Ta mère sur la boîte aux lettres

01 février 2016   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Ta mère sur la boîte aux lettres
Si vous distinguez souvent une forme humaine dans un objet, rassurez-vous, vous n’êtes pas fou. Ce phénomène s’appelle la paréidolie.

Rappelez-vous ce matin dans le bus : pas bien réveillé, vous fixiez le siège d’en face en rêvassant quand, sur le tissu gris et moucheté, vous avez cru voir se dessiner un visage souriant. Avec un peu d’imagination, il vous a même semblé reconnaître votre ex. Vous venez de vivre un épisode de paréidolie. Cette illusion d’optique est due à une tendance qu’a le cerveau à transformer un stimulus visuel informe en un élément identifiable.

 

Une photo publiée par flossy-p (@flossy.p) le

En psychologie, le test de Rorschach utilise cette association naturelle car il est demandé aux patients de donner un sens à des taches. S’il s’agit parfois d’un dysfonctionnement du cerveau, rassurez-vous : la plupart du temps, l’illusion est simplement causée par notre tendance à interpréter ce que l’on voit en fonction de ce que l’on connaît.

 

Une photo publiée par ⚡ (@consina) le

Nos attentes, nos rêves, notre culture influencent notre perception. On peut ainsi reconnaître sa mère sur une boîte aux lettres ou son patron dans un tas de cartons. Au Pays de Galles, il existe même une maison qui ressemble étrangement à Hitler… Et il y est aussi très courant de voir  Jésus dans sa nourriture.

Les réseaux sociaux se sont emparé du phénomène avec le hashtag #iseefaces qui regroupe déjà plus de 370 000 images sur Instagram. La prochaine fois que vous verrez apparaître la forme d’un chat dans un ciel nuageux, n’hésitez pas à le photographier pour rejoindre à votre tour la communauté des fans de paréidolie !

 

#veigcares #iseefaces #veocaras

Une photo publiée par Irene Aragones Alconchel (@kaoba79) le

… Cet article est à retrouver dans Fisheye #16, en kiosque actuellement.

Texte par Hélène Rocco

Explorez
Forgotten in The Dark : l’hommage dansant de Tom Kleinberg
© Tom Kleinberg
Forgotten in The Dark : l’hommage dansant de Tom Kleinberg
Le festival Circulation(s) n’en finit pas de faire briller la jeune photographie européenne. Dans l’un des cubes de l’espace central du...
20 mai 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Dans l’œil de Pelle Cass : déchiffrer le chaos d’un terrain de sport
© Pelle Cass
Dans l’œil de Pelle Cass : déchiffrer le chaos d’un terrain de sport
Cette semaine, plongée dans l’œil de Pelle Cass. Dans Crowded Fields, le photographe américain immortalise des terrains de sport sur...
20 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Behind the Facade : l’étrange huis clos de Jennifer McLain
© Jennifer McLain
Behind the Facade : l’étrange huis clos de Jennifer McLain
Dans Behind the Facade, Jennifer McLain compose un monde dans lequel elle tente de se soustraire à des évènements du quotidien qui...
18 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Lancement de Fisheye Immersive La Revue : un observatoire annuel des arts numériques et immersifs
© Salome Chatriot
Lancement de Fisheye Immersive La Revue : un observatoire annuel des arts numériques et immersifs
Un an après le lancement du magazine en ligne, Fisheye Immersive sort sa revue papier. 192 pages, bilingues français-anglais, consacrées...
15 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Forgotten in The Dark : l’hommage dansant de Tom Kleinberg
© Tom Kleinberg
Forgotten in The Dark : l’hommage dansant de Tom Kleinberg
Le festival Circulation(s) n’en finit pas de faire briller la jeune photographie européenne. Dans l’un des cubes de l’espace central du...
20 mai 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
© Albertine Hadj
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
Nos coups de cœur de la semaine, Albertine Hadj et Alessandro Truffa, emploient la photographie comme une manière de retranscrire et...
20 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Dans l’œil de Pelle Cass : déchiffrer le chaos d’un terrain de sport
© Pelle Cass
Dans l’œil de Pelle Cass : déchiffrer le chaos d’un terrain de sport
Cette semaine, plongée dans l’œil de Pelle Cass. Dans Crowded Fields, le photographe américain immortalise des terrains de sport sur...
20 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les images de la semaine du 13.05.24 au 19.05.24 : la fragilité de l’existence
© Jana Sojka
Les images de la semaine du 13.05.24 au 19.05.24 : la fragilité de l’existence
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes donnent à voir les déclinaisons de la fragilité de l’existence.
19 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet