes en mode Space Age de Damien Krisl
Photographe de commande spécialisé dans la mode, la beauté et les éditoriaux, Damien Krisl se distingue par son approche. Inspiré de...
12 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
La sélection Instagram #462 : la fabrique des imaginaires
© Carlos Del Rio-Bermudez / Instagram
La sélection Instagram #462 : la fabrique des imaginaires
Notre sélection Instagram de la semaine explore l'irrésistible attrait des photographes pour l'expérimentation. Aux limites de...
09 juillet 2024   •  
Écrit par Milena Ill et Marie Baranger
New Farmer : les cultures artificielles de Bruce Eesly
© Bruce Eesly. Les variétés de pommes de terre sélectionnées sont classées en seize catégories selon les normes de LURCH, 1952, série Le fermier du futur, 2023. Avec l’aimable autorisation de l’artiste.
New Farmer : les cultures artificielles de Bruce Eesly
Jusqu’au 29 septembre 2024, à l’occasion des Rencontres d’Arles, la Croisière accueille les étonnantes archives de Bruce Eesly. Dans New...
05 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Mémoire habillée : les récits textiles de Pierre & Florent
© Pierre & Florent
Mémoire habillée : les récits textiles de Pierre & Florent
Dans le cadre des Rencontres de la photographie d’Arles, la galerie Porte B. présente Mémoire habillée, la dernière série du duo Pierre...
05 juillet 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 08.07.24 au 14.07.24 : visions du futur
© Damien Krisl
Les images de la semaine du 08.07.24 au 14.07.24 : visions du futur
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes de Fisheye sondent le futur en interrogeant le temps présent.
Il y a 10 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Lorine © Hélène Mastrandréas
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Après avoir perdu une partie de son autonomie, la photographe de réalisatrice Hélène Mastrandréas réalise que sa vie a changé à jamais....
13 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
© Claire Jaillard
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
Le 6 juillet s’est clôturé la première semaine des Rencontres d’Arles 2024. À la cour de l’Archevêché, lieu historique du...
13 juillet 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Géographie de la domination : l'horreur vue du ciel
© Paul Mesnager
Géographie de la domination : l’horreur vue du ciel
Projet multiforme à la croisée du livre et de l’exposition virtuelle, Géographie de la domination nous fait prendre de la hauteur pour...
12 juillet 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin