« Sous cette cloche, l’air est composé d’une molécule IKEA »

22 décembre 2020   •  
Écrit par Anaïs Viand
« Sous cette cloche, l’air est composé d’une molécule IKEA »

Atterrissage à Copenhague, trajet à bord de l’Oresunstag (train reliant le Danemark et la Suède), quelques forêts et lacs plus tard : Älmhult. Bienvenue dans le Small Land d’Emma Burlet. Un monde fait d’enfants qui ont pour point commun de vivre dans le fief d’IKEA. Un témoignage délicat sur une ville-entreprise où règne l’innocence. Entretien avec la photographe française âgée de 27 ans.

Fisheye : Trois phrases en guise d’introduction ?

Emma Burlet : Je suis photographe et vidéaste. J’habite à Paris, et je travaille entre Paris et Lille. Je m’aperçois tous les jours de la chance que j’ai d’exercer un métier en perpétuel renouveau.

Je suis instinctive, voire compulsive – et cela me coûte cher en pellicules ! Je choisis mes sujets en fonction de ce qui m’entoure. J’aime l’interaction avec les gens que je photographie, j’accorde beaucoup d’importance à la perception de la couleur, et je ne suis pas à cheval sur la technique.

Comment t’est venue l’idée de documenter un tel sujet ?

Small Land est le premier projet que je réalise sur une longue période. À côté de mon travail artistique, je fais des photos de mode, tout en collaborant de plus en plus avec la presse. Ma relation au temps est complètement différente pour ces deux axes. Dans le cadre de commandes, tout va vite, tout doit aboutir rapidement, alors que les projets plus « personnels » appellent à la recherche, au développement d’une réflexion, aux changements de cap…

En 2014, alors qu’elle travaillait depuis une quinzaine d’années chez IKEA, ma mère est partie vivre à Älmhult, au sein de la ville siège de l’entreprise. C’est ainsi que j’ai découvert cet endroit très particulier, et à force de m’y rendre, j’ai décidé d’en faire le sujet d’une série.

© Emma Burlet

À quelle fréquence t’es-tu rendue à Älmhult ?

Je n’y ai jamais vécu. Cependant, sur les cinq années où ma famille y a résidé (de 2014 à 2019), j’ai accumulé une présence de plus de six mois. Je restais plusieurs semaines, et mes séjours étaient fréquents.

Comment as-tu procédé une fois sur place ?

La plupart des personnes s’installent à Älmhult pour le travail, et beaucoup d’entre eux viennent de l’étranger.

Je n’ai ressenti aucune difficulté à entrer en contact avec les habitants. J’ai rencontré des expatriés comme des locaux, tous sont habitués à un mode de vie international. C’est une ville qui observe un énorme flux de passage et la notion d’étranger n’a plus tellement lieu d’être, c’est d’ailleurs un aspect essentiel de l’identité de cette ville. Aussi, les habitants sont familiers avec la présence des journalistes ; ils n’ont donc pas fui devant mon boîtier.

Quel est le quotidien d’un ou une photographe en excursion à Älmhult ?

Tout d’abord il ou elle doit s’adapter aux saisons. L’hiver est un peu ardu car il fait nuit à 15 heures et les commerces ferment très tôt. Quant aux habitants, ils ne restent pas dehors à cause du froid. Il est toutefois possible de se poser dans l’unique café de la ville pour essayer de les rencontrer.

© Emma Burlet

Pourquoi avoir choisi de documenter l’impact d’IKEA sur les enfants uniquement ?

J’ai voulu montrer la diversité de la population d’Älmhult. Tant de nationalités y sont présentes…Les enfants offrent un témoignage sans détour, et honnête. Ils n’ont pas les problématiques des adultes. Je voulais étudier l’impact du quotidien dans ce genre de ville entreprise. Comment l’innocence compose-t-elle avec des enjeux dont elle n’a pas même conscience ?

Quel est leur quotidien ?

Comme tous les autres enfants, ils vont à l’école, et ont des activités extra scolaires… Ils sont au contact de dizaines d’autres nationalités, et donc de cultures. Ils sont habitués à manger des plats venant des quatre coins du monde. Tout en eux est empreint d’une notion d’internationalité. Ils déménagent au gré des contrats de leurs parents, et puis il y a le « retour au pays », et les études… Chaque enfant est un jour confronté au fait de quitter ses amis et ses habitudes pour s’en aller. Leurs relations amicales sont bien souvent éphémères.

Qu’est-ce qu’on ressent quand on déambule dans cette ville-entreprise ?

C’est difficile à décrire, car Älmhult reste une ville, avec tout ce que cela induit. Mais on peut observer comme une cloche de verre au-dessus qui fait que ce microcosme répond à une mécanique parallèle. Et sous cette cloche, l’air est composé d’une molécule IKEA.

Les signes IKEA sont quasiment invisibles dans tes images, pourquoi ?

J’ai souhaité garder IKEA à distance dans le projet. La firme en tant que telle est davantage un prétexte ; j’aurais finalement pu travailler sur une autre ville-entreprise. Ce qui m’intéresse ici n’est pas la marque en soi, mais l’impact qu’elle a dans le quotidien de mes sujets. En l’occurrence ils dorment, mangent, étudient… Ils vivent avec l’entreprise en toile de fond.

© Emma Burlet

 

Peux-tu me commenter l’image de cette petite fille portant un bob ?

Il s’agit de ma soeur, Nora. Ma mère a toujours apporté des produits dérivés à la maison. Parmi ceux-ci ce bob, des écharpes, et bien d’autres accessoires. Quand tu as des parents travaillant chez Ikea à Älmhult, tu as nécessairement ce genre d’objets !

Une rencontre particulièrement marquante que tu souhaiterais partager ?

Camille, une jeune Française qui avait alors 18 ans, et sa soeur, Clarisse (à droite sur le dyptique ci-dessous) sont le fruit d’une union IKEA (couple de salariés IKEA, formé sur le lieu de travail. Elles ont vécu dans plusieurs pays avant d’emménager à Älmhult où leur famille réside depuis quelques années désormais. À l’époque de notre rencontre, elle se préparait à quitter sa famille pour étudier aux Pays-Bas. Elle incarne le caractère international des jeunes d’Älmhult.

© Emma Burlet© Emma Burlet

© Emma Burlet© Emma Burlet© Emma Burlet

 

© Emma Burlet

© Emma Burlet© Emma Burlet
© Emma Burlet© Emma Burlet

© Emma Burlet

© Emma Burlet

Explorez
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
© Annabelle Foucher
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
Le temps de L’Étoffe de l’être, les œuvres d’Annabelle Foucher, lauréate du Grand Prix Picto de la Photographie de mode en 2023, se...
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
27 février 2024   •  
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
© Annabelle Foucher
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
Le temps de L’Étoffe de l’être, les œuvres d’Annabelle Foucher, lauréate du Grand Prix Picto de la Photographie de mode en 2023, se...
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
L’écocide en ligne de mire
© Oleksandra Zborovska, When The River Left The Shores, 2023
L’écocide en ligne de mire
Ce terme est brutalement réapparu dans l’actualité avec la guerre en Ukraine et la destruction du barrage de Kakhovka, dans le sud du...
Il y a 6 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Focus #70 : Henri Kisielewski et les fictions qui naissent du réel
05:04
© Fisheye Magazine
Focus #70 : Henri Kisielewski et les fictions qui naissent du réel
C’est l’heure du rendez-vous Focus ! Ce mois-ci, Henri Kisielewski analyse, au cœur de Non Fiction, la puissance narrative de la...
28 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Tamasha : le spectacle d’images d’Abhishek Khedekar 
© Abhishek Khedekar 2023 courtesy Loose Joints
Tamasha : le spectacle d’images d’Abhishek Khedekar 
Pendant plusieurs années, Abhishek Khedekar s’est immiscé dans le quotidien d’une communauté nomade indienne composée d’une centaine de...
28 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas