Sander Coers et la constance du souvenir

28 janvier 2022   •  
Écrit par Ana Corderot
Sander Coers et la constance du souvenir

« J’aime plonger le spectateur dans des mondes fantastiques, colorés et oniriques. Je cherche à dévoiler de la tendresse et de la tactilité. Travailler avec des techniques analogiques me permet de donner aux choses un aspect chaleureux, sécurisant et romantique » confie Sander Coers. Installé à Rotterdam depuis ses 18 ans, l’artiste s’est pris d’amour pour la photographie argentique au détour de ses soirées étudiantes. D’abord perçu comme un passe-temps, le médium est vite devenu un moyen pour lui de « travailler la notion de souvenir et sur la construction de [son] identité ». Dans sa dernière série Come home, il met en lumière le passage sensible à l’âge adulte d’un groupe d’hommes d’une vingtaine d’années, et montre comment les stéréotypes masculins ont influencé leurs comportements et expériences. S’inspirant des « échos de [sa] jeunesse », ses compositions s’imposent comme des instantanés empreints d’allégresse. Ici, les textures, les couleurs et les odeurs de nos étés vibrants s’incarnent dans le paysage et dans les corps illuminés, pour jamais ne s’effacer.

© Sander Coers© Sander Coers
© Sander Coers© Sander Coers
© Sander Coers© Sander Coers

© Sander Coers

 

© Sander Coers© Sander Coers

© Sander Coers

 

© Sander Coers© Sander Coers

 

© Sander Coers

 

 

© Sander Coers© Sander Coers

© Sander Coers

© Sander Coers

Explorez
Lydia Goldblatt : Fugue, un œil à soi
©Lydia Goldblatt
Lydia Goldblatt : Fugue, un œil à soi
Lydia Goldblatt parle des mères, de la sienne qu’elle a perdue, de celle qu’elle est devenue. De ce deuil enduré alors qu’elle était déjà...
24 mai 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Contenu sensible
Sunsets de Jonas Van der Haegen : sexe radical et douce mélancolie
© Jonas Van der Haegen
Sunsets de Jonas Van der Haegen : sexe radical et douce mélancolie
Collection imposante de polaroïds intimes, l’ouvrage Sunsets de Jonas Van der Haegen propose une relecture poétique d’un langage sexuel...
23 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Melody Melamed : corps, peaux, âmes
© Melody Melamed
Melody Melamed : corps, peaux, âmes
Inspirée par une utopie où tout ne serait qu'harmonie, Melody Melamed compose Shangri-La: The Book of Skin, un ouvrage où les peaux...
23 mai 2024   •  
Écrit par Ana Corderot
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
© Albertine Hadj
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
Nos coups de cœur de la semaine, Albertine Hadj et Alessandro Truffa, emploient la photographie comme une manière de retranscrire et...
20 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
Il y a 5 heures   •  
Écrit par Marie Baranger
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
Il y a 9 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
© Salome Jishkariani
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
Salome Jishkariani et Luthor, nos coups de cœur de cette semaine, emploient le 8e art pour sonder le monde qui les environne. Si la...
27 mai 2024   •  
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
C’est l’heure du récap' ! Cette semaine, les photographes de la semaine immortalisent leurs propres visions de mondes qu’iels regrettent...
26 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill