Tatouages anonymes

Tatouages anonymes

À l’Hôtel Drouot, le 24 novembre 2017, Viviane Esders organisera une vente aux enchères d’une collection de photographies d’hommes tatoués. Les 40 images rassemblées par Ernest Brachet ont été réalisées par un ou des photographes anonymes

« Ce dessin que le tatoué se fait graver dans la chair le résume, le justifie, le libère. Il a trouvé un symbole qui porte le témoignage de son existence et de sa condition. Cette bravade magique, il sent confusément qu’elle le personnalise, le venge et le réhabilite. Il puise dans cette manifestation un réconfort et, dans une certaine mesure, une consolation », déclaraient Jacques Delarue et Robert Giraud dans leur ouvrage « Les tatouages du Milieu » paru aux éditions La Roulotte, Paris, 1950. Le docteur Ernest Brachet a rassemblé une collection de 40 tirages argentiques d’époque. Les clichés donnent à voir des hommes tatoués des années 1950. Le 24 novembre, ils  seront mis à la vente. Leur valeur est estimée entre 200 € et 500 €. Les photographes anonymes ont documenté des figures symboliques du tatouage. Marque de marginalité ou de révolte, le tatouage est aussi une discipline artistique aujourd’hui reconnue. Cette collection présente des hommes en quête d’identité qui sont parvenus à s’affirmer. 

© DR

© DR
© DR
© DR
© DR
© DR
© DR
© DR
© DR
© DR
© DR
© DR
© DR
© DR
© DR
© DR
© DR

© DR

Vente aux enchères

Vendredi 24 novembre 2017, 14h

Drouot – Paris – Salle 4

Explorez
Quand la photographie s’inspire de la mode pour expérimenter
© Hugo Mapelli
Quand la photographie s’inspire de la mode pour expérimenter
Parmi les thématiques abordées sur les pages de notre site comme dans celles de notre magazine se trouve la mode. Par l’intermédiaire de...
17 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil de J.A. Young : l’hydre monstrueuse qui domine les États-Unis
© J.A. Young
Dans l’œil de J.A. Young : l’hydre monstrueuse qui domine les États-Unis
Cette semaine, plongée dans l’œil de J.A. Young. Aussi fasciné·e que terrifié·e par les horreurs que le gouvernement américain dissimule...
15 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
© Kin Coedel
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine s'immergent en profondeur dans diverses communautés, avec lesquelles iels...
14 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
© Nestor Benedini
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
Du 6 avril au 22 septembre, l’exposition PERFORMANCE au MRAC Occitanie fait dialoguer art et sport. L’événement fait partie de...
13 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
© Nicolas Jenot
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
Expérimentant avec la photo, la 3D ou même le glitch art, l’artiste Nicolas Jenot imagine la machine – et donc l’appareil photo – comme...
Il y a 8 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
©Théo Saffroy / Courtesy of Point Éphémère
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
De la Corée du Nord au fin fond des États-Unis en passant par des espaces imaginaires, des glitchs qui révèlent les tensions au sein d’un...
18 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Les éternels éphémères : des abeilles et des hommes
© Maewenn Bourcelot
Les éternels éphémères : des abeilles et des hommes
C’est un monde sublime et violent, enchanté et tragique, énigmatique et d’une évidence terrible. Avec Les Éternels Éphémères, la...
18 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nicolas Lebeau, reprendre le contrôle des images
© Nicolas Lebeau
Nicolas Lebeau, reprendre le contrôle des images
Avec Voltar A Viver (« Retourner à la vie », en français), Nicolas Lebeau questionne notre rapport aux images en puisant aussi bien dans...
17 avril 2024   •  
Écrit par Ana Corderot